22.9 C
Alger
dimanche 2 octobre 2022

Abdelkader Alloula : Un modèle pour les jeunes hommes de théâtre 

Assassiné par les terroristes à Oran il y a 28 ans, le grand homme du théâtre Abdelkader Alloula et son œuvre constitue jusqu’à aujourd’hui une source d’inspiration et un exemple à suivre pour un grand nombre de jeunes comédiens.

Par Abla Selles

Abdelkader Alloula, victime d’un attentat terroriste le 10 mars 1994 alors qu’il se rendait lors d’une soirée du mois de ramadhan au théâtre d’Oran pour donner une conférence, fut très proche des jeunes, comme le souligne sa veuve Radja Alloula.

« Sa coopérative théâtrale « 1er Mai » comptant de nombreux jeunes comédiens qui donnaient des spectacles et des représentations dans divers espaces, notamment dans les établissements scolaires, dans les villages les plus reculés et à l’occasion des festivals de théâtre et remportaient d’énormes succès », a-t-elle affirmé.

Alloula, a précisé son épouse Radja, « était un habitué du festival du théâtre. Il était accueilli comme un grand frère, n’hésitant pas à prodiguer conseils et orientations aux jeunes férus des arts des planches et aux autres artistes en matière de textes, de mise en scène et autres facettes de l’art scénique »., précisé sa veuve qui préside la fondation, dédiée à son défunt époux.

« Homme de théâtre, il a su donner au 4ème art national une nouvelle dimension aussi bien dans la forme que dans le contenu, en intégrant des formes d’expression puisées du terroir, à l’exemple de la « Halqa » et du « Goual », en utilisant la musique, la lumière, le décor, l’expression corporelle comme éléments fondamentaux de la dramaturgie », a souligné sa veuve qui préside la fondation dédiée à son défunt époux.

Après près de trois décennies de sa disparition tragique « Sebâa Wahrane » (Le lion d’Oran) comme aiment à l’appellera affectueusement et avec respect les Oranais, ses œuvres constituent une grande source d’inspiration pour bon nombre de jeunes comédiens. La fondation qui porte son nom offre une aide appréciable aux jeunes désirant faire des recherches sur l’œuvre et le parcours de ce monument du théâtre national.

Son amour pour le 4ème art l’incitait à encourager toutes les initiatives juvéniles. Les jeunes d’Oran et d’autres régions du pays le prenaient pour leur exemple et symbole dans cet art.  » Alloula a pu donner à sa personnalité plusieurs facettes, celles du comédien, de l’auteur et du metteur en scène »», a affirmé le metteur en scène Mohamed Belfadel. « C’est Alloula qui m’a encouragé à m’investir dans le théâtre », reconnaît avec fierté, Mohamed Mihoubi, metteur en scène et président de l’association « El Amel » d’Oran.  » Il était toujours présent pour soutenir les jeunes comédiens. Il assistait aux générales de notre association et lui prodiguait conseils et orientations », a-t-il affirmé.

Pour sa part, le comédien Samir Zemmouri Mazouri a indiqué avoir découvert la « Halqa » grâce aux œuvres de Alloula. « Ce qui m’a poussé à traduire en tamazight des tableaux  de l’époustouflante interprétation de Djeloul Lefhaymi, dans la pièce Ledjouad (les généreux) du défunt homme de théâtre. Cette œuvre magistrale de Alloula a été également traduite en tamazight et présentée au théâtre régional de Bejaïa ».

A.S.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img