4.9 C
Alger
samedi 28 janvier 2023

Afin de permettre aux marques algériennes de conquérir les marchés internationaux: Le DG d’Algerac propose trois étapes pour valoriser le «Made in Algeria»

Afin de placer le produit algérien à l’étranger, il est impératif de tenir compte des normes internationales qui sont le passeport à l’export. Le directeur général de l’Organisme algérien d’accréditation (Algerac) les résume en trois étapes importantes, permettant aux marques algériennes de conquérir les marchés mondiaux.

Par Louisa A. R.

Relever le défi de couvrir les besoins du marché national et s’orienter vers l’exportation en direction des marchés étrangers en axant sur la qualité et la concurrence, est l’objectif assigné par les pouvoirs publics pour relancer l’économie nationale. Le produit «Made in Algeria» s’est frayé un chemin dans le paysage des exportations vers l’étranger. De nombreux produits algériens ont connu un franc succès à l’échelle mondiale, tels que les dattes, l’huile d’olive et autres. Aujourd’hui, le défi est d’envergure. Les opérateurs économiques algériens sont enclins à franchir le pas et aller à la conquête d’autres pays avec plus de produits locaux. Pour atteindre cet objectif, l’Algérie doit obéir à certaines normes. Pour le directeur général de l’Organisme algérien d’accréditation (Algerac), Noureddine Boudissa, «l’Algérie doit franchir trois étapes pour permettre aux marques algériennes d’envahir les marchés mondiaux». Intervenant, hier, sur les ondes de la radio Chaîne 1, Boudissa a relevé la nécessité d’adopter trois étapes fondamentales à
l’avenir qui sont : produire selon les normes internationales, assurer la sécurité alimentaire et contrôler les importations, afin de valoriser le «Made in Algeria».
Lors de son passage à l’émission «Invité de la matinée» de la Chaîne 1 de la Radio nationale, Boudissa a annoncé qu’«au mois de février Algerac sera agréé au niveau international, de manière à conquérir des produits nationaux sur les marchés mondiaux, tels que la Deglet Nour, l’huile d’olive et autres», ajoutant, dans le même contexte : «Nous attendons les listes de marques des ministères de l’Agriculture, du Commerce et de l’Industrie».
Boudissa a souligné qu’«aucun mouvement de développement n’est activé sans s’appuyer sur la norme de qualité», ajoutant que «la nouvelle loi sur l’investissement est devenue une incitation positive qui permet de surmonter les retards».
Le directeur de l’Autorité algérienne d’accréditation a indiqué que «le respect de la pyramide de la qualité lui permettra de jouer le rôle attendu et d’accompagner le développement en Algérie», expliquant qu’«il est nécessaire de préparer la base du produit algérien afin de rivaliser avec ses homologues, ce qui exige une conformité pour répondre aux normes internationales».Le même intervenant a insisté sur la généralisation de la culture de la qualité dans tous les secteurs, exprimant son optimisme quant à l’horizon à venir. «Nous vivons actuellement plus positivement, avec la prise de conscience des ministères et des institutions publiques et privées du pari de la qualité», a-t-il déclaré. Boudissa a proposé de définir un programme de travail quinquennal et de revoir de nombreux accords avec les Européens pour obtenir de meilleurs résultats, rappelant que la pyramide de la qualité est ce qui protège et valorise les produits nationaux.
Révélant qu’«il y a 135 organismes agréés en Algérie», il a souligné que «l’objectif est de porter ces organismes à 240». Par ailleurs, a-t-il dit, «nous sommes impatients de concrétiser le projet Dar Al-Jawda et de le délivrer dès que possible».
Concernant l’approche de la date d’importation des voitures de moins de 3 ans, le même responsable a estimé qu’«il était temps de qualifier les laboratoires algériens pour qu’ils s’engagent dans une politique de surveillance et d’accompagnement de la politique mécanique en Algérie». Boudissa a conclu en soulignant la disponibilité de l’autorité à faire avancer la mobilisation et la qualification pour une pratique de qualité en Algérie, notant que «l’accréditation des laboratoires d’énergies renouvelables a commencé».
L. A. R.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img