18.9 C
Alger
lundi 26 septembre 2022

21e Festival culturel européen d’Alger: Le groupe «Dimastand» enchante le public

Le Festival culturel européen d’Alger dans sa 21e édition est une belle occasion pour mettre en valeur le talent et le professionnalisme de nos jeunes artistes.

Par Adéla S.
En effet, l’avant-dernier soir de ce festival a été animé par le groupe «Dimastand» qui s’est produit pour le compte de la France et des Pays-Bas, devant un public nombreux, astreint au strict respect des mesures de prévention contre la propagation du coronavirus. La salle Mustapha-Kateb du Théâtre national Mahieddine-Bachtarzi (TNA), dont la capacité d’accueil a été réduite de moitié pour des raisons évidentes de sécurité sanitaire, a vibré au son lourd et aux cadences envoûtantes du groupe bécharois «Dimastand» (Toujours debout) qui a chanté la France et les Pays-Bas, à travers une quinzaine de compositions empreintes de créativité, interprétées dans des atmosphères électriques, devant un public conquis. Sous un éclairage des grands soirs, les sept musiciens du groupe, Moulay Hachem Belghit au chant et à la percussion, Houssem Moussaoui à la batterie, Djelloul Berraoud à la guitare basse, Halim Ali Malek à la guitare solo, Mahieddine Zouaidi à l’accompagnement rythmique, ainsi que Walid Mokhtari et Ahmed Slimani aux claviers, tous époustouflants de maîtrise et de technique, ont promené l’assistance dans une randonnée onirique à plusieurs thématiques, rendues dans la densité de la cadence reggae. Les chansons interprétées ont été composées par tous les éléments du groupe sur des textes, explique Moulay Hachem Belghit, de «sa plume», exprimant, entre autres sujets, l’amour, la paix, la nostalgie, la situation sociale des jeunes et celle des artistes, la mémoire ou encore le regret. Dans une ambiance euphorique, le groupe a notamment rendu les chansons «Love», «Salam, salam», «Reggae Music», «Briya», «Chômage», «La vérité», «Balak nensaw», «Laâfou», «El Kessa B’det», «Positif» et «Wach eddani», adressant un sympathique clin d’œil à la France et aux Pays-Bas, à travers les pièces «La Corrida» de Francis Cabrel et «Geef Mij je Angst» d’André Hazès, que le public a particulièrement appréciées. En présence des représentants de différentes missions diplomatiques accréditées en Algérie des pays participants, notamment du directeur de l’Institut français d’Algérie, Gregor Trumel, et du directeur de l’antenne de l’IFA à Alger, Philippe Monestes, le public a longtemps applaudi les musiciens, savourant tous les moments du spectacle dans la délectation.
A. S.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img