17.9 C
Alger
dimanche 28 mai 2023

Amitié

Éric Zemmour, s’il a réussi le pari de dépasser les 5 % de voix aux dernières élections présidentielle tout en se présentant pour la première fois, et ce, sous la bannière d’un parti tout fraîchement créer, a dû toutefois essuyer les moqueries et quolibets de ses adversaires. En effet, les 7 % de l’ex-journaliste, qui est par ailleurs arrivé quatrième, avaient été jugés risibles alors qu’il avait prédit qu’il serait face à Emmanuel Macron au second tour. Mais ses opposants n’ont pas été les seuls à le critiquer, nombre de ses collaborateurs ayant choisi de quitter le navire zemmouriste. Une année après l’élection, le candidat de droite revient dans l’actualité avec un livre témoignage, «Je n’ai pas dit mon dernier mot», racontant sa campagne présidentielle. Un ouvrage qui décortique en profondeur la présidentielle de 2022 et qui révèle certains détails à même de surprendre le public. En effet, le président de Reconquête ! raconte sa relation «amicale intellectuelle» de plus de trente ans avec Jean-Luc Mélenchon et comment ce dernier l’aurait même aidé à de nombreuses reprises, l’année dernière, en lui prodiguant des conseils d’initié. Des révélations qui ne sont pas du goût du chef de file de La France Insoumise qui a répondu à ses allégations dimanche. «Il fait le kéké !», a réagi Jean-Luc Mélenchon dans Le Grand Jury RTL, «Le Figaro», LCI, avant d’ajouter avec un ton grave : «Je dis à tous ceux qui m’écoutent : ‘’N’allez jamais dîner, déjeûner, ou à un anniversaire avec un journaliste, vous risquez de le retrouver candidat fasciste à une élection !’’ Ne faites pas la même erreur que moi». Le chef de file des Insoumis a ensuite raconté l’anniversaire d’Éric Zemmour auquel il a assisté : «Je me suis dit : ‘’Ce type est dingo’’. Il y avait devant la porte des grenadiers habillés en uniformes de Napoléon et quand on a amené le gâteau d’anniversaire, il y avait toutes sortes de personnalités, il n’y avait pas que moi, il s’est mis à faire tirer le canon à sa gloire !». Mélenchon poursuit : «Je pense qu’il y a un truc qui ne tourne plus rond dans sa tête. Je ne suis pas son ami, je déteste ce qu’il raconte. Il conspire contre l’unité de notre pays en se comportant de la manière dans laquelle il se comporte. Cette islamophobie grossière qu’il exprime continuellement me dégoûte». Toutefois, durant les deux jours avant que Mélenchon ne réponde aux «révélations» faites par Zemmour, une partie de sa base de sympathisants a exprimé sa déception, voire son dégoût, d’apprendre que les deux hommes ne sont pas les ennemis jurés qu’ils prétendaient être durant la campagne présidentielle dans les médias et sur les réseaux sociaux. Reste à voir si les dénégations du chef de LFI, qui sont assez molles par ailleurs, convaincront les anti-zemmouristes les plus chevronnés, qui pourraient ne pas pardonner au dirigeant d’extrême-gauche ses accointances avec leur ennemi idéologique le plus féroce.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img