12.9 C
Alger
jeudi 23 mai 2024

Agression sioniste Ghaza : le génocide entre dans son 200e jour

L’agression génocidaire sioniste contre la bande de Ghaza se poursuivait hier pour le 200e jour consécutif, faisant plus de 100 000 victimes entre martyrs et blessés et provoquant une catastrophe humanitaire sans précédent, alors que la communauté internationale peine à obliger l’occupant de faire cesser ses crimes odieux contre le peuple palestinien sans défense. Le bilan est effrayant, atteignant, depuis le début de l’agression sioniste le 7 octobre 2023, 34 183 martyrs, dont
15 780 enfants et 10 091 femmes, tandis qu’au moins 77 143 blessés ont été dénombrés, selon les autorités palestiniennes qui font état également d’un certain nombre de Palestiniens sous les décombres et sur les routes ou portés disparus, rendant ainsi Ghaza invivable.
Les massacres sionistes ont également entraîné des destructions massives d’infrastructures, en plus d’une catastrophe humanitaire sans précédent dans l’enclave palestinienne assiégée. Selon des données publiées récemment par l’Observatoire euro-méditerranéen des Droits de l’homme, le nombre de martyrs palestiniens tombés quotidiennement a atteint 212, tandis que l’occupant sioniste tue quotidiennement 79 enfants et 50 femmes, ce qui représente des chiffres terrifiants dans l’histoire des conflits contemporains.
Au 200e jour de l’agression, l’occupant sioniste continue son offensive au même rythme et avec des pratiques effroyables, ignorant les demandes croissantes de cessez-le-feu venant de l’ensemble de la communauté internationale.
Dans ce contexte, des informations données par des sources palestiniennes font état de l’émergence de fosses communes pour la première fois dans l’histoire du conflit de cette ampleur et de cette forme.
Les fosses communes découvertes dans les hôpitaux, en particulier dans le complexe médical de Shifa à Ghaza et le complexe médical de Nasser à Khan Younes, auraient soulevé des soupçons que l’armée sioniste avait procédé à des exécutions extrajudiciaires de personnes détenues depuis le 7 octobre.
Le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric, s’est exprimé lundi à ce sujet : «La nouvelle est très inquiétante et les zones où se trouvent les tombes devraient faire l’objet d’une enquête approfondie et indépendante», soulignant que «cela montre clairement pourquoi un cessez-le-feu est nécessaire».

Efforts inlassables de l’Algérie en soutien aux Palestiniens
Après six mois et demi de génocide, la communauté internationale qui peine à obliger l’entité sioniste d’arrêter ses massacres en Palestine, notamment à Ghaza, continue d’appeler à un cessez-le-feu immédiat et à l’accès sans entrave de l’aide à la population de l’enclave qui vit actuellement «un enfer humanitaire».
Parallèlement aux appels au cessez-le-feu, les efforts en vue de soulager la souffrance des Palestiniens s’intensifient, notamment au sein de l’ONU. Ainsi, l’Algérie, membre non-permanent du Conseil de sécurité depuis janvier 2024, est déterminée à poursuivre ses démarches en faveur de la cause palestinienne juste, conformément aux directives du président de la République, Abdelmadjid Tebboune.
Le 25 mars dernier, l’Algérie, appuyée par les autres membres élus, a présenté devant le Conseil de sécurité un projet de résolution exigeant un cessez-le-feu à Ghaza, et appelant à la nécessité urgente d’étendre
l’acheminement de l’aide humanitaire aux civils et de renforcer leur protection dans l’ensemble de l’enclave. Le texte a été adopté par un total de quatorze voix, après plusieurs échecs dans ce sens en raison du veto des Etats-Unis. Cependant, les résolutions de l’ONU ne sont toujours pas respectées par l’entité sioniste. Et toujours à l’ONU, l’Algérie poursuit inlassablement ses efforts en faveur de l’adhésion à part entière de l’Etat de Palestine à l’ONU. «Nous reviendrons plus forts avec le soutien de l’Assemblée générale en faveur de l’adhésion à part entière de l’Etat Palestinien à l’ONU», a déclaré jeudi dernier le représentant permanent de l’Algérie auprès des Nations unies, l’ambassadeur Amar Bendjama, après le veto américain au projet de résolution du Conseil de sécurité présenté par l’Algérie recommandant l’admission de la Palestine à l’ONU. Le diplomate a rappelé, à cette occasion, les propos du Président Tebboune, qui a assuré que «les efforts de l’Algérie ne cesseront pas jusqu’à ce que l’Etat de Palestine devienne membre à part entière des Nations unies».

Ghani Y.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img