22.9 C
Alger
mercredi 17 août 2022

95 décès depuis le début de l’année: Le monoxyde de carbone poursuit ses ravages

Malgré les appels à la vigilance et les campagnes de sensibilisation sur les risques liés à l’intoxication et à l’asphyxie au monoxyde de carbone, les services de la Protection civile recensent quotidiennement de nouvelles victimes de ce tueur silencieux.

Par Thinhinene Khouchi

L’utilisation des chauffages est à son comble ces jours-ci, ce qui augmente le risque d’asphyxie et d’intoxication au monoxyde de carbone. En effet, l’utilisation massive de certains appareils qui ne sont pas destinés au chauffage ainsi que l’absence de ventilation augmentent les risques d’asphyxie au monoxyde de carbone (Co). Malheureusement, pendant une semaine la Protection civile est intervenue pour prodiguer des soins de première urgence à des personnes incommodées par le monoxyde de carbone. A Khenchla, une famille entière a été décimée. En effet, la cellule de communication de la direction locale de la Protection civile a révélé que cinq membres d’une même famille habitant dans la commune de Kais (Khenchela) sont morts asphyxiés par le monoxyde de carbone provenant d’un chauffage. «L’unité secondaire de la Protection civile de Kais a reçu aujourd’hui (29 novembre) un appel aux environs de 15h30 faisant état de l’asphyxie de plusieurs membres d’une même famille par le monoxyde de carbone», a révélé le responsable de cette cellule, le capitaine Adel Messaâdia, précisant que les éléments de cette unité se sont aussitôt déplacés sur les lieux, accompagnés du procureur de la République près le tribunal de Kais, où ils ont enregistré le décès de cinq personnes. Il s’agit du père âgé de 51 ans, de la mère 41 ans, de deux garçons âgés de 9 et 15 ans et d’une fille de 18 ans, a précisé la même source. Les corps sans vie des victimes ont été transférés vers la morgue de l’Etablissement public hospitalier Hihi-Abdelmadjid de Kais. Les services de sécurité territorialement compétents ont ouvert une enquête pour déterminer les causes exactes de ce drame. Afin de sensibiliser les citoyens et les mettre en garde contre ce tueur silencieux, la Protection civile avait lancé une campagne nationale de prévention et de sensibilisation sur les risques liés à l’intoxication et à l’asphyxie au monoxyde de carbone, sous le slogan «Un hiver sans accident d’asphyxie», qui s’étalera tout le long de la période hivernale. Dans un communiqué partagé en début du mois en cours, la Protection civile précise que le programme de cette campagne comprend «des journées portes ouvertes, des caravanes locales qui sillonneront les différentes localités pour faire de l’information de proximité, ainsi que des émissions radiophoniques et télévisées, suivies de diffusion de spots de sensibilisation à travers tous les médias». Ainsi, les services de la Protection civile estiment que les décès par asphyxie «ne sont pas dus au hasard ou à des circonstances imprévues, mais à une erreur de prévention en matière de sécurité», soulignant qu’en général «ces erreurs sont imputées essentiellement à la mauvaise ou à un manque de ventilation, au mauvais montage de ces équipements par un personnel non qualifié, ainsi que
l’achat d’appareils de chauffage ne disposant pas d’un système de sécurité». À ce propos, la Protection civile rappelle aux citoyens les consignes de sécurité obligatoires à suivre «rigoureusement», permettant de préserver et protéger leurs vies. Il s’agit, entre autres, de penser toujours à ventiler le logement lors de l’utilisation des appareils de chauffage, d’aérer au moins 10 minutes par jour et de ne jamais obstruer les entrées et les sorties d’air de votre logement, de ne pas se servir de tels appareils dans des pièces dépourvues d’aération, de ne pas utiliser comme moyens de chauffage tabouna ou des appareils de cuisson et d’entretenir et régler régulièrement les appareils par un professionnel.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img