4.9 C
Alger
mercredi 8 février 2023

Abderrahmane Hadef, expert en économie : «L’Algérie passe d’un simple marché à un pays d’investissement»

«Après deux années de réformes et de révision du cadre législatif, l’Algérie est en phase de passer d’un simple marché à un pays d’investissement et de production», a affirmé, hier, l’expert en économie Abderrahmane Hadef.

Par Thinhinane Khouchi
Enumérant les réalisations ambitieuses et les perspectives prometteuses pour le développement de l’économie nationale, l’expert en économie Abderrahmane Hadef a indiqué, hier, sur les ondes de la Chaîne 3 de la Radio nationale, que «l’Algérie a procédé, durant les deux dernières années, à des réformes et des révisions du cadre législatif. Aujourd’hui, on passe à l’étape de la mise en œuvre». Il a ajouté que «les maîtres-mots décrivant la nouvelle loi de l’investissement sont ‘’libérer l’esprit d’initiative, amélioration du climat des affaires en Algérie, assurer la transparence, faciliter le cadre de l’investissement, la célérité, l’efficacité et la pérennité, la criminalisation de toutes formes d’entraves ou blocages de l’acte d’investir, la débureaucratisassions… et surtout la stabilité du système législatif’’». Il a estimé qu’avec ces changements «l’Algérie est en phase de passer d’un simple marché à un pays d’investissement et de production». L’expert a noté que le projet de transformation économique engagé par l’Algérie montre déjà ses fruits au niveau national et à l’étranger, avec un redéploiement du pays sur la scène internationale. «Avec sa volonté affichée pour adhérer au BRICS, l’Algérie met la barre très haut pour dire que nous sommes un pays qui dispose de tous les atouts lui permettant de devenir un pays émergent», a-t-il analysé. Saluant les mesures prises par le gouvernement pour encourager l’investissement, Hadef a appelé à la mobilisation de tous autour de la vision du président de la République afin de relever les défis de l’heure et faire face aux enjeux qui, selon lui, relèvent de la souveraineté des pays. Par ailleurs, il est revenu sur les décisions prises par le président de la République de revoir radicalement la structuration et la politique du transport maritime de marchandises et de soumettre le projet de la nouvelle stratégie de gestion dans un mois. Hadef a indiqué qu’«il est temps, aujourd’hui, de passer à une nouvelle organisation du transport maritime, parce que l’Algérie a besoin d’accompagner son développement économique et aussi son redéploiement à l’international, de moyens logistiques qui lui permettront de se placer sur la scène internationale et d’être compétitive en termes de commerce international». Et d’ajouter : «Et là, le transport maritime devient un maillon très important dans cette vision, parce que le projet de transformation économique de l’Algérie est basé sur deux principaux axes, à savoir la revalorisation des richesses nationales, à travers la transformation localement. Quant au deuxième axe, il concerne son intégration dans la chaîne de valeur internationale (amélioration de son commerce extérieur)». «De là vient la nécessité d’avoir les moyens adéquats qui peuvent devenir des avantages concurrentiels pour l’économie algérienne. A cet effet, le transport maritime doit être repensé pour aller vers le sens de cette nouvelle vision», a-t-il souligné. L’intervenant sur les ondes de la Radio nationale a précisé que «la stratégie doit être conçue d’une façon à avoir un transport maritime compétitif. Et de là, il y a nécessité d’inclure une approche purement économique dans cette stratégie et travailler pour disposer vraiment de compagnies de transport maritime de haut niveau qui peuvent accompagner le commerce extérieur de façon efficace».

T. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img