Accueil 

21/11/2019
 
 

Caricature


Archives


Automobile

 
Actualité────────●

Troisième jour de grève
Les enseignants exigent un dialogue sérieux avec leur ministre  

  Les écoles primaires bouillonnent. Les classes étaient encore vides hier pour le troisième jour consécutif. Les enseignants grévistes exigent l'organisation d'une réunion avec le ministre de l'Education nationale pour un dialogue sérieux autour de leurs revendications mais en cas de non réponse, ils menacent de boycotter les examens du premier semestre.

Par Thinhinene Khouchi

Hier, pour le troisième jour consécutif, les élèves du cycle primaire n’ont pas eu classe dans la majorité écrasante des établissements primaires du pays. Les enseignants, déterminés à avoir gain de cause, multiplient les grèves ainsi que les sit-in. Une trentaine d’enseignants ont d’ailleurs organisé un sit-in hier devant l’annexe du ministère de l’Éducation nationale où ils ont dénoncé «le peu de considération qui leur est accordée par rapport aux enseignants du moyen et du secondaire». Ils ont aussi scandé des slogans hostiles au ministre de l’Education nationale : «y en a marre de ce ministre et de ses menaces»,
«on veut un ministre décideur, qui répond sérieusement à nos revendications pas un ministre qui nous menace» diront les enseignants lors de ce nouveau sit-in. Les grévistes affirment que depuis le début de leur mouvement : «on a été soumis à des ponctions sur salaires et des mesures dissuasives de l’administration, notamment les menaces d’exclusion» ajoutant :
«mais malgré cela, on reste fideles à notre mouvement  jusqu’à satisfaction de nos revendications». Des pancartes et des banderoles brandies, à l’occasion, résumaient leur situation «critique» : «les enseignants souffrent en silence», «jusqu’à quand l’enseignant formateur restera prisonnier de la catégorie 14 ?». Ils ont, en outre, observé pour la septième semaine, leur grève cyclique, qui est passée de un jour à trois jours par semaine. Les instituteurs du primaire exigent une conversation et un dialogue sérieux avec le ministre de l’Education nationale, Abdelkader Belaabed, qui ne réagit toujours pas à leur mouvement. Les grévistes menacent, au cas où le ministre campe sur son silence, d’aller encore plus loin en boycottant les examens du premier semestre et d’opter pour une grève illimitée, chose qui risque de chambouler cette année scolaire. En attendant la réponse de Belaabed, les enseignants grévistes estiment que leurs revendications sont légitimes et elles ne concernent pas uniquement le plan financier mais aussi l’avenir des élèves et une école primaire de qualité. Enfin, la coordination des enseignants du cycle primaire réclame l’amélioration des conditions de travail et les moyens pédagogiques nécessaires, l’uniformisation des fiches techniques et des approches pédagogiques pour les manuels scolaires de tous les niveaux du primaire, limitation des missions des enseignants du primaire au volet pédagogique uniquement et de les dispenser des séances d’éducation sportive ou de surveillance des élèves. Comme ils requièrent la révision du décret exécutif n° 12/240 portant sur le statut principal des corps communs de l’Education nationale, le reclassement, l’augmentation des salaires et la réduction du volume horaire.

T. K.







.

 

<<--Article précédent          Article suivant-->>
 

 Partagez sur Facebook Twitter Google

 

DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V - Alger-Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15

e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 Contactez-nous                                                                        © Copyright 2003-2016. Le jour d'Algérie                                      Suivez nous sur .... /fr/img/logos/facebook.png /fr/img/logos/twitter.png /fr/img/logos/youtube.png