Accueil 

15/10/2019
 
 

Caricature


Archives


Automobile

 
Actualité────────●

Les syndicats de l'Education s'en lavent les mains
Grève mystérieuse dans plusieurs écoles primaires 

  Suite à un appel anonyme sur les réseaux sociaux, une grève surprise a touché hier plusieurs écoles primaires à Alger et d’autres wilayas. Contactés a ce propos, les syndicats de l’Education déclarent qu’ils n’ont pas appelé à cette grève, mais certain affirment la soutenir.
Personne ne s’y attendait. A 8h, les élèves du primaire, dans différentes wilayas du pays, n’ont pas rejoint leurs classes et sont restés dans les cours de leurs établissements éducatifs. Pour cause : une grève «surprise» et «mystérieuse» s’est déclenchée. Ce mouvement a eu lieu dans plusieurs wilayas du Centre, à savoir Alger, Boumerdès, Blida, Tipasa et d’autres wilayas. Les enseignants ont fait le choix de se rassembler devant les directions de l’Education pour exprimer leurs revendications. Ils parlent d’«injustice» à leur égard par rapport à leurs collègues du moyen et du secondaire qui sont uniquement en charge des enseignements. Les enseignants demandent, en outre, une augmentation des salaires vu le travail et l’effort qu’ils fournissent. Contactés a ce propos, les syndicat de l’Education, notamment l’Unpef, le Cnapeste et le Snapest, s’en sont tous lavés les mains, assurant qu’ils n’ont pas appelé à ce débrayage. Le président du bureau national de l’Union nationale du personnel de l’éducation et de la formation (Unpef), Sadek Dziri, a affirmé : «On n’a pas appelé à cette grève, la partie qui l’a fait reste inconnue, mais on la soutient». il assurera que cette grève a été suivie par plusieurs établissements du pays et le taux de suivi est disparate d’une wilaya à une autre. Il ajoutera que Unpef soutient aussi les revendications soulevées par les enseignants du cycle primaire, notamment celle liée à la révision de la grille des salaires et qui est en attente d’une réponse du gouvernement. Idem pour le coordinateur national du Snapest, Meziane Mériane, qui a indiqué : «On n’a pas du tout appelé à cette grève, nous on ne fait jamais de grèves avec de l’anonymat». Questionné s’il était pour ou contre cette grève surprise, dont il assure ne pas savoir qui a appelé à son organisation, Meziane Mériane, ne voulant pas prendre position assurera : «Je n’ai pas appelé à cette grève, un point c’est tout !» Pour sa part, Hamidet Mohamed Lamine, secrétaire général du Syndicat national des professeurs de l’enseignement primaire (Snapep), a soutenu que cette grève impromptue ayant touché certains établissements de la capitale, hier, était hors du contrôle du syndicat, mais a pour motif des revendications socioprofessionnelles formulées dans sa plateforme de revendications, avant d’être reprises par un groupe de personnes sur facebook. «Notre syndicat a fait siennes ces revendications au temps de l’ex-ministre de l’Éducation nationale, dont la révision du décret présidentiel relatif au reclassement des enseignants, ainsi que les innombrables difficultés dont souffrent les établissements scolaires, notamment les problèmes matériels qui incombent aux APC, en sus des problèmes pédagogiques qui échoient aux directions de l’Education», conclut Hamidet Mohamed Lamine.


Thinhinene Khouchi

 

<<--Article précédent          Article suivant-->>
 

 Partagez sur Facebook Twitter Google

 

DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V - Alger-Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15

e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 Contactez-nous                                                                        © Copyright 2003-2016. Le jour d'Algérie                                      Suivez nous sur .... /fr/img/logos/facebook.png /fr/img/logos/twitter.png /fr/img/logos/youtube.png