Accueil

20/09/2017
 
 

Caricature


Archives

Partagez sur Facebook Twitter Google


Sondage 

Contact

Direction -

 Administration 2, Boulevard Mohamed V - Alger- Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15.

SERVICE PUBLICITÉ


 

 

Le Jour d'Algérie

sur votre smart phone

 

 

Téléchargez le scanne

QR code

 

 


Musique
«Bnat El Youm», nouveau clip de Zaki Project présenté à Alger 


  Le chanteur chaâbi-gnaoui Zaki-Project a présenté en avant-première, lundi à Alger, au Palais des raïs «Bastion 23», le clip de la chanson «Bnat El Youm», dans un univers sonore et visuel empreint d'authenticité et de modernité, en hommage à la femme algérienne.

Par Adéla S.

Après la remarquable reprise de «El Bondi» de Cheikh Sidi Bémol, Zaki Project récidive avec «Bnat El Youm», mise en image par Dahlia Antri, également à la tête de «Studio DS», maison de production de ce nouveau clip de près de 5 mn qui révèle une fusion intelligente entre le son et l'image.
«Bnat El Youm», une pièce du terroir chaâbi-algérois initialement écrite et composée par Lili Labassi (1897-1969) et interprétée par René Perez (1940-2011), renaît donc de ses cendres grâce à un travail qui aura duré près de deux ans, marqué essentiellement par la créativité prolifique de Zaki Mihoubi, un artiste présent, promis à une belle carrière. Sur un contenu authentique, Zaki Project, instrumentiste et interprète à la voix étoffée, se délecte sur les arrangements judicieux de Kheireddine Mouadène et le travail d'un groupe de musiciens en herbe, dont Boubekeur Maatallah, qui ont réussi ensemble un bon produit, ouvert sur la world music avec un brassage intelligent de sonorités autochtones et modernes, rendues sur des cadences rythmiques entraînantes.
Le texte de la chanson renvoyant à l'époque où la femme connaissait ses premières aspirations à s'émanciper, est brillamment complété par une distribution musicale des plus actuelles et une conception visuelle «décalée» qui montre la femme moderne, s'assumant et s'affirmant dans différentes situations de vie.
Estimant que la scène musicale actuelle connaît un «foisonnement de jeunes artistes» qui ouvre de nouveaux élans à la société algérienne, Zaki Project a en revanche souligné «les difficultés» auxquelles ils sont régulièrement confrontés.
Passionné de musique et par son identité culturelle, Zaki Project, Zaki Mihoubi de son vrai nom, artiste intellectuel présent depuis 2007, travaille à la sortie de son premier album.

A. S./APS .




 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Tizi-Ouzou
Exposition d'œuvres artistiques et artisanales de détenus


  Une exposition d'œuvres artistiques et artisanales réalisées par des détenus s'est ouverte lundi après-midi à la maison de la culture «Mouloud-Mammeri» de Tizi-Ouzou, a-t-on constaté.
Les créations (sculpture sur aluminium, peinture, gravure, broderie...) de détenus des maisons d'arrêt de sept wilayas à savoir Tizi-Ouzou, Alger (maison d'arrêt d'El Harrach), Béjaïa, Bouira, Chlef, Annaba et Boumerdès (maison d'arrêt de Tidjelabine), ont été présentées au public à l'occasion de cette activité organisée par la Direction générale de l'administration pénitentiaire et de la réinsertion ainsi que la direction locale de la culture en collaboration avec la Maison d'arrêt de Tizi-Ouzou.

Rencontré en marge de ce vernissage, le procureur général près la cour de Tizi-Ouzou, Mohamed Tayeb Laazizi, a indiqué à l'APS que cette manifestation qui entre dans le cadre des conventions signées entre le ministère de la Justice et d'autres départements ministériels, dont celui de la culture, était une occasion pour expliquer au citoyen le programme important mis en place par l'Etat dans le cadre de l'humanisation des établissements pénitenciers et pour la réinsertion sociale des détenus. Il a rappelé, à ce titre, que ces conventions visent à promouvoir l'activité culturelle, professionnelle et éducative en milieu carcéral. Cette exposition permettra aux visiteurs de voir concrètement le résultat de cet énorme effort déployé et du programme important mis en place par l'Etat au profit de détenus afin de leur permettre notamment de poursuivre leurs études et d'apprendre un métier qui facilitera leur réinsertion sociale après qu'ils aient payé leur dette envers la société, a-t-il dit.
M. Laazizi a rappelé qu'en matière d'études des résultats encourageants avaient été réalisés par des détenus au niveau des établissements pénitenciaires du pays, particulièrement à Tizi-Ouzou, qui a enregistré plus de 69% de taux de réussite pour les deux examens du BEM et du BAC.
«Le détenu est certes privé de sa liberté, et c'est ça la nature même de la punition, mais n'est pas privé de la possibilité et des moyens de s'exprimer et d'exprimer ses talents», a-t-il observé.

Le wali, Mohammed Bouderbali, présent à ce vernissage, a qualifié cette manifestation d'excellente initiative car elle permettait de découvrir toutes les différentes facettes des missions de l'administration carcérale, notamment en matière de rééducation, de réadaptation et de réinsertion en milieu social des détenus. Cette exposition a été l'occasion de découvrir des vocations et des talents parmi la population carcérale, a-t-il ajouté.
La directrice de la culture, Nabila Goumeziane, a rappelé de son côté les activités (théâtre, lecture publique, musique) organisées par sa direction au niveau des maisons d'arrêt de la wilaya de Tizi-Ouzou, au titre de la convention signée entre les ministres de la Justice et de la Culture.

Selma B.

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Béchar/Taghit
Vers la mise en œuvre du schéma de protection des gravures rupestres  

  La mise en œuvre du schéma de protection, de sauvegarde et de mise en valeur des stations de gravures rupestres de Taghit est en voie de concrétisation, a-t-on appris lundi de la direction de la culture de la wilaya de Béchar.
«Le projet de ce schéma, dont les dossiers culturel, administratif et études techniques ont été finalisés par la direction locale du secteur et approuvés par l'Assemblée populaire de wilaya (APW) en début du mois de juin 2016, a été adressé au ministère de tutelle et nous attendons son approbation par les instances nationales et sa parution au Journal officiel», a-t-on précisé.

Ce schéma, qui s'inscrit au titre de la législation nationale en matière d'élaboration de schémas de protection des sites patrimoniaux et des zones protégées, devra constituer un moyen efficace pour la protection des stations de gravures de la région de Taghit (97 km au sud de Béchar), a-t-on souligné. Ces stations, localisés sur une zone à protéger de 500 ha située à quelques encablures du chef-lieu de la commune de Tahiti, sont des gravures préhistoriques d'âge néolithique dont les dessins sur les roches mettent en évidence, outre des représentations humaines, plusieurs espèces animales ayant vécu jadis dans la région, notamment des antilopes, des éléphants, des autruches, des gazelles, des chameaux et des girafes, a-t-on précisé.
Certains de ces dessins ont été quelque peu dégradés par de la peinture et des graffitis, actes de vandalisme d'individus «insouciants», ont déploré des responsables locaux du secteur de la culture, mais aussi des habitants de Tahiti.

Ce schéma, qui représente tout un programme de protection et de mise en valeur de ces sites historiques de l'humanité, sera mis en place pour la pérennisation de ce patrimoine humain longtemps délaissé, selon la même source. Il s'agit notamment de l'aménagement de l'axe routier menant à ces stations, au nombre de deux, et ce, sur un linéaire de 20 km, en plus de la création d'un centre d'orientation et d'information sur l'art rupestre, la mise en place aussi d'un musée de la préhistoire à Tahiti pour une meilleure éducation du public sur l'intérêt de la préservation de ce patrimoine matériel, en plus du renforcement du gardiennage des lieux, et du lancement du processus de son classement au patrimoine matériel de l'humanité, a-t-on fait savoir à la direction de la culture.
Taghit, à vocation touristique, verra, avec la mise en branle de cet outil de protection de l'un des plus importants pans de l'histoire de la région, du pays et de l'humanité, une prise en charge conséquente de son patrimoine et un moyen d'encouragement de l'offre de tourisme culturel, estiment des observateurs locaux.

Racim C.

 


Partagez sur Facebook Twitter Google


DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V - Alger-Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15

e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 Contactez-nous                                                                        © Copyright 2003-2016. Le jour d'Algérie                                      Suivez nous sur .... /fr/img/logos/facebook.png /fr/img/logos/twitter.png /fr/img/logos/youtube.png