16.9 C
Alger
vendredi 9 décembre 2022

65e anniversaire la mort de «P’tit Omar»: La bande dessinée, une fenêtre vers l’histoire de la Révolution

La bande dessinée est un moyen d’expression qui peut rendre l’événement historique et le parcours des héros de la Révolution «accessibles aux jeunes», a indiqué, vendredi, à Miliana (Ain Defla), le bédéiste Benyoucef Abbes Kebir, auteur d’une bande dessinée sur Omar Yacef dit «P’tit Omar».
Dans une déclaration à la presse , à l’occasion du 65e anniversaire de l’héroïque mort à La Casbah d’Alger de «P’tit Omar», aux côtés d’«Ali La Pointe» (Ali Ammar), Hassiba Ben Bouali et Mohamed Bouhamidi, le 8 octobre 1957, le bédéiste a souligné que le 9e art est «le moyen d’expression qui peut rendre l’événement historique et le parcours de nos héros de la Révolution accessibles aux jeunes».
M. Benyoucef a affirmé qu’à travers sa BD, il a voulu «vulgariser cette matière historique en la résumant sur des planches», indiquant, à l’occasion, qu’il s’agit d’un «instrument efficace qui permet de véhiculer l’histoire de la Révolution».
A travers la bande dessinée, le bédéiste a tenu à explorer d’autres voies d’expression pour mettre en exergue l’histoire de la guerre de Libération nationale, estimant que l’événement historique est «généralement raconté à travers des livres et des films».
La bande dessinée de Benyoucef Abbes Kebir, dont les 45 planches ont été conçues en technique du noir et blanc, est une adaptation du roman «P’tit Omar, la Révolution dans le cartable» de Souhila Amirat, spécialisée dans la littérature de la jeunesse.
Le lecteur est appelé à découvrir, tout au long des planches de la bande dessinée, le parcours révolutionnaire de «P’tit Omar», ce héros de la bataille d’Alger, engagé à l’âge de 12 ans dans la lutte contre le colonialisme français, aux côtés d’autres vaillants combattants de l’ALN (Armée de libération nationale) dans la Zone autonome d’Alger.
Le scénario met en lumière le rôle important joué, avec abnégation et courage, par «P’tit Omar» au sein du réseau mis en place par Yacef Saâdi ainsi que ses premiers contacts avec «Ali La Pointe», jusqu’au 8 octobre 1957 quand les parachutistes français avaient fait exploser la maison située à La Casbah où se trouvaient les quatre héros de la bataille d’Alger.

M. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img