22.9 C
Alger
samedi 13 août 2022

Abstention

Cela fait des années que l’abstention augmente à chaque élection en France, sans que les représentants politiques n’aient trouvé de moyen de remédier à ce malaise démocratique qui lance un voile de doute sur les résultats sortis des urnes. Or, l’abstention ne frappe pas que la France métropolitaine mais l’ensemble du pays et la Nouvelle-Calédonie n’est pas épargnée. La victoire du «non» au troisième et dernier référendum sur l’autodétermination de la Nouvelle-Calédonie a été marquée par une importante abstention, les indépendantistes ayant boycotté le scrutin. Sans surprise, le candidat LFI à l’élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon, soutien des indépendantistes, a qualifié lundi de «catastrophe» le résultat du référendum. «Le résultat est une catastrophe parce que seulement 43 % des personnes sont allées voter», a-t-il déclaré dans une conférence de presse à son QG de campagne. Rappelant la promesse de l’ancien Premier ministre Édouard Philippe de ne pas organiser «un référendum pendant la période présidentielle, entre septembre 2021 et août 2022», le leader insoumis a dénoncé «l’erreur du gouvernement d’être passé outre l’opposition des Kanaks». Dans un contexte de boycott par les indépendantistes qui arguaient d’une «campagne équitable impossible» du fait de la pandémie de Covid-19, le troisième et dernier référendum sur l’autodétermination de la Nouvelle-Calédonie, prévu par les accords de Nouméa de 1998, a vu la victoire du «non» à l’indépendance par 96,49 %, avec une abstention massive (56,1 %). «Je forme le vœu qu’on n’aille pas d’une brutalité à l’autre», a poursuivi Jean-Luc Mélenchon, mettant en garde contre un éventuel «bouleversement des institutions actuelles néo-calédoniennes» après un référendum mal situé et mal accepté. Le chef de La France insoumise a affirmé que, à l’inverse des déclarations du président Macron, les accords de Nouméa arriveraient à leur «terme juridique uniquement quand de nouvelles institutions auront été mises au point». «Si le gouvernement a pensé se débarrasser d’un problème pour être plus présent politiquement dans la guerre froide qu’il veut mener contre la Chine, il a fait une belle erreur», a ajouté le député insoumis. Cet archipel stratégique de plus de 200 000 habitants, situé au cœur de l’océan Pacifique, apporte à la France une vaste zone économique exclusive (ZEE) de quelque 1,5 million de km2 et donc un emplacement stratégique dans la région indo-pacifique, théâtre principal de la nouvelle rivalité entre la Chine et les États-Unis. Mais l’argument de Mélenchon pour rejeter les résultats de ce referendum semblent pour le moins fallacieux. Car en prenant pour argument le taux d’abstention pour délégitimer les résultats du scrutin, il semble oublier que lui-même a été élu aux dernières élections législatives avec un taux de participation de 35,78 %. Le député des Bouches-du-Rhône élu en 2017 devrait donc en toute logique s’appliquer les mêmes leçons qu’il dispense aujourd’hui au gouvernement et quitter son siège à l’Assemblée nationale.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img