12.9 C
Alger
mercredi 1 février 2023

Après avoir été annoncée à plusieurs reprises et autant de fois: Saidal entame la production d’insuline au 1er trimestre

L’année 2023 sera marquée par la production d’insuline en Algérie par le Groupe
public Saidal. Après avoir été annoncée à plusieurs reprises et reportée autant de fois, le Groupe entamera la phase production. Les conditions semblent réunies pour que cette fois-ci soit la bonne…

Par Louisa A. R.
La production locale d’insuline est l’objectif prioritaire que le département de Ali Aoun s’est fixé pour l’année prochaine. Il a, à cet effet, instruit le Groupe Saïdal de lancer la production d’insuline dans les plus brefs délais.
Lors d’une visite de travail à l’unité de Saidal à Constantine, Ali Aoun a révélé que la production d’insuline en Algérie «c’est du pipeau». «Il n’y a pas de production d’insuline en Algérie», a-t-il dit. Un constat ayant amené le ministre à exhorter les responsables à reprendre le travail au niveau de l’unité de production d’insuline «dans les meilleurs délais». D’ailleurs, il avait mis la pression sur les responsables de cette unité pour accélérer la production d’insuline, soulignant que «l’évaluation de Saidal à
l’avenir est liée à la fabrication de ce médicament», insistant sur le fait qu’«il n’y a pas d’argument pour que la production d’insuline soit retardée». Avec 2 millions de diabétiques insulino-dépendants, l’objectif premier est de réduire la dépendance aux importations d’insuline estimées à 420 millions d’euros, dont 90 % dépendent d’un seul producteur.
Le Groupe a précisé dans un communiqué qu’il lancera la production d’insuline (solutions et seringues) au niveau de l’unité de Constantine 1, avec une capacité de production d’un million de flacons par an.
Pour rappel, le président de la République avait ordonné, lors de la dernière réunion du Conseil des ministres, de produire des vaccins pour enfants et l’insuline en Algérie à compter de 2023, de lutter contre toute forme de contrebande des médicaments et de durcir les peines contre toute personne impliquée. Il avait instruit à l’effet de réhabiliter le Groupe Saidal afin de lui permettre d’assurer la couverture d’une grande partie des besoins du marché national en médicaments, couverture qui a reculé à 5 % alors qu’elle représentait 47 % des parts du marché.
Le Groupe pharmaceutique a souligné, dans le même sillage, que «2022 est une année d’exportations, notamment vers les pays africains comme le Sénégal, le Bénin, la Mauritanie, le Togo, la Côte d’ivoire et autres». La stratégie de Saidal, ajoute la même source, repose sur trois axes de production à haute valeur ajoutée pour la santé du citoyen, lesquels consistent en la production d’insuline, de médicaments anticancéreux et de vaccins. Ainsi, le Groupe Saidal s’est lancé dans la production du vaccin contre le coronavirus en un temps record de deux mois, et ce, en partenariat avec le laboratoire chinois Sinovac. Dans le cadre d’une continuité de ce partenariat, le Groupe a également déclaré qu’un travail est en cours pour créer un projet commun de production de différents vaccins. S’agissant de la production des médicaments anticancéreux, Saidal fournit, en partenariat avec la société indonéso-coréenne «CKD Otto Pharmaceutical», aux patients algériens six médicaments destinés à la chimiothérapie et six autres destinés au traitement du cancer.L’année 2023 sera également l’année de l’exportation pour le Groupe qui œuvre à garantir la disponibilité des médicaments sur le plan africain, en enregistrant ses produits dans plus de dix Etats du continent, il entend également exporter vers d’autres pays, à l’instar du Venezuela.
Dans ce contexte, la signature de deux contrats en mai 2022 à Dakar a été évoquée, en vue de faire connaître les produits de Saidal au Sénégal et en Guinée. Outre l’exportation, Saidal a pour objectif de développer son activité à travers l’investissement en dehors du territoire algérien, dans d’autres pays africains. Quant aux principales prévisions de l’année 2023, le Groupe Saidal s’attelle à enrichir sa liste de produits avec des médicaments à haute valeur ajoutée relatifs aux maladies chroniques, à l’instar du diabète et des maladies cardio-vasculaires, mais aussi à produire les médicaments provenant de la biotechnologie.
L. A. R.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img