Retour a la page d'accueil

   

LA QUESTION DU JOUR Par  Mohamed Habili 23/05/2018


Un faucon dans l'habit du diplomate


 Pour bien montrer qu’on ne rigole plus, que le temps est dépassé où l’Iran pouvait compter sur l’inconsistance des Etats-Unis, le secrétaire d’Etat Mike Pompeo, a posé pas moins de 12 conditions que l’Iran doit satisfaire s’il veut seulement rester en vie. Bien entendu, le ton fauconesque (traduction littérale de hawkish) d’un homme que sa réputation a précédé n’a pas été jusqu’à adopter ce langage décomplexé, mais c’est tout comme. Si l’Iran ne devait se plier qu’à une seule d’elles, il cesserait d’exister dans sa forme actuelle aussi sûrement que s’il avait été enseveli sous un tapis de bombes aux dimensions de son territoire. Il n’aurait même pas le temps de se soumettre aux 11 restantes. En fait, ces conditions sont une seule : le régime iranien doit périr, mais multipliée par 12. En faucon irréprochable, le tout nouveau secrétaire d’Etat n’a d’ailleurs pas caché qu’il attendait des Iraniens qu’ils se donnent des dirigeants acceptables à la fois pour son pays et pour ses alliés dans la région. Et il avertit : le but des Etats-Unis n’est pas de négocier un nouveau deal avec l’Iran sur son programme nucléaire mais de le faire rentrer bon gré mal gré dans l’ordre américain pour la région. Le moyen pour ce faire dans un premier temps : des sanctions, non pas d’ailleurs économiques, les Etats-Unis n’en ont plus les moyens, mais financières, comme le monde n’en a jamais vu. 12 fois donc la même condition indiscutable, mais étrangement, pas d’ultimatum. Pompeo n’en a donné aucun. Comment est-ce possible ?

Laisse-t-il donc aux Iraniens pleine latitude à cet égard ? Serait-ce qu’ils n’aient pas de choix, à part celui du train auquel ils se rendraient à l’abattoir ? En fait, Pompeo n’a pas donné de délai parce qu’il ne veut pas empiéter sur les plates-bandes de John Bolton, le conseiller à la sécurité, qui l’a fixé à peine Donad Trump avait-il fini de dénoncer l’accord de 2015. Un ultimatum d’ailleurs en deux temps : d’ici à 90 jours, sous certaines conditions, et d’ci à 180 jours sous d’autres. Le problème, c’est que cet ultimatum à double détente, comme c’est souvent le cas dans un acte terroriste, n’est pas à l’adresse de l’Iran, pour qui le retour des sanctions c’est pour tout de suite, mais des pays qui continueraient à faire du business avec lui, et plus particulièrement à l’usage des alliés européens, pour qu’ils ne puissent pas dire ensuite qu’ils ne savaient pas. Les sanctions frappant l’Iran ne suffisant pas, il faut encore l’isoler en faisant peur aux Européens, ou plus exactement à leurs banques. Car obtenir la même rétractation de la part des Chinois, des Russes, et d’autres encore, que l’idée d’être pénalisé par le système bancaire américain ne terrorise pas outre mesure, ne sera pas chose facile. Au demeurant, quand on pose 12 fois la même condition, c’est que l’on est 12 fois moins sûr que si on y va d’une seule. En fait, les Américains savent que leurs chances pour que l’Iran se livre à leurs raisons sans se battre sont nulles. Un régime issu d’une révolution n’est pas du genre à avoir la lâcheté des banques européennes. D’autant que les sanctions, l’Iran connaît plutôt bien, étant depuis longtemps sous leur régime. Celles que les Etats-Unis ont rétablies ces derniers jours sont d’une sévérité telle que l’on se demande ce qu’ils peuvent bien leur ajouter pour qu’elles deviennent les pires de toute l’histoire des hommes et des Etats.


 


Partagez sur Facebook Twitter Google
 

 
DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V - Alger-Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15

e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 Contactez-nous                                                                               © Copyright 2003-2016. Le jour d'Algérie                                                 Suivez nous sur .... /fr/img/logos/facebook.png /fr/img/logos/twitter.png /fr/img/logos/youtube.png