Région

Retour

Journée mondiale de lutte contre une pathologie mortelle

Quatorze sujets atteints de rage à Béjaïa

Relizane

Ouverture de la waâda de Sidi M’hamed Benaouda

TIZI OUZOU

Neuf blessés sur la route

Deux bus calcinés à Bouzeguène

 

 29/09/10

 

Journée mondiale de lutte contre une pathologie mortelle

Quatorze sujets atteints de rage à Béjaïa

Quatorze cas de rage ont été enregistrés cette année dans la wilaya de Béjaïa. C’est un inspecteur vétérinaire auprès de la direction des services agricoles qui l’a déclaré hier sur radio Soummam à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre la rage. Cette pathologie mortelle pour les bêtes et les humains est en baisse par rapport aux années précédentes, notamment les années 2008 et 2009 où l’on avait enregistré respectivement 37 et 25 cas. Pour rappel, une jeune personne avait trouvé la mort au début de l’année en cours après avoir été mordue par un chien enragé. Cela c’était passé dans la commune de Bouhamza. Les spécialistes sont d’accord pour dire que pour stopper l’apparition de cette maladie transmissible pouvant toucher aussi bien les humains que les animaux, le recours au vaccin reste le moyen le plus sûr. Cette pathologie attaque le cerveau. A noter qu’une journée de sensibilisation contre cette maladie a été organisée hier par l’EPSP de Béjaïa à la maison de la culture Taous-Amrouche. Des conférences ayant trait à la manière de réduire la prévalence de la pathologie y sont dispensées.     

T.B.S.

 

Haut

Relizane

Ouverture de la waâda de Sidi M’hamed Benaouda

La waâda de Sidi M’hamed Benaouda, célébrée par la population de la wilaya de Relizane en automne depuis plus de quatre siècles, a débuté lundi soir dans la commune qui porte le nom de ce saint-patron.

La préparation de cette manifestation traditionnelle, l’une des plus importantes dans la région, est précédée par plusieurs waâdas organisées par les archs de la célèbre tribu de Flita, au nombre de 25 archs, dont les waâdas de Oued Slam, Sidi Lazreg et Sidi Saâda.

Les membres de la tribu se dirigent trois jours avant le rendez-vous vers le mausolée du saint-patron Sidi M’hamed Ben Aouda, pour dresser des tentes selon le plan de chaque arch.  Dans le rituel de cette waâda qui s’étale jusqu’au vendredi prochain, la confection d’une «Khaima» comportant des morceaux de tissus en poil de chameau, représentant chacun une famille, s’effectue dès le jour du lundi, alors que les archs de la tribu «flita» rivaliseront, mercredi, pour le transport et la pose de cette tente, dans une ambiance de convivialité, faite de sons de matreg, d’ovations et de youyous, afin de laisser place aux troupes folkloriques gratifiant l’assistance au rythme de la zorna, de la guesba et du bendir. Au mausolée abritant le tombeau du saint-patron, décoré pour la circonstance, un groupe d’élèves des écoles coraniques récite des louanges. Ce lieu accueille des dizaines de milliers de citoyens, qui viennent de toutes les régions du pays, voire même de l’étranger.

La waâda de «Sidi M’hamed Benaouda» est caractérisée par l’empressement des habitants de la commune qui porte son nom à service les hôtes, témoignage d’une hospitalité légendaire. Les visiteurs ont également droit à des spectacles de fantasia, dans lesquels le meilleur cheval de chaque arch est exhibé, en plus de l’organisation du «Souk Erbah» exposant divers produits.

Pour rappel, le saint-patron Sidi M’hamed Benaouda a vécu au 16e siècle. Né en 972 de l’Hégire aux environs de Oued «Mina» et décédé en 1034 de l’Hégire, il fut baptisé «M’hamed Benaouda» en corrélation avec le prénom de sa nourrisse «Aouda Bent Sidi M’hamed Ben Ali El Medjadji», qui fut une soufie érudite.

Erudit, Sidi M’hamed Benaouda a créé une zaouia pour l’enseignement du savoir et l’hébergement des pauvres et des sans-abri.

Les sources historiques recueillies révèlent que Sidi M’hamed Benaouda était célèbre pour son combat contre l’occupation espagnole à Ténès, à Mazaghran et Mers-El-Kebir, auquel le bey Mohamed El Kebir a ordonné de construire, en hommage à lui, une coupole sur son mausolée.

Par Houari G./APS

Haut

 

TIZI OUZOU

Neuf blessés sur la route

Deux accidents de la route se sont produits dans la journée du lundi sur le CW 128 reliant Tizi Ouzou à Tirmitine faisant neuf blessés dont deux dans un état grave apprend-on auprès de la Protection civile. Le premier accident est survenu près de Tirmtine quand deux véhicules lègers de marque Nissan et Toyota sont entrés en collision aux environs de 13 heures. Quatre personnes ont été blessées. Le second selon toujours notre source c’est en fin de journée vers 17h45 suite à une collision entre quatre véhicules près de Oued Fali sortie sud ouest de la ville de Tizi Ouzou. En effet un camion de marque Renault, deux fourgons Jack et Renault et une Peugeot 306 causant 05 blessés parmi les occupants des véhicules dont deux dans un état grave.

H.M.

 

Haut

Deux bus calcinés à Bouzeguène

Deux bus ont pris feu lundi matin vers 07 heures au village Ait Salah dans la commune de Bouzeguène à l’est de la wilaya de Tizi Ouzou, apprend-on auprès de la Protection civile. Le garage se trouvant au rez-de- chaussée d’une habitation, un mouvement de panique s’en est suivi. Fort heureusement hormis deux filles choquées par l’incendie, aucune perte humaine n’est à déplorer. Néanmoins, les deux bus ont été réduits en cendres. On ignore l’origine de ce feu.

HAMID M.

Haut

Copyright 2003 Le Jour d'Algérie. Conception  M.Merkouche