10.9 C
Alger
lundi 20 mars 2023

Amendements

La réforme des retraites en France continue de créer le chaos au sein de l’Assemblée Nationale, où le chahut est constant depuis quelques semaines et où les invectives volent entre députés de la majorité présidentielle et de l’opposition de gauche. Mais c’est surtout La France Insoumise qui mène la charge contre le gouvernement et qui combat depuis des semaines chaque amendement, aussi futile soit-il. Une stratégie de plus en plus critiquée par les alliés de LFI qui n’en peuvent plus des excès de leurs collègues et qui souhaitent des débats dignes autour des points capitaux de la proposition avancée par le gouvernement. Les députés écologistes ont ainsi dénoncé ce week-end un «raté stratégique de LFI» sur la réforme des retraites, le parti de Jean-Luc Mélenchon ayant freiné l’examen à l’Assemblée de l’article-clé sur le report de l’âge légal de départ à 64 ans. «La Nupes, ça fonctionne quand on travaille de manière concertée», a insisté la présidente du groupe écologiste, Cyrielle Chatelain. «Chacun des partis de la Nupes est indispensable mais, pour que ça fonctionne, il faut respecter aussi l’ensemble». Selon sa collègue Sandrine Rousseau, «il y a un effort à faire pour passer de LFI à la Nupes, il va falloir décider d’un acte II de la Nupes». «On avait un moment dans le débat où le gouvernement était en difficulté, il y a trois jours sur les 1 200 euros (la pension minimale à 85 % du smic) avec une séquence Nupes assez bonne». «On avait l’avantage, on aurait dû tout faire pour aller à l’article 7. On aurait dû à ce moment-là accélérer», a estimé Sandrine Rousseau qui est la cheffe de file du groupe écologiste sur ce texte. «On va laisser le débat au Sénat et à la commission mixte paritaire, mais surtout on va laisser le bébé à la rue. Le 7 mars, il faut vraiment qu’il y ait une grève générale d’ampleur», a plaidé la députée de Paris. Selon Cyrielle Chatelain, «le débat a montré que le gouvernement avait une forte fébrilité». Mais «normalement le cœur du débat ça aurait dû être le retrait de la réforme des retraites, on voit que finalement le débat s’est décalé sur le retrait des amendements LFI», a regretté l’élue de l’Isère. «On aurait voulu avoir ce débat-là» du report de l’âge légal de 62 à 64 ans, «ça aurait mis le gouvernement en très grande difficulté, on sentait les inquiétudes des parlementaires et du gouvernement», a souligné la présidente du groupe écologiste. Le leader de LFI, Jean-Luc Mélenchon, avait appelé jeudi les députés à ne pas se «précipiter» vers l’article clé de la réforme, en tançant les alliés communistes. «Incompréhensible retrait des amendements du PCF. Pourquoi se précipiter à l’article 7 ? Le reste de la loi ne compte pas ? Hâte de se faire battre ?», avait critiqué Jean-Luc Mélenchon sur le réseau social Twitter, montrant au grand jour les divergences stratégiques au sein de la Nupes. Reste à voir quelles conséquences ces désaccords finiront par avoir sur la cohérence de l’alliance de gauche, qui semble se déliter rapidement, et qui n’est plus qu’une coalition de façade qui dissimule des dissensions profondes entre LFI et ses «alliés» qui ne cachent plus leur exaspération face au comportement trop souvent puéril des députés Insoumis.
F. M.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img