5.9 C
Alger
samedi 4 décembre 2021

Apres deux années stériles: Le secteur du Tourisme aspire à attirer de nouveaux marchés

«La crise sanitaire a entraîné, durant ces deux dernières années, des pertes colossales au agences de voyages, de tourisme et au secteur du Tourisme en général. Aujourd’hui, on est face au défi de reprendre progressivement l’activité touristique et l’attraction des touristes, qu’ils soient locaux ou étrangers, avec l’aspiration à s’ouvrir à de nouveaux marchés mondiaux», a indiqué, hier, le conseiller du ministre du Tourisme.

Par Thinhinene Khouchi

S’exprimant, hier, sur les ondes de la Radio nationale, Nabil Mellouk, conseiller du ministre du Tourisme, de l’Artisanat et du Travail familial, s’est montré optimiste suite au lancement de la nouvelle saison du tourisme saharien (2021/2022). L’intervenant a indiqué qu’au cours des deux dernières années, la crise sanitaire ainsi que la fermeture des frontières comme mesure de prévention contre la propagation de cette pandémie mondiale, a causé de lourdes pertes dans plusieurs secteurs, notamment celui du Tourisme. «Notre objectif aujourd’hui est la reprise progressive de l’activité touristique et l’attraction des touristes, qu’ils soient locaux ou étrangers, petit à petit, avec l’aspiration à s’ouvrir à de nouveaux marchés mondiaux», a ajouté Mellouk . Dans ce contexte, l’invité de la Chaîne 1 a souligné l’importance de l’ouverture au marché du tourisme russe, qu’il a qualifié de «marché prometteur» et «inclus dans la ligne directrice pour le développement touristique Horizons 2030, qui comptait un ensemble de marchés prometteurs dans ses objectifs». Mellouk a précisé que dans une première étape pour atteindre cet objectif, une expédition a été convoquée, à savoir des décideurs du secteur du voyage et du Tourisme et les médias russes, lors de l’ouverture de la saison du tourisme saharien au début de ce mois. Il a noté qu’un groupe d’agences de tourisme du Sud a effectué un voyage d’exploration pour ses invités dans la région du Tassili Ahaggar, classée parc national, et du Tassili N’Ajjer, classé au patrimoine mondial de l’Unesco, dans le but de voir et d’en faire la promotion plus tard en Russie. Mellouk n’a pas caché le manque d’équipements touristiques dans le Sud, qui ne correspondent pas aux capacités touristiques de la région, soulignant que les Etats du Sud comptent actuellement 220 établissements hôteliers et touristiques d’une capacité de 16 000 lits. Il a déclaré que «la capacité d’accueil dans le Sud est actuellement insuffisante par rapport à l’immensité de la région et à la demande touristique de la région, qui attire chaque année environ 25 000 touristes étrangers et plus de 200 000 touristes locaux. Mais nous travaillons pour combler ce déficit, car nous avons actuellement plus de 34 zones d’expansion touristique dans le Sud avec les demandes d’investissement sur le terrain qui sont nombreuses, notamment avec les équipements et l’accompagnement apportés par l’Etat aux investisseurs». Il a souligné que «les personnes affiliées au secteur du Tourisme dans notre pays ne sont pas satisfaites, mais nous restons optimistes et positifs, et notre ambition est d’atteindre la satisfaction des touristes en initiant un ensemble de réformes pour être un affluent économique important, à travers une stratégie claire qui repose sur la coopération entre les secteurs, se traduisant par la mise en place du Conseil national du tourisme, qui a été activé. Il activera notamment le tourisme interne qui nécessite un effort collectif et les efforts conjugués de secteurs entiers», a expliqué l’invité de la radio.
T. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img