25.9 C
Alger
mardi 3 août 2021

Aïd El-Adha à Béjaïa: Une fête sous la menace du Covid

La fête de l’Aïd El Adha a particulièrement été célébrée cette année encore en pleine pandémie de coronavirus et ses variants qui continuent d’emporter des vies humaines.

Par Hocine Cherfa

Les Béjaouis ont relativement observé les mesures barrières édictées par les médecins pour se protéger contre cette maladie. Les campagnes de sensibilisation, fortement menées ces dernières semaines et conseillant le respect des mesures préventives de protection contre ce virus, ont porté leurs fruits, d’autant que le débat sur cette pandémie commence désormais à être dépassionné. Les campagnes de vaccination ont été renforcées un peu partout comme au chef-lieu de wilaya, avec l’ouverture de services de vaccination au niveau des polycliniques d’Ihaddaden, Ighil Ouchaâlal, Sidi-Ahmed, en plus de ceux déjà en fonction à la maison de la culture. «La vaccination devrait s’étendre cette semaine aux entreprises Naftal et COGB», a-t-on appris. Les gens ont accompli le sacrifice la première journée, juste après la prière de l’Aïd comme d’habitude. Les commerces, fermés le matin, ont progressivement rouvert l’après-midi et l’activité commerciale a repris hier dans son ensemble. Mais les marchés se sont embrasés. Les prix des fruits et légumes très demandés durant cette fête religieuse ont doublé. C’est le cas du melon dont le prix est passé de 60 à 80 DA voire 90 DA, la pastèque de 35 ou 40 DA, à 50 et 55 DA, la pêche a fait son ascension de 180 et 200 DA vers 270 et 280 DA et la nectarine s’est envolée de 200 et 220 DA, quelques jours avant l’Aïd, à 320 et 350 DA. La banane a grimpé aussi. Cotée à 220 DA, elle est passée à 280 voire 300 DA. Concernant les légumes, par crainte de la pénurie, les gens se sont approvisionnés quelques jours avant l’Aïd, stockant des produits alimentaires dont ils ont besoin. Les prix des légumes ont triplé. C’est le cas de la courgette et des navets qui sont respectivement passés de 50 et 60 DA à 240 pour l’un et 120 voire 150 DA. S’agissant des pénuries, l’on a noté un manque d’eau potable au niveau de certains quartiers de la ville de Béjaïa, dont Aïn Skoune et Kherrata hier, le manque de pain, de lait en sachet dans certaines régions et le transport aussi. Les moyens de transport étaient disponibles vers certaines régions et relativement vers d’autres hier. Cependant, les choses sont rentrées dans l’ordre hier, deuxième journée de l’Aïd. Toutefois, la hausse du nombre des malades atteints du Covid reste le sujet de discussion ces deux jours et l’échange des visites familiales a beaucoup diminué par rapport à l’Aïd El-Fitr. Beaucoup de gens ont eu recours aux réseaux sociaux et au téléphone pour formuler leurs vœux de l’Aïd à leurs proches. Hafid Boudrahem, surveillant général au CHU de Béjaïa et chargé des inspections, a qualifié la situation de «catastrophique». Selon lui, il est temps de passer aux mesures radicales, dont la fermeture des plages, afin d’éviter la propagation du virus avec l’affluence des estivants vers la wilaya. «Il y a 103 malades hospitalisés au niveau du CHU de Béjaïa, dont 9 en réanimation, et un décès a été enregistré hier», déclare notre interlocuteur. Plus de 200 malades sont actuellement hospitalisés dans les nombreux hôpitaux de la wilaya de Béjaïa, sans compter les nombreux malades qui arrivent, quotidiennement, au service des urgences, comme ce fut le cas hier où 28 malades ont été admis au service des urgences de l’hôpital Ben-Merad-El-Mekki d’Amizour. Plus de 61 malades sont hospitalisés dans cet hôpital. Au niveau de l’hôpital de Sidi-Aïch, pas moins de 28 personnes sont hospitalisées, dont 5 en réanimation. Au moins 41 malades de plus ont été enregistrés durant les dernières 24h à Béjaïa. Il est utile de rappeler que Chafaâ Bouaiche, ancien député et chargé de communication du FFS qui souffrait déjà d’une maladie chronique, a été emporté par cette pandémie. Le défunt a été enterré avant-hier au cimetière d’Akabiou, dans la commune de Timezrit (Béjaïa), en présence de plusieurs dizaines de personnes. Député durant deux mandatures, le défunt était âgé de 47 ans. Notons qu’il y a de plus en plus de personnes qui demandent à être vaccinés. Enfin, l’Aïd a également été marqué par de nombreuses actions de solidarité organisées par le mouvement associatif en direction des démunis. C’est le cas de l’association Kafil El-Yatim, la commission d’entraide et de bienfaisance de Béjaïa qui a distribué des moutons et de la viande aux familles nécessiteuses. D’autres associations et collectifs des villages en ont fait de même.
H. C.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img