22.9 C
Alger
dimanche 2 octobre 2022

Abdelmadjid Tebboune en visite d’Etat à l’invitation de Sergio Mattarella: Algérie-Italie : des relations historiques à consolider

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a quitté, hier, Alger, à destination de l’Italie, pour une visite d’Etat de trois jours, à l’invitation du président de la République d’Italie, Sergio Mattarella.

Par Massi Salami

Cette visite «revêt une importance particulière dans le raffermissement des liens d’amitié historiques et le renforcement des relations bilatérales dans de nombreux domaines, notamment dans le volet économique, et ce, dans le cadre d’une vision nouvelle des deux Présidents visant à insuffler une nouvelle dynamique au dialogue et à la coopération stratégique entre les deux pays voisins et amis», a indiqué la Présidence de la République dans un communiqué. Cette visite est une occasion de consolider davantage les relations historiques liant les deux pays.
Un accord d’amitié, de coopération et de bon voisinage existe depuis plus de 18 ans entre l’Algérie et l’Italie et cette visite va permettre de consolider des relations bilatérales dans de nombreux domaines. Outre le secteur de l’Energie, ce sera une opportunité d’élargir ce partenariat aux secteurs de l’Industrie mécanique, l’Agriculture, le Tourisme et l’Enseignement supérieur. D’ailleurs, des deux cotés de la Méditerranée, une réelle ambition a été affichée et maintes fois réitérée de renforcer les liens étroits existants entre les deux pays.
Lors de la dernière visite d’Etat effectuée en novembre 2021 par le président italien, M. Tebboune avait relevé que les relations bilatérales sont «fortes» et seront «consolidées dans un avenir très proche». «Nous nous sommes mis d’accord sur tout», avait déclaré le Président Tebboune, qui animait conjointement un point de presse à Alger avec le président italien.
Sergio Mattarella avait qualifié, de son côté, ces relations d’«anciennes, solides et stratégiques», tout en réaffirmant la volonté commune des deux pays de les consolider davantage.
A l’issue des entretiens avec le Président Tebboune, M. Mattarella avait fait état également d’une convergence de vues entre les deux pays sur toutes les questions d’intérêt commun, exprimant sa disponibilité de poursuivre la concertation politique sur les questions internationales et régionales, notamment sur le dossier libyen et la situation dans la région du Sahel.
Pour rappel, la visite d’Etat du président italien avait été couronnée par la signature, entre autres, d’accords dans les domaines de l’Education, de la Justice et de la sauvegarde du patrimoine culturel. Pour rappel, début avril dernier, c’est le président du Conseil des ministres italien, Mario Draghi, qui avait effectué une visite en Algérie et avait abouti à la signature d’un important accord gazier entre Sonatrach et Eni. Faut-il cependant relever que sur le plan économique les deux pays sont en mesure d’aller de l’avant en exploitant les multiples opportunités existantes. Ces dernières années une évolution notable a été enregistrée, grâce aux projets d’investissements et aux accords conclus entre les deux parties. Cela a permis à l’Algérie d’être le premier partenaire commercial de l’Italie sur le continent africain et de la zone Moyen-Orient-Afrique du Nord (MENA). Les échanges commerciaux entre les deux pays ont atteint les 8,5 milliards de dollars en 2021, en forte hausse par rapport à l’année 2020 où ils étaient de près de 6 milliards de dollars, selon des données du ministère du Commerce et de la Promotion des exportations. Les exportations algériennes vers l’Italie (constituées notamment d’hydrocarbures) ont avoisiné les 6,24 milliards de dollars en 2021, tandis que les importations de ce pays (principalement des machines, des produits pétroliers raffinés, des produits chimiques et des produits sidérurgiques) ont atteint les 2,26 milliards de dollars.
En matière d’investissements, les projets réalisés dans le domaine de l’énergie représentent un exemple édifiant du partenariat solide et du rôle de l’Algérie en tant que fournisseur d’hydrocarbures fiable de l’Italie depuis plusieurs décennies.
Le gazoduc TransMed qui lie les deux Etats depuis 1983, dispose d’une capacité de livraisons de 33,15 milliards de mètres cubes par an. Ce gazoduc a permis à l’Algérie d’exporter vers l’Italie une quantité de 14,8 milliards de m3 de gaz naturel en 2020, en progression de 12 % par rapport à 2019, classant ainsi l’Algérie deuxième fournisseur avec une part de marché estimée à 22 %. À la faveur de l’accord signé le 11 avril dernier à Alger par Sonatrach et Eni, les volumes de gaz exportés vers ce pays vont augmenter de 9 milliards m3/an à partir de 2023/2024. Mais l’Algérie et l’Italie s’inscrivent plutôt dans la perspective de l’élargissement de ce partenariat à d’autres domaines d’activités. Du côté algérien, l’on compte notamment s’inspirer de l’expérience italienne dans les domaines des petites et moyennes entreprises, la construction navale, l’industrie pharmaceutique, les technologies de l’information et des télécommunications, ainsi que la restauration de bâtiments anciens. Il est également à souligner la présence entrepreneuriale italienne en Algérie avec un nombre dépassant les 200 entreprises en activité dans les grands travaux publics, l’industrie, les équipements et le machinisme.

M. S.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img