16.9 C
Alger
samedi 10 décembre 2022

Accidents de la circulation Trop de morts sur nos routes

Le phénomène des accidents de la route persiste et engendre deuils et pertes économiques considérables pour les victimes, leurs familles et le pays dans son ensemble. Malheureusement, malgré les appels à la vigilance et au respect du code de la route, des accidents routiers mortels ont lieu quotidiennement au niveau national.
En cette période de ramadhan, qui n’est d’ailleurs pas différente des autres jours de l’année, les services de la Protection civile publient des bilans sanglants. En effet, malgré les nombreuses campagnes de sensibilisation quant au phénomène d’insécurité routière et les risques du non- respect du code de la circulation, chaque jour le nombre des accidents de la route et celui des victimes augmentent. Durant la troisième semaine du mois de ramadhan, soit du 17 au 23 avril, «vingt-huit personnes ont trouvé la mort et 1 255 autres ont été blessées dans 1 032 accidents à travers plusieurs wilayas du pays», a indiqué, hier, un bilan de la Protection civile. Le bilan le plus lourd a été enregistré au niveau de la wilaya de Tamanrasset avec 5 personnes décédées sur les lieux de l’accident et 11 autres blessées suite à 7 accidents de la route, précise la même source. Le bilan de cette troisième semaine de ramadhan est aussi lourd que celui des deux premières semaines où 59 personnes ont péri dans des accidents de la route, alors que 1 742 autres ont été blessées durant la période allant du 3 au 15 avril, et ce, à travers plusieurs wilayas du pays. Le facteur humain est à l’origine de la majorité des accidents de la route, selon le responsable régional de la sécurité routière de la Gendarmerie nationale de Zéralda qui a révélé que «les conducteurs algériens sont responsables de l’augmentation du nombre d’accidents de la circulation et des victimes». En effet, le non-respect du code de la route et le comportement inapproprié du conducteur ont beaucoup contribué à l’augmentation des accidents de la circulation, en particulier en l’absence de culture de la circulation. Pourtant, plusieurs actions de sensibilisation ont été menées par les différents services de sécurité à l’occasion du mois sacré pour persuader les conducteurs à faire attention. La Gendarmerie nationale a mené, du 3 au 23 avril, une campagne de sensibilisation sous le slogan «Pour un ramadhan sûr, conduisez prudemment». Les conducteurs étaient appelés à éviter l’excès de vitesse, les dépassements dangereux et la conduite en cas de fatigue et de manque de sommeil, compte tenu de leur impact sur la conduite. Des dépliants ont également été distribués, renfermant des conseils et des orientations pour une conduite sûre, notamment durant ce mois de ramadhan. Les mosquées se sont aussi impliquées dans la sensibilisation contre les accidents de la route. Une journée d’information sur les dangers des accidents de la circulation a été organisée par le ministère des Affaires religieuses la première semaine du ramadan. Malheureusement, toutes ces démarches n’ont pas donné les résultats souhaités, à savoir la baisse du nombre de décès. Enfin, il est à noter que le numéro vert 10-55 reste à la disposition des usagers de la route pour signaler diverses infractions, ainsi que la page Facebook «Tariki» pour voir l’état des routes.
Thinhinane Khouchi

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img