Accueil 

15/09/2019
 
 

Caricature


Archives


Automobile

 
Actualité────────●

Malgré les assurances du ministre de l'Education
Livres scolaires introuvables dans des lycées et CEM 

  Par mauvais calcul statistique du nombre d’élèves dans chaque école, par mauvaise distribution et gestion, certains livres sont introuvables dans certains établissements éducatifs, notamment les CEM et lycées. Le problème de la disponibilité des manuels scolaires et leur mise à la disposition des élèves dans leurs établissements éducatifs a encore cette année refait surface. Les élèves se plaignent car les enseignants ont débuté le programme au moment où ils n’ont pas encore acheté certains manuels. «On a commencé le programme mais certains libres sont introuvables ; on est alors obligé de suivre à deux sur un seul livre», nous confie une élève au lycée filière littéraire. Certains parents, notamment ceux des collégiens et des lycéens, déplorent le manque des manuels scolaires, particulièrement ceux de 4e année moyenne en mathématiques et en langue arabe. Pour tenter d’acheter à leurs enfants ces livres, certains parents ont été obligés de parcourir les marchés ou les librairies. D’autres se rendent chaque matin depuis le début de l’année scolaire devant le point de vente de l’Office national des publications scolaires (ONPS). En effet, un groupe de parents d’élèves munis de listes de livres venait d’un peu partout d’Alger et la file se forme depuis les premières heures de la journée devant l’ONPS. Une mère de famille rencontrée sur place pour acheter des livres nous dira: «Je viens de Réghaïa pour acheter des livres à mes enfants car dans leurs établissements certains livres sont introuvables, à savoir, le livre de mathématiques, histoire et arabe pour mon fils qui est en 1re année lycée donc j’ai préféré venir ici à Alger pour finir avec cette histoire de livres car leurs professeurs ont débuté le programme». Un autre père de trois enfants, l’un en quatrième année moyenne, l’autre passera le Bac cette année, et le petit dernier en 2e année primaire, nous dira : «A mon avis, ce manque de manuels scolaires est dû à la rupture de stock ou la mauvaise gestion». Questionné sur ce problème qui revient chaque année, le coordinateur du Syndicat national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (Snapest), Meziane Meriane, indiquera que «par manque de coordination ou bien mauvais calcul statistique du nombre exact des élèves dans chaque classe et chaque établissement éducatif, on arrive à ce genre de problème». Il ajoutera qu’«il faut évaluer les besoins correctement pour éviter d’arriver à ce genre de problèmes injustifiés. Le livre est un outil pédagogique très important que l’élève doit avoir avec lui dès le début des cours». Ce manque revient chaque année et cela malgré les assurances du ministère de l’Education nationale. Pour rappel, cette année, lors de sa récente visite dans la wilaya de Tipasa, Belabed avait affirmé l’impression, au titre de la rentrée scolaire 2019-2020, de 50 millions de manuels scolaires, tous cycles confondus, et de leur distribution aux établissements éducatifs, via les différents centres relevant de l’Office national des publications scolaires, en plus d’un quota supplémentaire de 30 millions de livres, stocks de l’année dernière. Des propos qui n’ont pas été constatés sur le terrain.


Thinhinene Khouchi

 

<<--Article précédent          Article suivant-->>
 

 Partagez sur Facebook Twitter Google

 

DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V - Alger-Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15

e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 Contactez-nous                                                                        © Copyright 2003-2016. Le jour d'Algérie                                      Suivez nous sur .... /fr/img/logos/facebook.png /fr/img/logos/twitter.png /fr/img/logos/youtube.png