Accueil 

22/08/2019
 
 

Caricature


Archives


Automobile

 
Actualité────────●

Structure militaire située à Canastel, à l'est d'Oran
Le 12e régiment d'artillerie côtière baptisé du nom du chahid Frendi Mohamed 

  Le 12e régiment d’artillerie côtière de la deuxième Région militaire (2e RM) a été baptisé, mardi à Oran, du nom du chahid Frendi Mohamed, appelé «Si El Bachir», en présence de la famille du martyr et de représentants de la famille révolutionnaire. L’opération de dénomination de cette unité militaire, située à Canastel (est d’Oran) a eu lieu au cours d’une cérémonie supervisée par le général Chaâlal Abdelaziz, commandant de la Façade maritime Ouest de la 2e RM. Elle intervient conformément aux décisions du haut commandement de l’Armée nationale populaire (ANP), portant dénomination des différentes structures de l’armée aux noms des martyrs et moudjahidine de la glorieuse Révolution et ce, en commémoration de la Journée nationale du moudjahid. Le général Chaâlal a loué, à l’occasion, les sacrifices des martyrs de la glorieuse guerre de Libération «qui ont pleinement rempli leur devoir», soulignant que «c’est par devoir et fidélité à leurs sacrifices que nous devons emprunter le même chemin. Cette opération de dénomination des structures de l’ANP aux noms des valeureux martyrs et moudjahidine est non seulement un grand honneur, mais aussi une responsabilité majeure qui exige de nous d’être à la hauteur de leurs sacrifices, en particulier pour préserver la sécurité, la stabilité et la prospérité de l’Algérie». De son côté, le commandant du 12e régiment d’artillerie côtière, le colonel Belzekour Hocine, a exprimé sa fierté de voir cette unité militaire porter le nom du chahid Frendi Mohammed lors d’une cérémonie consacrant le principe «Armée-nation», faisant savoir que «cette initiative, lancée par le haut commandement de l’ANP, est un vrai hommage aux sacrifices et au militantisme des symboles de notre glorieuse révolution». Né en 1925 à Boutlélis (Oran), Frendi Mohammed débuta son parcours révolutionnaire au sein de l’organisation civile du Front de libération nationale (FLN) dans la Wilaya IV historique. Fin 1956, il fut arrêté au quartier Sidi El Houari à Oran, où il subit d’atroces tortures de la police coloniale française au Centre «Châteauneuf». Condamné à mort, il réussit, après une période passée en prison, à s’évader avec un groupe de compagnons pour reprendre le chemin de la résistance. Mohamed Frendi tomba au champ d’honneur en 1957. Son corps n’a jamais été retrouvé d’où son surnom «le chahid sans tombe». A l’occasion de cette cérémonie de dénomination, la famille du martyr a été honorée en présence de ses compagnons et de représentants de l’Organisation nationale des enfants des chouhada.


Wahiba H.

 

<<--Article précédent         
 

 Partagez sur Facebook Twitter Google

 

DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V - Alger-Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15

e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 Contactez-nous                                                                        © Copyright 2003-2016. Le jour d'Algérie                                      Suivez nous sur .... /fr/img/logos/facebook.png /fr/img/logos/twitter.png /fr/img/logos/youtube.png