Retour a la page d'accueil

   

Commentaire Par Fouzia Mahmoudi 22/08/2019

Marathon

 Boris Johnson n’est Premier ministre de la Grande-Bretagne que depuis une quinzaine de jours mais déjà la pression d’un accord sur le Brexit pèse sur son mandat. Le Chef du gouvernement britannique se lance ainsi dans un marathon diplomatique. Il se rend à Berlin puis à Paris, avant de participer au G7 à Biarritz. Pour son premier déplacement à l’étranger en tant que Premier ministre, le successeur de Theresa May se rendra d’abord à Berlin, où il recevra les honneurs militaires avant de s’entretenir avec Angela Merkel. Les deux dirigeants «se sont déjà parlé une fois au téléphone. Mais s’asseoir ensemble à une table pour discuter du Brexit et d’autres sujets européens (...) est bien sûr utile», a sobrement commenté un porte-parole d’Angela Merkel. Signe toutefois du peu d’avancées attendues : aucune conférence de presse n’est prévue à l’issue de la rencontre, seulement des déclarations avant qu’elle ne commence. Le lendemain, «BoJo» sera reçu à l’Élysée par Emmanuel Macron, tenant d’une ligne plus dure que la chancelière dans ce dossier empoisonné. Cette séquence diplomatique sera conclue à Biarritz par la première participation du dirigeant conservateur à un sommet du G7, marquée en particulier par un entretien avec Donald Trump, fervent partisan d’un Brexit sans concession. Le président américain s’est dit «impatient» de rencontrer celui que certains surnomment le «Trump britannique», avec qui il s’est déjà entretenu plusieurs fois au téléphone. Il devrait lui accorder sa première entrevue bilatérale, avant même l’hôte du sommet, le président français, et lui faire miroiter une fois de plus un alléchant accord commercial bilatéral une fois sorti de l’UE. Les entretiens avec Angela Merkel et Emmanuel Macron s’annoncent plus crispés, tant est large le fossé sur le Brexit entre les deux dirigeants européens et celui qui veut à tout prix faire sortir son pays de l’Union européenne, y compris sans accord. Au cœur des discussions, les nouvelles propositions de Boris Johnson pour aboutir coûte que coûte à un Brexit au 31 octobre. Une sortie sans accord serait lourde de conséquences pour l’économie du Royaume-Uni, avec notamment de probables pénuries de denrées alimentaires, d’essence et de médicaments. Mais aussi pour l’Allemagne, dont l’économie, qui traverse déjà un trou d’air, repose sur les exportations. Les premières visites à l’étranger du nouveau Premier ministre doivent aussi lui permettre, relève la presse allemande, de s’adresser aux électeurs britanniques. La majorité du dirigeant conservateur ne tient qu’à une voix et le Labour de Jeremy Corbyn se tient en embuscade pour faire tomber le gouvernement. Boris Johnson va «essayer de se présenter comme celui qui veut mettre en œuvre la volonté du peuple de toutes ses forces, mais en est empêché par des dirigeants européens inflexibles», décrypte «Die Welt». Johnson a ainsi encore quelques mois devant lui pour trouver une solution crédible ou il devra affronter les parlementaires britanniques qui refusent un Brexit sans accord et avec lesquels un bras de fer âpre pourrait terminer prématurément le mandat du Premier ministre conservateur.
 

 

 

Partagez sur Facebook Twitter Google

 
DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V - Alger-Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15

e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 Contactez-nous                                                                              © Copyright 2003-2016. Le jour d'Algérie                                                   Suivez nous sur .... /fr/img/logos/facebook.png /fr/img/logos/twitter.png /fr/img/logos/youtube.png