20.9 C
Alger
lundi 26 septembre 2022

Alphabétisation: Les femmes rurales aspirent à leur autonomie socio-économique

L’autonomie socio-économique figure parmi les principales aspirations des bénéficiaires du programme d’alphabétisation initié par les pouvoirs publics en direction des femmes rurales, a révélé, à Alger, Brahim Benmoussa, expert du Programme d’appui à la mise en œuvre de l’Accord d’Association Union européenne-Algérie (P3A). L’expert intervenait lors de la présentation des résultats d’une étude sociologique portant sur «Les profils et attentes pédagogiques des femmes en milieu rural», dans le cadre du séminaire de présentation du projet d’«expérimentation de nouvelles méthodes d’alphabétisation des femmes en milieu rural». Un projet lancé en 2008 avec un financement de l’UE, au profit de l’Office national d’alphabétisation et d’enseignement pour adultes et mis en œuvre dans 8 wilayas pilotes du pays. L’étude en question a ciblé un échantillon de 855 femmes rurales apprenantes et a été menée par une centaine d’enseignantes, inspecteurs, cadres de l’Education nationale, etc. Il en ressort que les femmes inscrites dans les cours d’alphabétisation sont notamment motivées par le souci de leur «autonomie socio-économique». En tête de leurs aspirations, fait également savoir M. Benmoussa, figurent la lecture et l’apprentissage du Coran ainsi que la poursuite des études. En dépit de leur niveau d’instruction, plus de la moitié des femmes interrogées ont indiqué détenir des téléphones portables basiques et s’en servir, de même qu’elles sont majoritaires à suivre, en premier lieu, les émissions religieuses télévisées, puis les programmes féminins, les feuilletons, et en dernier intérêt, le sport. Lors de cette rencontre, les enseignantes ayant bénéficié de la formation du P3A et participé au sondage se sont vu décerner leurs diplômes, à l’image de Ikram Miraoui de Ain-Témouchent. Titulaire d’un master en sciences économiques, elle a été engagée, dans le cadre du dispositif de l’Agence nationale de l’emploi (ANEM) pour dispenser des cours d’alphabétisation à des femmes de tous âges de sa région, et qui, pour diverses raisons, n’ont pas été scolarisées. «Cette formation constitue une bonne expérience pour moi, dans le sens où elle m’a permis de parfaire la méthode de communication avec les apprenantes. Ceci, tout en prenant part à la récolte d’informations auprès d’elles pour les besoins de l’enquête sociologique», a-t-elle confié à l’issue de la cérémonie de remise des attestations. Et de préciser que «l’intérêt du programme P3A consiste en l’introduction des nouvelles technologies de la communication et de l’information dans les méthodes d’enseignement et de lutte contre l’analphabétisme», considérant cette nouvelle orientation comme étant «une étape très importante».
Cette approche a également été défendue par l’expert en TIC du programme P3A, Zidenine Seffadj, lors de son intervention en plénière, tandis que Tengandé Niada, également expert du P3A, a tenu à démontrer la pertinence de la méthode «Reflect», pratiquée de par le monde et basée sur «l’apprentissage par la participation», laquelle méthode a été suivie par les promoteurs de l’expérimentation algérienne, appelée à profiter à d’autres wilayas du pays, ont assuré ces derniers.
Samy Y.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img