Accueil 

21/03/2019
 
 

Caricature


Archives


Automobile

 
Actualité────────●

Après ses déclarations sur la candidature de Bouteflika
Le RND recadre son porte-parole 

  Le RND désavoue les propos tenus par son porte-parole, Seddik Chihab, lors d’un débat télévisé à El Bilad TV. Dans un bref communiqué diffusé hier, le parti d’Ahmed Ouyahia a recadré son numéro deux, en affirmant qu’il s’agissait d’un «dérapage». Le RND a précisé que ses militants «s’interrogent» sur les positions exprimées par Seddik Chihab. Il pointe un «débat au style parfois provocateur» qui aurait poussé «notre collègue à perdre son sang-froid et parfois s’éloigner des positions connues du Rassemblement». A cet effet, le Rassemblement national démocratique réaffirme ses positions par rapport à la situation du pays et sa «fidélité à M. Le président de la République, y compris pour les contenus des deux dernières lettres adressées à la nation qui ont été clarifiés le 17 mars dans la dernière de son secrétaire général, Ahmed Ouyahia aux militants», écrit le RND dans le communiqué. Au lendemain de la déclaration, pour le moins surprenante, d’Ahmed Ouyahia, secrétaire général du RND, dans laquelle il somme le pouvoir de «répondre dans les meilleurs délais» aux revendications du peuple, voici venir le tour du porte-parole du parti, Seddik Chihab, qui lors d’une sortie médiatique stupéfiante a affirmé que la candidature de Abdelaziz Bouteflika pour un 5e mandat était «une erreur». Aussi ahurissant que cela puisse paraître, «le RND n’était pas convaincu», a affirmé le numéro deux du parti qui, faut-il le rappeler, avait apporté son soutien «indéfectible» et appuyé à la candidature du Président. Décidément, Ahmed Ouyahia ne sait plus sur quel pied danser. Il tente le tout pour le tout afin de redorer son blason. Dans une ultime démarche pour être réhabilité, il ne fait que s’enfoncer. Il veut se créer une place dans le futur paysage politique sans savoir que prendre un train en marche peut s’avérer un terrain glissant, voire dangereux ! C‘est ainsi que Seddik Chihab a avoué, avant-hier soir sur le plateau de la chaîne El Bilad TV, que son parti a manqué de perspicacité en soutenant la candidature du président pour sa réélection à la tête du pays. «Nous n’avons pas eu le courage nécessaire pour exprimer tout ce que nous pensions de cette candidature qui paraissait anormale», a-t-il dit sans rougir. Selon lui, «le discours est une chose, la conviction en est une autre». Reconnaissant que «l’Alliance présidentielle est responsable en partie de la crise actuelle», l’invité a surenchéri en déclarant : «Nous n’avions pas été perspicaces, et pas eu le courage pour dire comment présenter la candidature du Président, avec tout notre respect pour sa personne, sa stature». Plus grave encore, Chihab Seddik a laissé entendre que ces dernières années l’Algérie a été dirigée par des «forces non constitutionnelles».


Meriem Benchaouia

 

<<--Article précédent          Article suivant-->>
 

 Partagez sur Facebook Twitter Google

 

DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V - Alger-Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15

e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 Contactez-nous                                                                        © Copyright 2003-2016. Le jour d'Algérie                                      Suivez nous sur .... /fr/img/logos/facebook.png /fr/img/logos/twitter.png /fr/img/logos/youtube.png