22.9 C
Alger
mardi 9 août 2022

Appui formation-emploi-qualification: Le programme AFEQ a réalisé « des résultats probants »

Le Programme d’appui formation-emploi-qualification (AFEQ) , développé dans le cadre d’un partenariat entre l’Algérie et l’Union européenne, a eu des résultats probants en concrétisant tous ses objectifs, a affirmé, jeudi à Oran, son directeur national, Mourad Lemia.
En marge d’un séminaire régional de clôture du programme AFEQ, M. Lemia a indiqué à l’APS que ce « programme visant le renforcement du rôle des entreprises économiques en termes de formation professionnelle et universitaire et d’insertion des jeunes dans la vie professionnelle, a atteint ses objectifs à 100 % ».
Le programme AFEQ vise à assurer une meilleure adéquation entre la formation et l’emploi par une plus grande implication des entreprises et des secteurs économiques dans la formation et l’insertion des jeunes.
Il s’articule autour de l’adaptation des qualifications aux exigences des offres d’emploi exprimées par les secteurs prioritaires et l’adéquation structurelle entre la formation et l’emploi par le positionnement de l’entreprise et des secteurs économiques au cœur du système de la formation et le rapprochement de l’entreprise du syst ème de la formation universitaire.

D’une durée de 48 mois, ce projet a connu l’implication du ministère de l’emploi, du travail et de la sécurité sociale ainsi que ceux de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, de la Formation et enseignement professionnels et de l’éducation nationale.
Le programme AFEQ se déploie à travers trois composantes. La première « Adaptation-insertion » vise l’adéquation des qualifications des demandeurs d’emploi au profit des offres d’emploi exprimés par le secteur économique.

Le bénéficiaire étant l’Agence nationale de l’emploi (ANEM) à travers deux wilayas pilotes : Alger et Sétif.
A ce propos, un nouveau dispositif d’accompagnement, d’insertion et de formation à l’emploi (DAIFE) a été créé pour remplacer le dispositif d’aide à l’insertion professionnelle (DAIP). « Ce dispositif est actuellement au stade de maturité au niveau de notre tutelle », a précisé M. Lemia.
« Le DAIFE se veut un appui aux missions de service public d’aide à l’insertion et à l’emploi attribuées au ministère du travail, de l’emploi et de la sécurité sociale et à l’Agence nationale de l’emploi », a-t-il ajouté.
La seconde composante est « Adéquation-formation par la formation professionnelle et l’apprentissage ». Elle est destinée à l’amélioration des méthodes et outils des  acteurs de l’apprentissage pour le compte du ministère de la formation et de l’enseignement professionnels à travers trois wilayas pilotes : Bejaia, Boumerdes, Blida.
« Nous avons mis en place, à la faveur de ce programme, un système de management de qualité pour gérer les CFPA et nous avons assuré la formation les enseignants, les formateurs les administrateurs » a indiqué le même responsable, soulignant que « le ministère de tutelle va disséminer tout ce qui a été fait dans ce sens au niveau national».    Enfin, la troisième composante porte sur le « Rapprochement des entreprises de l’Université » dont le bénéficiaire est le MESRS, à travers trois wilayas pilotes : Alger, Ouargla, Oran.
Ce volet concerne l’université des sciences et de la technologie de Bab Ezzouar- Houari Boumedienne (USTHB), celle de Mohamed Boudiaf d’Oran (USTO-MB) et celle de Kasdi Merbah d’Ouargla.
« Dans ce sens, il était prévu le lancement de Masters professionnalisants. Nous en avons mis en place onze au niveau de ces établissements » a précisé M. Lemia, faisant savoir que les premières promotions sont sorties en juillet 2021.
Pour ce qui est de l’implication de l’Association « Santé Sidi El Houari » (SDH) d’Oran au programme « AFEQ » à travers son projet « Forsa », le même responsable a estimé que cette association a réalisé un « travail remarquable », en formant des jeunes déscolarisés de 16 à 18 ans, dans la restauration du vieux bâti.
« La restauration du vieux bâti ne se faisait auparavant que par des partenaires italiens ou espagnols. Actuellement, nous avons plus de 300 jeunes déscolarisés formés par l’association SDH. C’est un excellent travail d’intégration de jeunes ayant abandonné l’école », a-t-il noté, tout en appelant le ministère de l’éducation nationale à davantage d’implication en orientant les jeunes vers la formation et en facilitant leur intégration.
Le séminaire régional de clôture a vu la participation des responsables du secteur de l’emploi de 17 wilayas de l’ouest et du sud ouest, de responsables de l’ANEM, du secteur de la Formation professionnelle et autres.
Plusieurs interventions ont été animées par des experts pour présenter le programme et ses résultats.

Massi H.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img