13.9 C
Alger
samedi 25 mars 2023

Ali Bey Nasri appelle à revoir plusieurs articles sur l’Association avec l’UE: «Ramener l’esprit de l’Accord vers des intérêts plus équilibrés»

Dix-sept ans après son entrée en vigueur, la révision de l’Accord d’association entre l’Algérie et l’Union européenne, selon une approche «gagnant-gagnant», représente une nécessité, voire une urgence, pour remettre cet accord dans le bon sens, selon les experts. Pour ce faire, «il ne faut pas que l’Europe considère l’Algérie comme une simple pile électrique», a déclaré, hier, Ali Bey Nasri, expert consultant en export. S’exprimant sur les ondes de la Radio nationale, l’invité a expliqué que «si l’Algérie a un rôle majeur à jouer en Europe sur le plan énergétique, à nous de faire valoir cet avantage, de savoir tirer profit de cette situation». Selon lui, «la crise de l’énergie en Europe a même remis en cause l’exploitation du charbon et du nucléaire. Il y a donc une forte demande. Il nous appartient de définir une stratégie fructueuse et souveraine». La négociation de l’Accord d’association Algérie-Union européenne, a-t-il ajouté, doit porter sur l’intérêt de l’Algérie en premier lieu. «Il faudrait revoir plusieurs articles tout en essayant de faire des propositions. Premièrement, revoir les quotas qui nous sont alloués. Deuxièmement, permettre à l’Algérie d’exporter sans barrières. Et troisièmement, à l’Europe d’activer tous les articles concernant la recherche, la formation, l’ouverture des grandes écoles aux étudiants et investisseurs algériens», a préconisé l’expert et consultant en export. «Le plus important est revoir l’esprit de cet Accord d’association, créer des relations équilibrées. Il vaut mieux s’inscrire dans une approche stratégique et politique que dans une approche strictement commerciale», a affirmé le consultant en export.

Borrell : «L’Algérie est un partenaire de confiance pour l’Union européenne»
Le Haut représentant de l’Union européenne pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité, vice-président de la Commission européenne, Josep Borrell, a affirmé, à Alger, que l’Algérie est un partenaire de confiance et un acteur-clé dans la lutte contre le terrorisme, annonçant que l’Algérie et l’UE ont convenu de relancer le dialogue de haut niveau en matière de sécurité. «Il est très important de dire que nous avons convenu de relancer notre dialogue de haut niveau en matière de sécurité et que les premières réunions vont se tenir avant la fin de l’année en cours», a déclaré M. Borrell à l’issue de l’audience que lui a accordée le président de la République, Abdelmadjid Tebboune. Au plan économique, il a indiqué que l’Algérie et l’UE disposent d’un partenariat qui «fonctionne bien» dans le secteur de l’Energie, affirmant que «90 % des exportations du gaz algérien partent vers l’Europe, qui considère l’Algérie comme un partenaire fiable pour avoir été aux côtés de l’Europe dans les moments difficiles». «Nous souhaitons développer cette relation avec l’Algérie en nous projetant vers le futur, tout en privilégiant les investissements européens dans le secteur des Energies renouvelables», a-t-il relevé, faisant observer que l’Algérie a un «avenir prometteur» du fait qu’elle dispose d’un «énorme potentiel» dans le domaine des énergies renouvelables. Selon M. Borrell, «plus de la moitié du commerce extérieur algérien s’effectue avec les Etats membres de l’UE, soit 56 % des exportations et 43 % des importations», estimant, à ce propos, que les deux parties «peuvent faire mieux». Par ailleurs, M. Borrell a salué l’élection de l’Algérie au Conseil des droits de l’Homme des Nations unies qu’il a qualifié d’institution «très importante».
Meriem Benchaouia

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img