Saga

Retour

Ali Haddad, P-DG du Groupe Etrhb

Un manager ambitieux

et passionné

Reportage réalisé

Par Karim Aoudia

 

 26/11/07

 

Sa  réputation dépasse les frontières du pays. Et ses «engins» sont répartis à travers tout le territoire national. On les reconnaît à cette «bande orange»  marquant latéralement tout son matériel d’engins  engagé dans la (re)construction d’un pays ruiné, dix années durant, par l’hydre terroriste qui, en sus du massacre de milliers de vies humaines, a détruit sinon retarder la mise en œuvre de  beaucoup de projets d’infrastructures de base.

 

C’est donc de la Spa Etrhb qu’il s’agit, une entreprise privée représentée par M. Ali Haddad en sa qualité de Président-directeur général. Un manager chevronné qui, en 20 ans d’un parcours semé d’embûches (puisqu’il s’agit là de la confusion des années 1980 suivies du  chaos de la décennie noire), a pu aboutir finalement à «amadouer la rigueur qu’impose le travail pour en faire une passion à savourer au quotidien».

Voici résumée en deux mots toute la philosophie par laquelle M. Ali Haddad tente tant bien que mal d’expliquer «sa devise» qui, en termes de développement, a rendu possible les acquis dont l’Etrhb se dit «cultiver une grande fierté». 

Cette entreprise prend part aujourd’hui à la réalisation d’une multitude de projets d’infrastructures de base. Des chantiers de ce genre poussent comme des

champignons sous l’ombre d’un ambitieux  programme initié par le département des travaux publics. Cela dit, le groupe  Etrhb n’évolue pas uniquement sur le terrain de Amar Ghoul.

Cette entreprise se veut également «un partenaire fiable» autant du secteur de l’Hydraulique et de l’Energie, de celui du Bâtiment où des Transports ainsi du Tourisme et du domaine maritime. «Nous tenons à mettre à l’aise l’Administration dans l’accomplissement de nos projets de différents  types», nous  fera savoir d’emblée M. Ali Haddad qui nous a reçus en cette fin de mois en son siège à Alger.

«L’engagement et le sentiment qui animent l’ensemble du potentiel de notre groupe est, incontestablement, à l’origine de tous les défis que nous avons pu relever jusque-là» argue, en substance M. Ali Haddad. 

A l’intérieur de son bureau somptueux orné d’une mosaïque d’œuvre d’art,

M. Haddad préfère toujours se prendre en photo à côté de l’emblème  national dressé majestueusement. Ce côté nationaliste, le jeune patron, Ali Haddad, le revendique haut et fort : «Je ne suis pas un Algérien d’une localité donnée, je suis Algérien de toute l’Algérie. Habitué à sillonner le  pays,  je n’ai pourtant pas de place préférée…Là  où je me trouve, je me dis  que c’est mon meilleur endroit».  Et ce caractère se répercute parfaitement sur la dimension  nationale de l’entreprise Etrhb présente à travers les quatre coins du pays.  «Notre présence remarquable dans le cadre de la mise en œuvre du Programme complémentaire de soutien à la croissance économique initié par les pouvoirs publics à travers la réalisation de méga-projets constitue un plan de charges d’environ 150 milliards de dinars»,tient à rappeler le P-DG de l’Etrhb.

73 km  de l’autoroute Est-Ouest seront livrés en juillet 2008

Dans le secteur des travaux publics, l’une des préoccupations majeures de la direction de l’entreprise est de livrer le tronçon de l’autoroute Est-Ouest s’étalant de Oued El-Fodha (Chlef) jusqu’à la commune de Khemis Miliana (Ain Defla) sur une longueur de 73 km.  La réception de ce tronçon prévue vers la fin juillet 2008 comme le promet l’entreprise Etrhb en soulignant au passage le respect des délais. «La réalisation de ce segment est l’une des tâches les plus ardues de tout le projet de l’autoroute Est-Ouest eu égard d’une topographie géologique des plus complexes», nous informe à ce sujet le P-DG de l’Etrhb. 

En effet, le tronçon en question est de passage par tant de reliefs accidentés. Sa réception constitue indéniablement un véritable exploit au regard  non seulement du P-DG Haddad mais également aux yeux du ministre des Travaux publics qui perçoit là une manière de redynamiser la construction du reste du projet de l’autoroute Est-Ouest dont l’achèvement global est prévu pour 2009. 

Il va sans dire, en parlant de l’Entreprise Etrhb, que la construction des infrastructures de base constitue le premier créneau dans lequel elle s’est investie, au lendemain de sa création il y a de cela une vingtaine d’années. En  ce sens, M. Ali Haddad garde en mémoire la réalisation en 1988 du premier projet confié à l’Etrhb. «Notre première réalisation a eu lieu dans la wilaya d’Azzeffoun, en Kabylie. Il s’agit d’un ouvrage d’art d’un longueur de 4,5 km».

Après vingt ans d’expérience, l’entreprise Etrhb participe à la réalisation des projets les plus en vue parmi ceux initiés dans le secteur des travaux publics et au sujet desquels le ministre Ghoul s’efforce d’assurer un suivi permanant. Il s’agit, outre la construction du tronçon d’autoroute Est-Ouest évoqué plus haut, de la réalisation d’un voie express s’étalant sur 14 km  à la sortie ouest de Bou Ismaïl ainsi que la mise en œuvre de la deuxième rocade sud d’Alger d’une longueur de 65 km. En termes d’infrastructures maritimes, l’Etrhb se charge de la construction de plusieurs ports de pêche et de plaisance initiée à travers nos wilayas côtières. C’est surtout dans le secteur des travaux publics que cette entreprise a eu  à s’impliquer aux côtés de plusieurs compagnies étrangères renommées dans ce domaine d’activité.

Une implication que le P-DG Ali Haddad a qualifié d’étape importante dans le parcours de son entreprise, vu qu’elle constitue une véritable opportunité permettant l’acquisition du savoir-faire et l’amélioration du niveau de compétences.  «C’est une expérience constamment renouvelée avec une multitude de partenaires de France, d’Italie, d’Espagne, du Portugal, de Turquie, du Canada,  de Corée du Sud et  de Chine», déclare

M. Haddad tout en insistant sur le fait que l’Etrhb dispose «d’un tissu relationnel assez important».  Cette entreprise se présente, en outre comme un élément actif dans l’aboutissement du processus de développement initié dans les autres secteurs d’activité. Ainsi, dans le secteur des transports, cette entreprise  est chargée, entre autres, de la réalisation de la première ligne du tramway d’Alger, d’une liaison ferroviaire de 14 km à Tizi Ouzou et d’une autre de 140 km dans la région de Mécheria à l’ouest du pays.

Dans le domaine de l’hydraulique, c’est  bel et bien l’Etrhb qui se charge de l’alimentation en eau potable des agglomérations  de la vallée de la Soummam, à Bejaïa,  tout comme cette entreprise a été retenue dans le cadre de méga-projets d’alimentation en eau des wilayas de Mostaganem, Arzew et Oran.

Une douzaine de filiales en vue

Dans le cadre de la réalisation des grands projets de transfert d’eau au centre, à l’est et à l’ouest du pays, le Groupe Etrhb s’est doté de deux usines de fabrication de tuyaux verticaux en béton vibré avec une âme tôle incorporée, type BPAT, implantées à Mostaganem et à Akbou dans la wilaya de Béjaïa.

D’un investissement de 3,5 milliards de dinars, les deux usines emploient 250 personnes, et ont une capacité de production de plus de 80 km  de conduite/an. L’entreprise Etrhb s’est également investie dans plusieurs autres domaines d’activité tels que le bâtiment et le tourisme. Entre autres parmi les cinq filiales du Groupe Etrhb   connaissant un parfait développement, le P-DG Ali Haddad évoque la Société algérienne  des véhicules, engins et maintenance (Savem). Cette filiale a été mise en place en mars 2006 pour assurer la distribution exclusive et le service après-vente notamment des engins de travaux publics  et des pompes à béton des constructeurs  sud-coréen Doosan et Hanwoo.

Le Groupe Etrhb est actuellement en passe de réaliser de nombreux projets de villages touristiques via sa filiale tourisme et hôtellerie, nous apprend également son P-DG Ali Haddad.  Ce dernier nous apprend, en outre, que la poursuite du processus de filialisation touchera d’autres secteur d’activité, et qu’en ce sens le Groupe Etrhb se dotera tout prochainement d’une douzaine de filiales. «Il est question de filialiser la direction des travaux publics et de création d’autres filiales dans les domaines de l’hydraulique, des transports et dans le secteur maritime», précise le P-DG. Il semble clair de ce fait que l’ouverture du marché et la rude concurrence qui le caractérise, ainsi que l’exigence de plus en plus exprimée par les pouvoirs publics pour la réalisation de prestations de qualité, poussent le Groupe Etrhb à la mise à niveau et au  réajustement sans cesse de sa démarche  managériale. En sus, cette entreprise, apprend-on de la part de son premier responsable, est sollicitée pour la construction de plusieurs projets dans d’autres pays africains et européens. «Nous comptons bel et  bien exporter notre savoir-faire acquis après tant d’années de labeur», conclut M. Ali Haddad, Président-directeur général du Groupe  Etrhb.            

K. A.

    Haut

Copyright 2003 Le Jour d'Algérie. Conception  M.Merkouche