28.9 C
Alger
mardi 16 août 2022

Agriculture: Ateliers de concertation sur les mécanismes de relance du projet du barrage vert

Le ministère de l’Agriculture et du Développement rural a lancé, en coordination avec la Direction générale des forêts (DGF), une série d’ateliers de concertation dans plusieurs wilayas pour débattre des mécanismes de relance du projet du barrage vert, a indiqué, mercredi à Tébessa, la directrice du barrage vert et de la lutte contre la désertification à la DGF, Saliha Fartas.
Présidant l’atelier de concertation, lancé dans cette wilaya à vocation agropastorale, Mme Fartas a souligné que le ministère de tutelle a prévu l’organisation des ateliers dans 13 wilayas pour réfléchir à la relance de ce projet qu’elle a qualifié de «réservoir vert».
L’objectif des rencontres est de rechercher les moyens et les mécanismes à mettre en œuvre pour relancer, développer et étendre le barrage vert dans 13 wilayas, outre la préservation de l’environnement et l’amélioration des conditions de vie des habitants de plus de 100 communes à l’échelle nationale, a-t-elle ajouté.
De son côté, la directrice générale-adjoint des forêts, chargée de la lutte contre la désertification et des zones sahariennes, Ratiba Arbaoui, a indiqué que
l’opération de relance du barrage vert sur plus de 4,7 millions d’hectares dans 13 wilayas, dont Tébessa, a été présenté pour approbation au Conseil des ministres et le Fonds vert pour le climat. Son objectif, a-t-elle noté, est d’étendre cette bande verte pour assurer la pérennité des écosystèmes et favoriser la dynamique de développement économique dans ces wilayas par la fixation des populations, le reboisement des aires dégradées par la plantation d’arbresfruitiers, l’aménagement de point d’eau, l’ouverture de pistes et l’encouragement des activités d’exploitation des huiles essentielles de plantes et l’apiculture.
Elle a également mis l’accent sur les problèmes responsables de la dégradation du barrage vert et des milieux écologiques, dont la coupe illicite des arbres, le pacage, l’incinération des aires d’alfa, la construction illicite sur ces aires et les décharges sauvages d’ordures et de déchets inertes. Mme Arbaoui a affirmé, à ce propos, que depuis 2020, une série de textes ont été adoptés et des organes ont été créés, dont une Commission nationale du barrage vert présidée par le ministère de l’Agriculture et du Développement rural, qui comprend sept ministères, outre la conception d’un plan d’action d’extension du barrage vert et de développement socio-économique des zones qu’il traverse, reflétant ainsi l’intérêt majeur accordé par l’Etat à ce mégaprojet. De son côté, le conservateur local des forêts, Mohamed Adjib, a indiqué que cette wilaya compte plus de 23 000 ha de barrage vert traversant neuf communes, soit près de 30 % de la superficie globale de Tébessa.
Il a également précisé que son secteur a mené depuis 2020 plusieurs actions de réhabilitation du cadre écologique et de fixation des habitants à travers l’aménagement de points d’eau, la plantation de plusieurs milliers d’arbres fruitiers dont l’olivier, le palmier dattier, le pistachier,
l’amandier et la distribution de ruches pleines.
Cet atelier, tenu dans la salle des congrès Chahid Abad-Zine de la ville de Tébessa, a réuni des directeurs exécutifs, des partenaires sociaux et les associations activant dans le domaine de l’environnement, qui ont débattu des actions et des méthodes de travail à adopter.
Ouali N.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img