26.9 C
Alger
mardi 28 juin 2022

AGE de la FAF/Elu à 85 % des suffrages : Amara, nouveau patron du Palais de Dely Brahim

Le président-directeur général du groupe Madar, regroupant l’ex-Snta et d’autres entreprises en partenariat avec des investisseurs émiratis, et président du CRB avec lequel il a décroché la Coupe d’Algérie et la Ligue I, est le nouveau président de la Fédération algérienne de football (FAF) pour un mandat de quatre ans.

Par Mahfoud M.

Succédant à Kheireddine Zetchi, Amara a été élu à ce poste lors de l’AG élective qui s’est déroulée à l’hôtel Sheraton d’Alger, avec 85 % des suffrages. Le président du Chabab a reçu 75 voix pour et 13 contre, sachant que seuls 88 membres sur 119 ont pris part au vote. Amara est le 22e président de l’instance qui gère le football national. Le nouveau patron du Palais de Dely Brahim avait déjà annoncé la couleur à la veille de cette AG, avec une conférence de presse tenue pour présenter son programme et ses priorités durant ce mandat olympique, et pour rassurer les sceptiques, sachant qu’il était candidat unique et qu’il allait être élu sans surprise.
Son programme sera axé sur la réforme, la modernisation et la performance pour, selon lui, remettre le football national sur les rails.
Amara a dévoilé un programme ambitieux, articulé sur onze points, dont les plus importants sont une réforme structurelle de la FAF, le développement du football professionnel et amateur, ainsi que la formation des acteurs de la discipline.
«Notre candidature est le fruit d’une réflexion largement murie. Nous sommes porteurs d’un programme de reformes dont nous sommes convaincus qu’elles répondront aux nécessités de l’heure», a-t-il déclaré, avant
d’ajouter que «toutes les réformes envisagées visent à moderniser profondément notre mode de fonctionnement et de gouvernance avec la recherche systématique de la performance et de l’excellence».
Ses priorités seront d’abord la mise en conformité des statuts de la FAF avec ceux de la FIFA, «sous peine de graves déconvenues», avant de s’attaquer à d’autres chantiers tels que les textes régissant le jeu, l’amélioration du système de compétition et la relation complexe entre les sociétés sportives par actions (SSPA) et les clubs sportifs amateurs (CSA).
«Nous devrons pérenniser un nouveau modèle viable. C’est là le domaine de l’institutionnel et ce n’est ni limitatif ni exclusif», a-t-il assuré.
Faisant le diagnostic du football national, le président du Conseil d’administration de la SSPA CR Belouizdad depuis trois saisons a estimé que «tous les clubs professionnels algériens sont en faillite à cause d’un déficit structurel en termes de modèle économique», soulignant que «le professionnalisme doit être et non une nécessité».
Concernant la formation, Amara a indiqué que dans le cas de son élection à la tête de la FAF, les moyens et prérogatives de la Direction technique nationale et le Collège technique national seront considérablement
«Enfin, nous œuvrerons à instaurer une véritable diplomatie du football. Elle sera le prolongement naturel et la résultante de la bonne gouvernance, un de nos piliers dans l’ensemble de notre stratégie», a-t-il soutenu.
M. M.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img