19.9 C
Alger
samedi 25 juin 2022

16 morts en seulement 48 heures: Un Aïd meurtrier sur les routes algériennes

Seize personnes ont trouvé la mort et 487 autres ont été blessées dans des accidents de la route survenus durant les deux jours de fête.
En dépit de la multiplication des contrôles routiers durant les fêtes religieuses, les campagnes de sensibilisation entreprises et les appels à la vigilance en vue d’arrêter l’hécatombe sur nos routes, le nombre de victimes reste toujours inquiétant.
Selon les services de la Protection civile, seize personnes ont trouvé la mort et 487 autres ont été blessées dans des accidents de la circulation survenus à travers différentes régions du pays durant les dernières 48 heures. Le nombre le plus élevé de victimes a été enregistré dans la wilaya de Ghardaïa, où trois personnes sont décédées et 10 autres ont été blessées dans 4 accidents de la circulation, a précisé la même source.
Les accidents de la circulation font désormais partie du quotidien des Algériens. Depuis le début de l’année, les différents services de sécurité ont enregistrés un bilan alarmant de la situation sur les routes. Les multiples dispositifs préventifs et répressifs déployés ne semblent guère convaincre les chauffards à prendre conscience du danger de la route.
Les motards sont de plus en plus pointés du doigt. Plus de 1 000 accidents de la route ont été causés par des motards durant le premier trimestre de cette année à l’échelle nationale, selon le bilan de la Délégation nationale de sécurité routière. Durant le premier trimestre de l’année en cours, 1 202 accidents ont été causés par des conducteurs de moto sur un total de 5 874 accidents de la circulation signalés sur le réseau routier national, à l’origine de la mort de 670 personnes et de blessures causées à 7 747 autres, a indiqué la même source. Les plus importants dépassements inscrits à leur actif sont l’excès de vitesse, les dépassements dangereux et le non port du casque de protection. Encore une fois, le facteur humain est responsable de l’hécatombe sur les routes. Pas un jour ne se passe sans son lot d’accidents avec des bilans lourds consacrés par des morts ! La situation empire et l’indiscipline des conducteurs reste la principale cause du fléau, ainsi que l’état des véhicules. En plus de coûter la vie à des milliers de personnes par an, les accidents de la route ont également un coût économique pour le pays.
Outre les mesures techniques visant à maintenir la répression, il est vital d’inculquer la culture de la prudence routière dans les auto-écoles ainsi que dans les écoles algériennes pour que la prudence sur la route devienne un réflexe quotidien. Le principal défi réside donc dans le changement des mentalités et des comportements.

Neuf décès par noyade en mer et dans des réserves d’eau
La mer a fait des victimes durant les deux jours de l’Aïd. Rien que pour ces dernières 48 heures, neuf cas de décès par noyade en mer et dans des réserves d’eau ont été enregistrés par les services de la Protection civile, dans plusieurs wilayas du pays. Les chaleurs qui ont sévi sur le pays durant les deux jours de la fête religieuse ont incité les jeunes à aller se baigner, malgré les dangers que représentent ces endroits non surveillés. Deux personnes sont décédées noyées en mer au niveau de la wilaya de Mostaganem et une personne dans la wilaya de Tizi-Ouzou, tandis que 6 autres personnes sont décédées noyées dans des réserves d’eau à travers les wilayas de Ouargla avec un cas, M’Sila (1), Chlef (1), Tizi-Ouzou et Oum El Bouaghi deux cas, a précisé la Protection civile.
Louisa Ait Ramdane

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img