37.9 C
Alger
dimanche 14 août 2022

22 «tricheurs» sous mandat de dépôt: Le Bac 2021 touche à sa fin aujourd’hui

Après quatre jours d’examen, les épreuves du baccalauréat prennent fin aujourd’hui et le moins que l’on puisse dire c’est que les candidats comme les citoyens, en passant par les entreprises, peuvent souffler. Comme l’on pouvait s’y attendre, le gouvernement a procéde à une coupure de la connexion Internet sur l’ensemble du territoire par précaution, afin de minimiser les risques de fuite des sujets et leur propagation sur les réseaux sociaux. Cependant, ce sont aussi bien les citoyens que les travailleurs, à l’ère d’Internet où quasiment toutes les transactions se font par ce biais, qui en ont subi les conséquences. Pour certains, l’on parle même de «congé» forcé. On parle là d’énormes pertes pour un grand nombre d’entreprises et on en arrive à se demander, au vu des sujets qui fuitent quand même, s’il ne s’agit pas là de mesures encombrantes en plus d’être visiblement inefficaces.
Cette année comme les précédentes, une difficulté fait l’unanimité, c’est bien celle de la température, notamment à Constantine où les candidats affirment avoir eu deux épreuves à passer, celle des matières scientifiques et littéraires d’un côté, et celle du facteur temps et des températures élevées de l’autre, notamment le premier jour du baccalauréat où il a fait près de 40 degrés Celsius. Cela nous renvoie, par ailleurs, aux mesures prises par les services du secteur de l’Education nationale dans la région d’Illizi pour accompagner les candidats dans cette canicule pendant les épreuves et où l’ensemble des structures accueillant les candidats et les encadreurs ont disposé de moyens de climatisation adéquats, d’eau fraîche en permanence, de moyens de suivi sanitaire et psychologique, assurait le directeur de l’Education, Abdedayem Abdedayem.
Néanmoins, les candidats pour les épreuves de sciences naturelles et ceux en littéraire s’accordent à dire que cette année les sujets étaient «abordables», car dispensés dans le programme scolaire avec une tache noire pour ceux en sciences naturelles et de la vie à Alger-Est qui ont jugé le sujet de sciences «abordable mais long» et requérant beaucoup de réflexion.
Bien entendu, on ne comptait malgré cela pas y échapper : le ministère de la Justice a annoncé, mardi, dans un communiqué, que 22 individus étaient poursuivis en justice pour triche aux épreuves du Bac avec mandat de dépôt pour 18 d’entre eux.
«Trois de ces mis en cause ont été condamnés à une année d’emprisonnement ferme assortie d’une amende de 100 000 DA en attendant le procès des autres mis en cause», souligne la même source.
Et de préciser que ces cas de triche ont été traités par les compétences des cours de Tébessa, Ghardaïa, Sétif, Tissemsilt, Chlef, Béchar et Djelfa.
Les faits attribués aux mis en cause concernent «la diffusion et la fuite de sujets d’examen du Bac par le biais de moyens de communication à distance, dont la majorité a été détectée par l’Organe national de lutte contre les infractions liées aux TIC, qui reste à l’affût pour garantir une sécurisation totale de ces examens», conclut le communiqué.
Mehdi Mahmoudi

Article récent

Le 14 Aout 2022

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img