23.9 C
Alger
vendredi 17 septembre 2021

Alimentation en eau potable : Dessalement de l’eau de mer : Sonatrach s’implique dans un plan d’urgence

«Afin de contribuer à l’alimentation en eau potable des habitants des wilayas côtières et pallier la raréfaction des eaux superficielles induite par les changements climatiques, un nouveau plan d’urgence permettant de doter l’ensemble des wilayas côtières d’une station de dessalement de l’eau de mer est en préparation sur instruction du président de la République, Abdelmadjid Tebboune», a indiqué le ministre des Energies et des Mines.

Par Thinhinene Khouchi

«Dans sa première phase, ce plan prévoit la réalisation d’une station de dessalement de l’eau de mer (SDEM) d’une capacité de 250 000 m3 par jour dans Alger-Ouest, une autre à Cap Djinet avec 400 000 m3 par jour et une troisième station à El Tarf 250 000 m3/j», a précisé Mohamed Arkab lors de son intervention en marge de la cérémonie de signature de lettres d’engagement entre deux filiales de Sonatrach (AEC et GCB) avec la société Cosider Canalisation  pour la réalisation de trois stations de dessalement de l’eau de mer à l’Est d’Alger d’une capacité globale de 150 000 m3/j, dans le cadre d’un premier plan d’urgence. Il a également révélé que «d’autres projets sont en phase d’étude et concerneront les wilayas d’Oran, Mostaganem, Jijel, Skikda, Béjaïa et Tizi Ouzou, dans le cadre de ce plan», affirmant que «l’objectif est d’implanter une station de dessalement dans chaque wilaya du littoral algérien». Ces stations de dessalement de l’eau de mer permettront de «contribuer à l’alimentation en eau potable des habitants de ces régions et pallier la raréfaction des eaux superficielles induite par les changements climatiques», a-t-il expliqué. Evoquant les trois projets lancés ce jeudi, à savoir une SDEM à Bordj El Kiffan, une à El Marsa (Alger-Est) et une autre à Corso (Boumerdès), Arkab a insisté sur les compétences des filiales de Sonatrach en charge de leur réalisation, soulignant «leur expérience avérée dans ce genre de projets». Il a, par ailleurs, affirmé la «coordination totale» avec le ministère des Ressources en eau et de la Sécurité hydrique, ainsi qu’avec les wilayas d’Alger et de Boumerdès, notamment pour la mise à disposition rapide des assiettes foncières devant les accueillir, afin d’«entamer les travaux de réalisation au cours de la première semaine du mois d’août». Pour sa part, le ministre des Ressources en eau et de la Sécurité hydrique, Karim Hasni, a indiqué que la mise en service de ces trois stations permettra de «réduire de 72 % le recours aux eaux superficielles dans la capitale». Par ailleurs, M. Hasni a annoncé la réalisation, à moyen terme, de «deux grandes stations de dessalement de l’eau de mer, une à Alger-Est et l’autre à Alger-Ouest, d’une capacité de 300 000 m3/j chacune, ce qui permettra de couvrir à 130 % les besoins assurés actuellement par les eaux superficielles», précisant que les barrages qui alimentent actuellement Alger Est, à l’instar de Taksebt, Koudiat Asserdoune et Keddara, seront orientés vers l’alimentation des wilayas de Boumerdès, Tizi-Ouzou, M’sila, Bouira et Médéa. De plus, le barrage de Douéra, qui alimente Alger Ouest, sera orienté vers l’irrigation des terres agricoles, alors que celui de Bouroumi, à Blida, servira à alimenter la wilaya de Tipaza et pourra même alimenter la wilaya de Ain Defla, a ajouté M. Hasni. Affirmant que la stratégie du secteur, à moyen terme, prévoit l’implantation de SDEM dans les 14 wilayas situées sur la bande côtière du pays, où se concentre 95 % de la population, M. Hasni a expliqué que «ces stations permettront d’alimenter les régions situées à 150 km du littoral, vers l’intérieur du pays, afin d’en faire bénéficier les wilayas des Hauts-Plateaux». Pour sa part, le wali d’Alger, Youcef Chorfa, a indiqué que les 150 000 m3/j supplémentaires qu’assureront les futures stations de Bordj El Kiffan, El Marsa et Corso, additionnés aux 280 000 m3/j issus des 222 (102+120) nouveaux forages réalisés respectivement par le ministère des Ressources en eau et de la Sécurité hydrique et par la wilaya d’Alger avec l’assistance de Sonatrach et Cosider et qui seront livrés en totalité au plus tard le 15 septembre, permettront une production moyenne de 1 million m3/j au début de la saison estivale de l’année prochaine.
T. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img