24.9 C
Alger
jeudi 30 juin 2022

Amizour/ Béjaïa : L’exploitation du gisement de zinc et de plomb suscite la crainte

Le projet d’exploitation de la mine de zinc et de plomb d’Amizour et Tala Hamza continue de susciter inquiétude et méfiance des habitants. Un rassemblement et des débats publics sont menés depuis plusieurs semaines à ce sujet, afin de comprendre les risques pouvant en découler et une rencontre a eu lieu le 19 février dernier. Une autre rencontre était prévue hier après-midi sur les conséquences néfastes et retombées économiques de ce projet au niveau du même lieu, en l’occurrence l’école primaire des frères (Merdj-Ouamane). Pour rappel, lors de la rencontre organisée par le mouvement associatif local le 19 février dernier, les participants avaient exprimé leur inquiétude quant aux effets nocifs des déchets toxiques qui résulteraient de cette exploitation. Ils ont également exprimé leur mécontentement à l’égard des autorités concernées pour la marginalisation des habitants au sujet de l’exploitation de cette mine. Ils ont relevé la vocation agricole de la région de la Soummam, ses nappes phréatique et l’investissement dans ces créneaux, la négligence de la spécificité agroalimentaire de la wilaya, son université connue par son centre de recherche en technologie agroalimentaire, estimant que la décision des autorités d’exploiter ce gisement risque de mettre fin à l’activité agricole et aux ressources en eau de la région et priver des centaines de milliers d’âmes de ces ressouces névralgiques. Les participants ont abordé également la question de l’emploi, estimant que les jeunes de ces communes devraient être recrutés. Ils ont exigé une audience avec les parties concernées et les autorités en vue de clarifier les choses au sujet de ce projet, notamment son impact sur la santé publique, l’environnement et les réseaux hydriques souterrains et ceux situés en surface. Pour sa part, le président de l’APW de Béjaïa a exprimé, lors de la session ordinaire tenue avant-hier, ses préoccupations au sujet de l’impact sur l’environnement que pourrait avoir le projet de la mine de zinc et de plomb qui devrait être réalisé dans les communes d’Amizour et Tala Hamza. «L’APW de Béjaïa est préoccupée, au même titre que les citoyens de la région d’Amizour et de Tala Hamza, sur les retombées écologiques du projet de la mine de zinc et de plomb qu’on veut lancer à tout prix», a-t-il déclaré lors de son allocution d’ouverture de la session ordinaire, tenue jeudi dernier. Il a ensuite demandé la transparence totale dans le traitement de ce dossier et que son étude d’impact sur l’environnement soit rendue publique : «C’est pourquoi nous exigeons ici que le traitement de ce dossier se fasse dans la transparence la plus totale et de rendre publique les études d’impact sur l’environnement de ce projet». Dans un appel lancé avant-hier par le mouvement associatif, il a été fait observer que «l’éxploitation de nombreux gisements métallifères découverts dans le monde revêt un caractère prédateur et dévastateur pour l’environnement». Ils en veulent pour preuve «les nombreux héritages découverts sous forme de puits, de galeries, de mines et de vastes dépôts de déchets toxiques à ciel ouvert abandonnés qui sont à l’origine d’une irrémédiable pollution des ressources hydriques, de l’air, voire l’extinction de certaines espèces animales et végétales». Et de souligner : «Nos droit territoriaux et notre droit à une existence décente imposent la participation de tous les habitants dans les prises de décisions afin d’articuler convenablement la soutenabilité des transformations environnementales, la préservation des liens entre la nature et le patrimoine culturel et la préservation de la santé publique».
Hocine Cherfa

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img