16.9 C
Alger
samedi 1 octobre 2022

Agriculture: L’Algérie célèbre aujourd’hui la Journée internationale des forêts

L’Algérie célèbre aujourd’hui la Journée internationale des forêts sous le thème «Les forêts, une production et une consommation durables», a indiqué, hier, la Direction générale des forêts (DGF) dans un communiqué.
Cet évènement mondial, qui sera célébrée par la DGF au niveau de la forêt de Bainem (Alger), sous le patronage du ministre de l’Agriculture et du Développement rural, sera consacré à l’information et la sensibilisation sur les avantages précieux de l’arbre sur le plan économique, social et environnemental et les dangers de la déforestation, a précisé la même source. A cette occasion, des journées seront également organisées à travers tout le territoire national, symbolisant ainsi l’intérêt qu’accorde l’Algérie à la préservation et au développement de son patrimoine forestier, a ajouté le communiqué. L’ensemble des Conservations des forêts ont prévu diverses manifestations éducatives pour cette journée. Parmi ces activités prévues, en partenariat avec la société civile, les établissements éducatifs et les collectivités locales, des expositions de photos et projection de films, des plantations à l’intérieur des écoles et à proximité des établissements scolaires, ainsi que des visite sur les sites de reboisement. Selon les données de la DFG, la superficie forestière de l’Algérie est l’une des plus faibles d’Afrique avec 4,1 millions d’hectares. Afin d’accroître les surfaces des forêts, des experts encouragent vivement l’ouverture du secteur forestier aux opérateurs privés pour créer leurs propres espaces forestiers. Actuellement, les forêts et la nappe à Alfa sont en état de stress continuel vis-à-vis de la sécheresse et sont soumises en permanence aux pressions multiples qu’exercent l’homme et son bétail, a alerté la DGF. «La forte présence humaine autour et à l’intérieur des massifs forestiers, la pauvreté et le chômage qui conduisent les habitants à commettre des délits forestiers pour pouvoir subvenir à leurs besoins primaires, sont autant de facteurs qui fragilisent ces espaces», a-t-elle mentionné en évoquant «la coupe et la vente illicites de bois, la fabrication de charbon pour les rôtisseries à partir du chêne, en plus de la présence des carrières d’extraction de pierres et des stations de concassage à l’intérieur des massifs». D’autre part, la DGF met en avant la contribution du secteur des forêts dans l’amélioration des revenus des populations rurales et la création d’emplois. «Les emplois directement générés sont importants, soit une moyenne de 60 000 équivalents emplois permanents/an», a-t-elle indiqué. A cela s’ajoutent les agents permanents qui sont employés par les entreprises de réalisation et les emplois induits par la transformation du bois tant au niveau des grosses entreprises que des petits artisans. La DGF a souligné, en outre, l’importance des ressources tirées par les populations rurales de la forêt. Parmi ces produits, elle a évoqué le bois, mais surtout les produits forestiers non ligneux (PFNLS). «Le liège est de loin le plus valorisé des produits forestiers non ligneux. Il constitue une ressource stratégique du fait de ses multiples usages (bouchonnerie, parquet, isolation thermique)», a relevé la même source. «Les potentialités nationales sont estimées à plus de 200 000 qx/an, avec une production relativement faible ces dernières années (60 000 à 80 000 qx/an)», a-t-elle fait savoir, soulignant que la forêt algérienne recèle également des potentialités en divers produits dont le charbon de bois, les plantes médicinales et aromatiques qui pourraient contribuer au développement de l’économie nationale et assurer une augmentation «substantielle» des revenus des populations concernées.

Maya H.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img