Accueil

20/08/2018
 
 

Caricature


Archives

Partagez sur Facebook Twitter Google


Sondage 

Contact

Direction -

 Administration 2, Boulevard Mohamed V - Alger- Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15.

SERVICE PUBLICITÉ


 

 

Le Jour d'Algérie

sur votre smart phone

 

 

Téléchargez le scanne

QR code

 

 


Raï
Le public algérois renoue avec Cheb Nasro 


  Le public algérois a renoué samedi avec des stars de la musique raï comme Cheb Nasro et Chebba Kheira, à la faveur d'une soirée entièrement dédiée à ce genre musical, animée également par Cheb Tarik et le groupe Raïna Raï.

Par Samy H.

Ces grands noms du raï se sont produits sur l'esplanade de Ryadh El Feth dans le cadre du programme «Djazairama», élaboré par l'Office national des droits d'auteur et droits voisins (Onda). Devant un public très nombreux, Chebba Kheira a repris de manière très festive des classiques du genre comme «Loukan Ydirou Bab Hdid», «Je n'ai pas besoin de ta pitié» ou encore ses propres succès à l'image de «Ya Laadou» et d'autres nouveautés extraites de son dernier album marquant son retour. Sur scène, cette diva du raï qui s'était éclipsée pendant plusieurs années, a gardé intacte sa voix puissante, son aisance sur les planches et son interaction avec le public. Très attendu par le public, le «petit prince du raï sentimental» est revenu sur la scène d'Alger après une absence de plus de 21 ans, au grand bonheur de ses nombreux fans qui ont fait le déplacement pour écouter de nouveau Cheb Nasro entonner ses succès des années 1990. Cheb Nesro, que le public n'as cessé de clamer, a transporté son auditoire plus de vingt ans en arrière sans que sa musique n'ait pris une seule ride, à l'image de «Choufi el maktoub ki lakana», «Nti ma vie», «Achekek guelbi» et «Atak rabi plaça fi guelbi», repris en chœur par ses admirateurs. Revenu en Algérie récemment, Cheb Nasro s'étai produit lors du dernier Festival de Djemila. Plus tôt dans la soirée, les Raïna Raï menés par le mythique guitariste Lotfi Attar ont insufflé une ambiance survoltée avec des titres comme «Zina», «Tayla» ou encore «Oued Chouli». Autre show man de cette soirée Cheb Tarik et son look atypique, a lui aussi enchanté le public de l'esplanade avec son indémodable «Reggae Raï» et son franc succès «Je n'ai pas besoin de ta pitié» repris par plusieurs autres chanteurs. Inauguré mardi, le programme «Djazairama» a pris fin hier soir avec un concert animé par l'Algérino, Djam, Madjid Hadj Brahim et Bilal Sghir.

S. H.


Retour a la page d'accueil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Arts Plastiques
Une trentaine de toiles de l'artiste Ahmed Mebarki exposée à Tlemcen


  Près d'une trentaine d'œuvres picturales d'art contemporain et des sculptures de l'artiste peintre Ahmed Mebarki sont exposées au niveau de l'établissement hôtelier «Zianides» de Tlemcen durant cette saison estivale. Du haut de ses 68 ans, Ahmed Mebarki, un des doyens actuellement à Tlemcen dans le domaine des arts plastiques, reste animé d'un dynamisme sans pareil et organise régulièrement des expositions dans les différentes structures de culture (maisons de la culture, musées, ...). Il est le premier à exposer ses œuvres en plein air (dans la rue) afin de rendre son art accessible au grand public. Influencé durant son parcours artistique par de grands noms algériens en sculpture comme Mellakh, Demagh et le peintre Mesli, Ahmed Mebarki s'est d'abord lancé, à l'image de nombreux artistes plasticiens, dans l'art du réalisme, puis dans l'impressionnisme, avant de se stabiliser dans l'art contemporain «qui donne, selon lui, beaucoup de marge de manœuvre à l'artiste afin de traiter divers thèmes qui touchent notamment la société et la vie en général». Parmi les œuvres dont il se dit fier et qui sont le fruit de longues années de pratique figurent «Gravitation sédentaire», «Composition 2011», «Accumulation» et «Symphonie», des œuvres contemporaines à travers lesquelles il donne sa vision de la société, de ses problèmes et de son fonctionnement. Après une longue carrière d'animateur au sein de la maison de la culture «Abdelkader-Alloula» de Tlemcen, Ahmed Mebarki, autodidacte, a réussi à se forger un style particulier qui le distingue du reste des artistes plasticiens de la wilaya. Optant pour l'art contemporain, il découvre une technique qu'il appelle «technique du feu» dont il détient le secret et qui lui a valu de nombreuses distinctions dont la dernière en date remonte à 2017 lorsqu'il obtint, à Alger, le prix «Ahmed Asselah», organisé par l'Ecole supérieure des beaux- arts. Ahmed Mebarki, qui participe à des expositions en Algérie et à l'étranger, souhaite voir le domaine des arts plastiques se développer davantage dans le pays et à Tlemcen particulièrement. «En l'absence d'un marché de l'art qui permet aux artistes d'exposer leurs œuvres et de les vendre, les arts plastiques ne peuvent se développer», a-t-il relevé. Le marché de l'art favorisera, selon lui, «la création d'une dynamique et un espace qui permettra à l'artiste d'avoir des ressources financières qui le motivent davantage dans la création».

 Malek B.

Retour a la page d'accueil



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Prince
Vingt-trois albums supplémentaires disponibles en streaming   

  Plus de 300 morceaux publiés par le «Kid de Minneapolis» entre 1995 et 2010 sont disponibles depuis vendredi sur les principales plateformes de téléchargement, après le feu vert des ayants droit.
Plus de 300 morceaux publiés par Prince entre 1995 et 2010 sont disponibles depuis vendredi sur les principales plateformes de streaming, après que les ayants droit de la légende américaine de la pop ont donné leur feu vert à une telle diffusion. Ces morceaux viennent de 23 albums sortis entre 1995 (The Gold Experience) et 2010 (20Ten) et d'une nouvelle compilation préparée pour l'occasion. Les ayants droit de Prince, qui de son vivant était opposé à la large diffusion en ligne de sa musique, ont trouvé un accord avec le label Legacy Recordings, une division de Sony Music. «Beaucoup de ces albums, tant attendus par les fans et les collectionneurs, sont disponibles pour la première fois en streaming et en téléchargement, ajoutant plus de 300 morceaux de Prince à son catalogue en ligne», a indiqué Legacy dans un communiqué. Depuis la disparition soudaine du chanteur en avril 2016, ses héritiers – ses frères et sœurs – se sont entendus avec les trois plus grandes maisons de disques, Sony, Universal et Warner, pour commercialiser l'héritage du «Kid de Minneapolis». Pendant la plupart de sa carrière, Prince était pourtant farouchement opposé aux pratiques de l'industrie musicale. Au milieu des années 1990, il avait ainsi notamment claqué la porte de Warner avant de se montrer avec le mot «slave» (esclave) écrit sur la joue.
Un morceau toujours au cœur d'un litige judiciaire. Le magazine spécialisé Variety note cependant que l'un des plus gros tubes de Prince de cette période, «The Most Beautiful Girl in the World», sorti en 1994, ne figure pas parmi les chansons mises en ligne vendredi. Selon une source anonyme, le morceau est au cœur d'un litige judiciaire.

S. K.

Retour a la page d'accueil


Partagez sur Facebook Twitter Google


DIRECTION - ADMINISTRATION
2, Boulevard Mohamed V - Alger-Centre

Tél. standard : 021.78.14.16 _ Fax : 021.78.14.15

e-mail : lejourdalgerie@hotmail.fr

SERVICE PUBLICITÉ DU JOURNAL
Tél & Fax : 021.78.14.20
Toutes les agences ANEP (siège) : 1. Av. Pasteur. Alger

 Contactez-nous                                                                        © Copyright 2003-2016. Le jour d'Algérie                                      Suivez nous sur .... /fr/img/logos/facebook.png /fr/img/logos/twitter.png /fr/img/logos/youtube.png