Retour a la page d'accueil

   

LA QUESTION DU JOUR Par  Mohamed Habili 15/09/2019


Tunisie, une présidentielle imprédictible


 Qui sera, ou plutôt qui a le plus de chance de devenir le successeur de Béji Caïd Esbesi parmi les 26 candidats concourant à la présidentielle tunisienne de ce 15 septembre ? Voilà une question à quoi peu de gens se sentent suffisamment outillés pour répondre par avance. De toutes les élections qui se sont tenues récemment dans le monde, cette présidentielle tunisienne, la deuxième du genre après l’insurrection de 2011, est probablement parmi celles où les pronostics sont le plus difficile à faire. Non pas d’ailleurs parce qu’un grand nombre de ces 26 candidats est susceptible d’être au bout du compte l’heureux élu. Ni parce que les sondages ont été interdits de publication à partir du mois d’août, ce qui n’aide personne à se retrouver, pas même peut-être les candidats eux-mêmes. Ce n’est pas le nombre des candidats qu’il faut incriminer en cela, puisque de toute façon, on savait dès l’annonce des candidatures que la partie, probablement non pas en un mais en deux tours, va se jouer entre trois ou quatre candidats. Lesquels pourraient bien être Youssef Chahed, le chef du gouvernement en titre et président de Tayha Tounes, une scission de Nidaa Tounes, le parti fondé par le président défunt ; Abdelfattah Mourou, le vice-président d’Ennahda ; Abdelkrim Zbidi, ancien ministre de la Défense et candidat de Nidaa Tounes, encore que lui-même se définisse comme un candidat indépendant.

A ces trois-là, il faudrait peut-être associer Nabil Karoui, l’homme d’affaires et des médias, qui pour cela a été surnommé le Berlusconi tunisien, bien qu’il soit en prison, pour des affaires de blanchiment d’argent et d’évasion fiscale, ce qui en principe est plus que suffisant pour faire rayer son nom de la liste des favoris. Or non seulement sa candidature est maintenue, mais des indiscrétions calculées le donne comme l’un des deux finalistes devant s’affronter au deuxième tour dans une quinzaine de jours. Si ce scénario se confirme dans les heures qui viennent, la présidentielle d’aujourd’hui ne manquera pas de tourner en un casse-tête juridique dont nulle part dans le monde on ne connait d’exemple. Faudrait-il alors lui permettre de sortir de prison pour les besoins de sa campagne du deuxième tour, ou au contraire le garder en détention, en droit fil du refus de le relâcher exprimé dans les règles il y a seulement quelques jours ? Cette élection était déjà suffisamment illisible sans qu’il faille lui ajouter une complication qui donnerait du fil à retordre y compris aux démocraties les mieux assises. Reste maintenant à se demander si cette situation n’a pas été voulue, justement pour vendre mieux encore l’image d’une Tunisie devenue en si fort peu de temps une si forte démocratie qu’elle peut se permettre de se donner la difficulté supplémentaire posée par une candidature aussi insolite que celle de Nabil Karoui ? Et d’en sortir grandie ? Le risque n’est pourtant pas négligeable qu’une candidature « populiste » voit ses chances augmenter si son incarnation est derrière les barreaux. Au fond, Nabil Karoui est plus dangereux pour la jeune démocratie tunisienne en prison que hors de prison. S’il y a été jeté juste pour l’empêcher de faire campagne, c’est qu’il est craint par ses adversaires, qui dans un premier temps d’ailleurs ont cherché à rendre impossible sa candidature par le truchement d’un amendement de la loi électorale, en son temps non proclamée par le président défunt.


 


Partagez sur Facebook Twitter Google
 

 
DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V - Alger-Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15

e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 Contactez-nous                                                                               © Copyright 2003-2016. Le jour d'Algérie                                                 Suivez nous sur .... /fr/img/logos/facebook.png /fr/img/logos/twitter.png /fr/img/logos/youtube.png