Retour a la page d'accueil

   

LA QUESTION DU JOUR Par  Mohamed Habili 21/11/2019


Une question de politique intérieure aux Etats-Unis


 Après la reconnaissance de Jérusalem, de tout Jérusalem, capitale d’Israël, puis celle de la souveraineté d’Israël sur les hauteurs du Golan, il ne restait plus à l’administration Trump qu’un seul pas à faire pour attenter à ce qui reste aux Palestiniens de droits sur la Palestine : reconnaître les colonies israéliennes établies illégalement en Cisjordanie. Voilà qui est fait. Les Etats-Unis sous Donald Trump ont en trois étapes rapprochées donné à Israël tout ce qui ne leur appartenait pas en Palestine. Le moment pour cela n’a pas été choisi au hasard. Il s’agit pour le président américain aussi bien de donner satisfaction à une partie non négligeable de son électorat, pour qui le conflit du Moyen-Orient est une question de politique intérieure, qui plus est parmi celles qui comptent le plus, que d’intervenir dans le débat intérieur israélien en faveur de son ami Benjamin Netanyahou, en grande difficulté pour l’heure de former un gouvernement et surtout d’en être le chef. Le geste n’est pas pur amour pour celui-ci. Aide Netanyahou et le ciel t’aidera en retour, c’est apparemment ce que s’était dit Trump. Dans la perspective de sa réélection, celui-ci a en effet plus que jamais besoin du soutien des chrétiens sionistes, qui ont certes voté pour lui en novembre 2016, mais dont les voix ne lui sont pas éternellement acquises pour autant.

Les démocrates dans leur ensemble, qui en matière de politique moyen-orientale pourraient très bien le déborder sur sa droite, n’ont même pas pris en l’occurrence la peine de s’indigner, tout occupés qu’ils sont à gagner cette présidentielle avant l’heure qu’est la procédure d’impeachment. D’ailleurs, plus ils éprouveront de difficultés à mener cette dernière à son terme, c’est-à-dire à la destitution de Trump, moins ils auront tendance à élever des protestations quant à sa politique foncièrement sioniste. On peut s’en rendre compte plus que dans la modération de leurs réactions, dans leur absence. Du fait de la polarisation de la classe politique, à son paroxysme depuis déjà pas mal de temps, en fait depuis l’élection de Trump, personne ne s’est avisé aux Etats-Unis d’exprimer sa différence sur ce point. Dans l’idée peut-être que cela ne servirait à pas grand-chose, sauf à s’aliéner les sionistes radicaux, légion dans ce pays. A la limite, cela se comprend que Trump, qui n’a jamais cessé d’être en campagne depuis son arrivée à la Maison-Blanche, il y a maintenant trois ans, fasse ce dernier cadeau à Netanyahou, puisque c’est de son maintien au pouvoir que va dépendre le sort de sa «solution» au conflit du Moyen-Orient, le fameux «contrat du siècle». En fait, c’est simple : pas de Netanyahou à la tête du gouvernement israélien, pas de contrat du siècle. Or Trump en a un grand besoin pour sa réélection. Ses adversaires démocrates eux aussi, sauf qu’eux-mêmes ne parient pas nécessairement sur les mêmes politiques israéliens. Cela dit, le fait que l’administration Trump en vienne à reconnaître à Israël le droit d’établir des colonies sur des terres considérées comme palestiniennes au regard du droit international ne changent rien au statut de ces dernières. Il faudrait pour cela que la communauté internationale abonde dans le même sens qu’elle, ce qui est loin d’être le cas. En Palestine même, cependant, les conséquences ne seront pas négligeables. Maintenant que la droite israélienne se voit reconnaître par les Etats-Unis la propriété des colonies déjà installées, il est clair qu’elle va redoubler d’appétit dans sa stratégie de spoliation rampante des Palestiniens.


 


Partagez sur Facebook Twitter Google
 

 
DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V - Alger-Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15

e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 Contactez-nous                                                                               © Copyright 2003-2016. Le jour d'Algérie                                                 Suivez nous sur .... /fr/img/logos/facebook.png /fr/img/logos/twitter.png /fr/img/logos/youtube.png