16.9 C
Alger
jeudi 23 mai 2024

Après l’accalmie et le relâchement : Une 4e vague se profile à l’horizon

Si les mesures sanitaires continuent d’être allégées et que les taux de vaccination stagnent encore, les courbes d’infection risquent de s’affoler dans les prochains jours. De l’avis des spécialistes, une quatrième vague de contaminations au Covid-19 demeure «inévitable». L’Algérie est-elle désormais bien préparée pour éviter une quatrième vague de Covid-19 ?

Par Louisa Ait Ramdane

Mardi, le nombre des nouveaux cas de contaminés au coronavirus en Algérie est repassé au-dessus de la barre des 100 infectés par 24h. Le bilan publié par le ministère de la Santé faisait état de 84 nouvelles contaminations. Le même jour, les services du Premier ministre ont annoncé la prolongation de la levée du confinement à domicile de 21 jours à partir d’hier.
Malgré cette situation d’accalmie, la gravité de l’épidémie de coronavirus existe toujours, car tous les indicateurs épidémiologiques soulignent qu’on s’apprête à vivre une nouvelle vague de contaminations. «La gravité de l’épidémie de coronavirus existe toujours malgré la situation d’accalmie en ce moment», a affirmé le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid. Lors de son passage sur la chaîne de télévision Echourouk, Benbouzid a indiqué que tous les indicateurs scientifiques confirment que l’Algérie sera confrontée à l’avènement de la 4e vague de l’épidémie de coronavirus. À ce propos, il a souligné que les mesures anticipées devront être prises à tous les niveaux. D’ailleurs, il a annoncé qu’une réunion était prévue hier soir avec le Conseil scientifique pour prendre de nouvelles mesures permettant de faire face à la 4e vague en cas de son arrivée.
Revenant à la vaccination et appelant tout le monde à prendre des mesures proactives pour faire face au danger de la quatrième vague, Benbouzid relève que le taux de vaccination est «faible» et «insatisfaisant». Le taux de vaccination sur les campus ne dépasse pas 1 %, a regretté encore le ministre. Pis, le taux de vaccination au sein du corps médical et paramédical est très faible. Se voulant rassurant sur l’efficacité du vaccin, Benbouzid a affirmé qu’aucun effet dangereux n’a été constaté auprès des personnes ayant pris le vaccin contre le Covid-19.
Concernant la troisième dose du vaccin, il a affirmé avoir donné des instructions afin de permettre aux personnes désirant la prendre six mois après la deuxième injection. À ce propos, il a expliqué que cette dose de rappel fournit une immunité plus optimale contre le coronavirus. L’intervenant a informé qu’à défaut de la prise de cette dose, le pass sanitaire pourra être annulé. «Nous aurons 20 millions de doses de vaccin d’ici la fin de cette année et nous disposerons d’une réserve de 5 millions de doses de vaccins qui n’expireront pas avant 2023», a informé le ministre de la Santé, précisant que le taux de vaccination avec la première dose a atteint 32 %.
Pour ce qui est d’un éventuel retour au confinement sanitaire, le ministre a indique que cela pourra intervenir si les contaminations repartent une nouvelle fois à la hausse.

Réouverture des salles des fêtes sous conditions
Après près de deux ans d’inactivités, le ministre de la Santé a annoncé que les pouvoirs publics autorisent la réouverture des salles des fêtes, mais sous conditions.
Les salles des fêtes seront autorisées à rouvrir avec une capacité de 50 %, à condition d’obtenir le pass vaccinal et de respecter les mesures préventives, a précisé le ministre de la Santé. Les pertes financières pour les propriétaires des salles des fêtes sont insurmontables, après une fermeture qui dure depuis bientôt deux ans. A noter que les cérémonies de mariage et de circoncision n’ont jamais cessé d’être célébrées, malgré la situation sanitaire imposée par le Covid-19.
L. A. R.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img