Retour a la page d'accueil

   

POINT chauds Par Fouzia Mahmoudi 24/10/2018

Caravane

 La guerre que mène Donald Trump depuis le début de sa présidence contre l’immigration illégale vient de s’intensifier ces derniers jours et les pays d’Amérique latine qui profitent de nombreuses aides financières américaines pourraient payer cher leur incapacité d’empêcher leurs citoyens de rejoindre les frontières des États-Unis. En effet, le président Républicain a annoncé lundi une réduction immédiate des aides à trois pays d'Amérique centrale. Trump accuse le Honduras, le Salvador et le Guatemala de ne pas avoir été capables «d'empêcher les gens de quitter leur pays pour entrer illégalement aux États-Unis». «Nous allons commencer à couper, ou réduire de façon significative, l'énorme aide internationale que nous leur accordons», a déclaré dans un tweet Trump, qui cible depuis plusieurs jours la «caravane» de migrants d'Amérique centrale en route vers la frontière mexico-américaine. Bravant la soif, la chaleur et l'épuisement, des milliers de migrants, plus de 7 000 selon les Nations unies, ont continué leur route cette semaine pour tenter de rejoindre la frontière des États-Unis, à 3 000 km de là. «La caravane comprend 7 233 personnes, dont la plupart ont l'intention de continuer leur marche vers le nord», a déclaré le porte-parole adjoint de l'ONU, Farhan Aziz Haq, en soulignant la nécessité qu'elles soient «traitées avec respect et dignité». Arrivés dimanche à Tapachula, les migrants ont mis le cap lundi sur la ville de Huixtla, à 40 km de là, dans le même État du Chiapas, à l'extrémité sud du Mexique. Ils espèrent ensuite gagner Tijuana ou Mexicali, dans le nord du pays. C'est de cette ville du nord du Honduras que le 13 octobre la caravane de migrants, essentiellement des Honduriens fuyant la violence et la misère dans leur pays, s'est mise en route, après un appel sur les réseaux sociaux. Jeudi, les autorités mexicaines étaient parvenues à bloquer la «caravane» à la frontière, mais de nombreux migrants sont entrés illégalement dans le pays par le fleuve Suchiate séparant le Mexique du Guatemala. Donald Trump a reproché à l'armée et à la police mexicaine d'être «incapables» d'arrêter les migrants, et dit avoir attiré l'attention de l'armée américaine et des garde-frontières sur ce dossier. «Nous n'allons pas nous plier à l'exigence de quelque gouvernement que ce soit qui prétend provoquer chez le Mexique une réaction hostile», lui a répondu le ministre de l'Intérieur mexicain, Alfonso Navarrete, interrogé par la presse à Mexico. Parallèlement, une seconde caravane d'environ un millier de Honduriens a entamé dimanche la traversée à pied du Guatemala en direction de la frontière mexicaine. Reste à savoir si le Mexique laissera passer la horde de migrants souhaitant se rendre coûte que coûte aux États-Unis et si Donald Trump de son côté sévira en coupant les aides indispensables des pays d’Amérique du Sud. En tout cas, le président américain pourra toujours compter sur le soutien dans ce dossier de son électorat qui souhaite non seulement l’arrêt de l’immigration, mais la «rémigration» de tous ceux qui vivent illégalement sur le sol américain.
 

 

 

Partagez sur Facebook Twitter Google

 
DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V - Alger-Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15

e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 Contactez-nous                                                                              © Copyright 2003-2016. Le jour d'Algérie                                                   Suivez nous sur .... /fr/img/logos/facebook.png /fr/img/logos/twitter.png /fr/img/logos/youtube.png