Retour a la page d'accueil

   

LA QUESTION DU JOUR Par  Mohamed Habili 18/02/2019


Syrie, le temps du rappel des troupes


 Donald Trump, qui s’apprête à annoncer tout à la fois la victoire sur Daech et le début du retrait des troupes en Syrie, tente de forcer la main des Européens pour qu’ils reprennent leurs compatriotes membres de l’organisation défaite détenus dans les camps kurdes, en brandissant la menace de les relâcher dans le cas où eux-mêmes persistent à ne pas vouloir d’eux. Dans le tweet qu’il consacre à ce sujet, il a pris soin de nommer les Etats européens les plus représentés dans les camps de détention kurdes, encore qu’il puisse y en exister d’autres qui ne soient pas kurdes. Ce sont la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne, les autres n’étant pas spécifiés. Ces trois Etats sont les plus importants d’Europe. De tous les pays occidentaux, ce sont les deux premiers qui auront le plus fait pour renverser le régime syrien. Si finalement celui-ci ne l’a pas été, ce n’est pas de leur part faute d’avoir essayé. Ils voulaient rééditer en Syrie l’exploit qu’ils avaient accompli en Libye. Les Américains ayant déjà estimé sous Barack Obama avoir été floués par eux dans l’affaire libyenne se sont bien gardés de commettre la même erreur en se laissant embarquer par eux dans une entreprise du même ordre en Syrie. On comprend dès lors que leur président actuel en vient maintenant à les désigner, l’air de ne pas y toucher, comme les plus grands pourvoyeurs occidentaux de terroristes en Syrie, en leur adjoignant l’Allemagne par la même occasion.

L’Allemagne est le pays qui a le plus profité de la crise syrienne, faisant main basse sur un million de Syriens jeunes adultes, pour la plupart bien formés, fuyant la guerre, errant à travers l’Europe. Elle a ainsi fait d’une pierre plusieurs coups : régler sa régression démographique à fort bon compte, dans une proportion qu’il reste cependant à déterminer, se trouver de la main-d’œuvre bon marché, notamment pour les tâches dont les Allemands de souche ne veulent plus, et, the last but non the least, se faire passer pour un pays accessible aux souffrances humaines. C’est ce même pays qui lui n’a pas envoyé de soldats en Syrie qui se permet aujourd’hui de critiquer la décision des Américains de rappeler les leurs, arguant que ce retrait profite aux seuls Russes et Iraniens. On lui demande, et plutôt avec insistance, s’il est disposé à récupérer ses ressortissants terroristes arrêtés, c’est-à-dire encore tout ce qu’il y a de plus vivants, ce qui ne devrait pas faire problème pour un Etat de droit, et sa réponse se fait toujours attendre. Même appuyée par la menace de les remettre en circulation sinon, ce qui pourrait les amener à retourner à leur point de départ, la demande reste sans réponse. Tout ce que l’on sait des trois pays mis en cause par Trump, c’est qu’ils pourraient être disposés à la rigueur à reprendre ceux de leurs ressortissants qui sont soit des femmes soit des enfants. Ceux-là poseraient moins de problèmes d’intégration dans la norme européenne, ou de réintégration pour les femmes parties adultes en Syrie. Il y a des prisons et des centres de reformatage dans ces trois pays, mais ils ne sont guère pressés à y recevoir ceux de leurs ressortissants qui sont partis faire la guerre à ce même régime syrien auquel eux-mêmes voulaient tant faire subir le même sort que celui qu’ils avaient réservé à la Libye de Kadhafi. Si on laissait ces «égarés», ces «naïfs» qui ont pris au mot leurs dirigeants de l’époque, retourner chez eux, ils n’auraient pas beaucoup de difficultés à se trouver de bons avocats pour les défendre. De quoi en effet se sont-ils rendus coupables en Syrie ? N’est-ce pas d’avoir agi conformément aux vœux de leurs propres Etats : faire mordre la poussière au régime syrien ? Leur procès tournerait dès lors à celui de leurs Etats.


 


Partagez sur Facebook Twitter Google
 

 
DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V - Alger-Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15

e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 Contactez-nous                                                                               © Copyright 2003-2016. Le jour d'Algérie                                                 Suivez nous sur .... /fr/img/logos/facebook.png /fr/img/logos/twitter.png /fr/img/logos/youtube.png