Retour a la page d'accueil

   

LA QUESTION DU JOUR Par  Mohamed Habili 19/07/2018


En Syrie, l'heure des évacuations est-il arrivé ?


 Une fois que Damas aura repris le contrôle de tout le sud de la Syrie, ce qui n’est pas encore tout à fait le cas, il n’en sera pas pour autant au bout de ses peines. Il lui restera en effet à rétablir son autorité sur une bonne partie du nord, et d’abord à Idlib, où se sont repliés bien des groupes rebelles qui quoique défaits ailleurs ont préféré rester sur le pied de guerre. Le plus probable, toutefois, est qu’il n’y aura pas de bataille d’Idleb. D’une part, parce que des forces qui à la reddition pure et simple ont préféré le transfert dans une sorte de terrain neutre en attendant une solution finale à la crise, ne doivent pas être portées à défendre jusqu’au-bout une zone leur servant de refuge, la seule en tout cas où ils pouvaient se replier tout en gardant quelques-unes de leurs armes. Ce type de convention entre les deux bords est d’ailleurs une originalité de la crise syrienne. Damas en parle en des termes qui ailleurs ne seraient employés que par rapport à une situation marquée par la fin complète des hostilités. Mieux encore, comme d’une forme de réconciliation. Il est donc peu probable que ces hostilités reprennent avec chacun des groupes déplacés à Idleb. Le problème, c’est qu’il n’y pas qu’Idleb qui au nord du pays échappe encore à l’autorité de Damas. Une bonne partie de ce nord reste occupée par les Turcs, en plus de l’est de l’Euphrate qui est toujours aux mains des Kurdes, eux-mêmes assistés de quelque 2 000 soldats américains.
 

Au fond, tout dépend de ce que les Américains ont l’intention de faire de ces troupes : de les garder en place ou au contraire de les retirer. On sait néanmoins depuis quelque temps déjà que le président américain a bien l’intention de les faire rentrer le plus rapidement possible. A un certain moment (on s’en souvient peut-être, c’était lors d’un meeting à l’Ohio), il avait même annoncé leur retrait imminent. Et puis, notamment sur les instances de ses conseillers, mais pas seulement, il avait décidé de retarder cette évacuation. Mais à voir d’une part, le déroulement des opérations dans le sud de la Syrie, à la frontière avec la Jordanie et Israël, et de l’autre la bonne entente affichée à Helsinki entre les deux présidents américain et russe, il y a fort à parier que ce retrait ne devrait pas trop maintenant tarder à intervenir. Ce qui pouvait le faire reporter sine die, ce n’était d’ailleurs pas tant une problématique purement syrienne que des considérations liées à la présence iranienne en Syrie. Les Américains, et avec eux leurs alliés, au premier chef Israël et l’Arabie saoudite, avaient accepté l’idée que le régime syrien reste en place, mais à la condition expresse que cela ne soit pas synonyme de victoire éclatante pour l’Iran. La poursuite de la guerre en Syrie, comme aussi son arrêt, étaient dès ce moment tributaires de ses intentions en Syrie. Etait-il disposé à en retirer ses troupes, aussi bien que celles qui relevaient de lui ? Et dans ce cas, les Américains voulaient bien rappeler les leurs. Ou bien se refusait-il à cette perspective ? Et alors les soldats américains demeuraient en Syrie aussi longtemps que cela s’avérait nécessaire. Il faut croire que la Russie a déjà réussi à désamorcer cette bombe tout près d’éclater dans un pays qui autrement n’en aurait fini avec une guerre que pour replonger dans une autre, probablement plus terrible encore. Reste qu’il n’y a pas que les Américains et les Iraniens qui doivent évacuer leurs soldats de Syrie, il y a aussi le voisin turc, qui dans sa guerre au séparatisme kurde y a envoyé l’équivalent d’une armada. Lui aussi sans doute doit se faire à l’idée de lui faire repasser la frontière dans les meilleurs délais.
.


 


Partagez sur Facebook Twitter Google
 

 
DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V - Alger-Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15

e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 Contactez-nous                                                                               © Copyright 2003-2016. Le jour d'Algérie                                                 Suivez nous sur .... /fr/img/logos/facebook.png /fr/img/logos/twitter.png /fr/img/logos/youtube.png