32.9 C
Alger
vendredi 12 août 2022

Alors que celui du poulet a baissé de manière consistante : Le prix des viandes rouges s’affole…

Le prix des viandes rouges a connu une hausse remarquable depuis quelques jours.
En effet, au niveau de certaines boucheries, le kilo de viande de bœuf a atteint les 2 000 DA celui du mouton est à plus 1 700 DA.

Par Thinhinane Khouchi

A moment où le pouvoir d’achat des Algériens continue sa chute libre, plusieurs produits de large consommation connaissent une hausse des prix notable. Malheureusement, depuis le début de cette année en cours, aucun aliment n’a été épargné par cette hausse qui pèse vraiment sur les consommateurs. Après la hausse du prix de la viande blanche, voila que les différentes boucheries du pays ont décidé d’augmenter celui des viandes rouges. Certains bouchers affichent une augmentation allant jusqu’à 400 DA le kilo confirmant que ce n’est que le début d’une flambée sans précédent qui se poursuivra au mois de février. Selon le président de la Fédération nationale des producteurs de viande rouge, Mohamed Tahar Remrem, «un kilo de viande de mouton est vendu par les détaillants à 1 700 DA. L’augmentation viendrait toutefois du marché de gros, où le kilo est affiché à 1 400 DA, alors qu’il valait 1 180 DA au début de l’année». Selon le même intervenant, le kilo de viande de bœuf a atteint les 2 000 DA au niveau de certaines boucheries et au marché de gros, le kilo est affiché à 1 500 DA tandis qu’il se vendait à moins de 1 300 DA. Concernant les raisons de cette hausse subite, Mohamed Tahar Remrem a expliqué que «cette hausse des prix est principalement causée par l’augmentation des prix de l’aliment de bétail, dont les tarifs ont atteint les 7 000 DA». Il a également indiqué que plusieurs régions du pays ont souffert de sécheresse. En outre, Remrem s’est penché sur l’importation des vaches. Il a déploré que l’importation des veaux destinés à la consommation soit monopolisée par trois importateurs seulement qui contrôlent de ce fait le marché. Il a estimé qu’il n’est pas possible de résoudre le problème de la viande rouge, sauf si on ouvre la voie à la compétition.
De son côté, le porte-parole de l’Union des commerçants et artisans algériens, Saïd Kebli a, quant à lui, indiqué que certains éleveurs engraissent leurs veaux afin de pouvoir les vendre au début du mois de Ramadan, et ce, en faisant monter les prix, notamment dans un contexte marqué par une pénurie de production. En outre, il est à noter qu’après une flambée considérable, le prix de la viande blanche a connu une baisse importante ces derniers jours passant de 500 DA le kilo chez les détaillants à 340 DA aujourd’hui. Selon le président de la Chambre nationale des viandes blanches, Laïd Noureddine, «le prix du poulet a diminué au niveau des marchés de gros, pour la première fois depuis de nombreux mois, atteignant les 270 DA le kg». Il explique que cette baisse s’explique par plusieurs raisons. «Aujourd’hui, nous assistons à une grande abondance dans la production de poussins, car les conditions se sont stabilisées et l’offre est devenue égale à la demande». De son côté, Hadi Tabhirt, secrétaire général national du Conseil professionnel mixte de l’élevage avicole a indiqué, lors de son passage sur les ondes de la Radio Sétif, que «la baisse des prix du poulet est due à la relative abondance enregistrée en poules pondeuses et au comportement des consommateurs, dont le pouvoir d’achat a baissé, ce qui a causé la baisse de la demande sur la viande blanche» ajoutant que les ventes de viande blanche par les bouchers sont passées de 200 kg par jour à moins de 50 kg tandis que l’activité de vente d’aliments a baissé de plus de 30%».
T. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img