Hommage à Mahmoudi

Les témoignages Lire

RUBRIQUES

 

15/01/14

 

Événement


Région


Monde


Culture


Sport


Contributions


La une

Enquêtes

Main-d'œuvre dans le bâtiment

Les raisons d’une pénurie

 

Distribution de trousseaux et primes scolaires

C’est la pagaille !

 

Des milliers d’Algériens chaque jour aux frontières

Le rush vers la Tunisie a commencé

 

Les trafiquants s’installent dans le désert

Qui est derrière

le trafic d’opium ?

 

Entreprises

A qui profite

la baisse des impôts?

 

Séquelles sociales de la crise de Kabylie

Elus et opérateurs pour un plan d’urgence

 

Ces jeunes qui ne pensent qu’à partir

Grandir… face

à la mer

 

Drogue en milieu scolaire

Un phénomène qui prend de l’ampleur

 

bgn

L'édition en PDF

bgn

SERVICES

 

A propos


Archives


Nous écrire

A LA UNE


Annoncée pour le 16 ou le 17 janvier

Convocation imminente

du corps électoral

Annoncée par le Premier ministre pour cette semaine, la convocation du corps électoral est prévue pour demain ou après-demain, le 16 ou le 17 janvier, «sauf cas de force majeure». Une convocation très attendue car elle ouvre la voie à la confirmation (ou non) de candidatures importantes.

...Lire

Les Titres A La Une

  

Célébration du Mawlid Ennabaoui

Sellal en réconciliateur à Ghardaïa

 

Nouvelle Constitution en Egypte

Référendum sur fond d’attentat

 

Bouteflika au Val-de-Grâce

7«Contrôle médical routinier, son état s'améliore»

 

Lutte contre la corruption

L’Etat décidé à sévir contre les fonctionnaires véreux

 

Pénurie de lait

De nouvelles mesures pour satisfaire la demande

 

Institut culturel français d'Alger

Variété musicale au menu

 

 Divers

 

Des peines de 3 à 10 ans de réclusion criminelle requises

32 individus impliqués dans un trafic international de voitures

Les accusés sont notamment poursuivis pour vols avec violence, faux et usage de faux dans des documents administratifs et abus de fonction. Des peines allant de trois ans avec sursis à 10 ans de réclusion criminelle ont été requises mardi par le procureur général près le tribunal criminel d'Alger contre 32 individus impliqués dans un trafic international de voitures. Les accusés sont notamment poursuivis pour vols avec violence, faux et usage de faux dans des documents administratifs et abus de fonction. Selon l'arrêt de renvoi, l'enquête sur cette affaire avait débuté le 26 août 2010 à Batna lorsque les services de sécurité de cette wilaya avaient été informés qu'un groupe d'individus scannaient des dossiers administratifs relatifs à des voitures d'origine inconnue, au nom de divers concessionnaires, en falsifiant l'origine, puis en déposant ces dossiers auprès de daïras de la wilaya de Batna pour l'établissement de cartes grises. Quatre vingt douze dossiers ont été découverts portant les noms des accusés. Il s'est avéré, après des contacts avec les concessionnaires concernés dont les noms figuraient dans les documents saisis, que les voitures n'étaient pas commercialisées par leurs soins, que les documents étaient falsifiés, et qu'en outre, trente- quatre voitures ont été volées en Europe.

Selon les informations fournies par le Centre national informatique des Douanes (Cnis), ces voitures n'ont pas été introduites en Algérie par voie maritime, et seules sept  ont été introduites sur le territoire national frauduleusement par des émigrés bénéficiant de la double nationalité.

Par Safy N.

 

Baghlia/Boumerdès/Vol par effraction d'un magasin de téléphones portables

Les auteurs d'un cambriolage sous les verrous

La police criminelle de Baghlia a réussi à arrêter une  bande de malfaiteurs composée de 3 individus. L'âge de ces derniers varie entre 21 et 42 ans. Lesquels ont cambriolé un magasin de téléphones portables situé au centre-ville de Baghlia à 50  km à l'est de Boumerdès. 

C'est sur la base d'une plainte déposée au siège de la sûreté locale que les policiers ont déclenché la procédure en se rendant sur les lieux pour constat et relever le moindre indice. Les investigations ont permis aux enquêteurs d'interpeller deux suspects. Lesquels aux aveux ont reconnu qu'ils sont les auteurs du cambriolage dudit magasin avec une troisième personne qui a été aussitôt arrêtée par les policiers de la brigade criminelle de la localité. La victime, le propriétaire du magasin, a déclaré aux enquêteurs que les cambrioleurs se sont emparés de tous les produits qui se trouvaient à l'intérieur et une somme d'argent. Les  3 mis en cause ont été placés sous mandat de dépôt au centre de rééducation de Bordj Menaiel  sur instruction du procureur de la République du tribunal de Dellys. Ils seront poursuivis pour les chefs d'accusation de vol par effraction.

Ahmed K.

 

Transfert

L'USMA attend la lettre de libération du Camerounais Nsombo

L'USM Alger est dans l'attente de la lettre de libération de l'attaquant camerounais Ernest Nsombo, évoluant à Astres (Div1 camerounaise) pour l'engager dans ses rangs à 24 heures de la clôture de la période des transferts d'hiver, a appris l'APS mardi auprès de la direction de la formation de Ligue 1 algérienne de football.

Un accord a été trouvé entre l'agent du joueur et le club camerounais pour la conclusion de la transaction. Le bon de sortie d'Ernest devrait être envoyé au club de la capitale «dans les prochaines heures», ajoute la même source. Ernest (22 ans) a rejoint l'USMA jeudi passé. Il a participé le lendemain à un match amical face à la JS Saoura au stade Omar-Hamadi à Bologhine, inscrivant un doublé, ce qui lui a permis d'être retenu dans l'effectif des Rouge et Noir de «Soustara». Il devrait être ainsi la première recrue de la saison du champion d'hiver, puisque ce dernier n'a engagé aucun joueur lors du mercato d'été.

APS

 

Résidences U à Béjaïa

Les travailleurs protestent contre le retard des salaires

Les travailleurs des œuvres universitaires de la wilaya de Béjaïa ont observé une journée de protestation, avant-hier. Neufs résidences universitaires ont été touchées par cette action. Il s'agit de Berchiche I et II, Ihddadeden, Amriw, 1000 lits, Pépinière, Tharga Ouzemour et la cité U 17-Octobre 1961. Les agents des œuvres universitaires exerçant dans différents services voulaient réclamer le versement de leurs salaires à temps comme convenu lors d'une réunion avec leurs responsables, comme nous l'a expliqué  Nacer Kassa, syndicaliste du Snapap. «Nous avons tenu une réunion avec nos responsables il y a trois mois et avons convenu que les salaires soient versés entre le 05 et le 07 de chaque mois, mais cet engagement n'a pas été respecté», a indiqué le syndicaliste. Notre action d'aujourd'hui vise également à avertir les autorités que d'autres actions pourraient être conduites à l'avenir si cet engagement n’est  pas respecté. Notre interlocuteur a «déploré» aussi le fait que les primes de rendement «ne sont pas encore versées». 

Hocine C.     

 

Trafic de drogue à Akbou

Deux individus dealers arrêtés

La police judiciaire de la ville d'Akbou a arrêté le 6 janvier dernier deux individus en possession de drogue. Il s'agit de A.H. 33 ans et S.M. 35 ans, tous deux natifs de la commune de Boudjellil (daïra de Tazmalt). Ces derniers ont été appréhendés lors d'une fouille au corps effectuée au cours d'une patrouille au niveau de la gare. L'un des deux individus a été placé en détention provisoire et l'autre a été cité à comparaître en audience pour détention et consommation de kif traité. Les éléments de la police judiciaire de la sûreté de daïra d'Akbou ont également arrêté le pyromane d'une maison sis à la cité des Pins d'Akbou au courtant de la semaine passée. Le criminel répondant aux initiales A.F. est âgé de 32 ans et natif d'Akbou. Il connaissait bien la victime, Y.A. âgée de 45 ans avec qu'il partage la gestion d'un commerce. Ces derniers ont passé la moitié de la nuit du 03 janvier ensemble sur les hauteurs de Chellata, avant qu'il commette l'acte. Une fois rentré, le pyromane revient en catimini chez la victime et il arrosera une pièce de la maison depuis une fenêtre, au moyen d'essence avant de mettre le feu qui se répandra rapidement dans l'appartement. La victime a déposé plainte et l'auteur du crime a reconnu avoir mis le feu à l'appartement de sa compagne, justifiant cela par le fait que celle-ci a refusé de l'héberger. Présenté au tribunal de la ville, ce dernier a été mis en détention provisoire.

H.C.

 

Accidents du Mawlid Ennabaoui à Alger

Quatre blessés et cinq incendies en 24 heures

Quatre blessés et cinq incendies ont été enregistrés à Alger au cours des dernières 24 heures dans des accidents liés à l'utilisation des produits pyrotechniques lors de la célébration de la fête du Mawlid Ennabawi, a indiqué mardi la Protection civile dans un communiqué.

Deux enfants et deux adolescents ont été blessés dans des accidents liés à l'utilisation de produits pyrotechniques, a précisé la même source, ajoutant que l'un des deux enfants a perdu trois doigts. Par ailleurs, cinq incendies, provoqués par la mauvaise manipulation des pétards et des bougies dans différentes localités d'Alger, ont été maîtrisés grâce à l'intervention des éléments de la Protection civile.  Outre la wilaya d'Alger, la Protection civile est intervenue dans des opérations de secours de personnes et d'extinction d'incendies au niveau des wilayas de Relizane, Laghouat, Constantine, Blida, Tipasa et Tlemcen, a-t-on encore indiqué dans ce communiqué.           

O. N.

 

Haut

A propos/ Archives/ Nous écrire

 

Edito

Par

 Mohamed Habili

Compte à rebours

D’ici à ce que le compte à rebours débute pour l’élection présidentielle, il n’y a effectivement           plus que quelques jours. Moins d’une semaine, ont calculé des gens qui se piquent de bien connaître le calendrier électoral. Si le chef de l’Etat tient à respecter rigoureusement les délais afférents, ont-ils implicitement averti, c’est vendredi prochain qu’il doit procéder à la convocation du corps électoral. Comme elles n’ont pas fixé l’heure exacte à laquelle cet acte est censé se produire, on peut supposer que c’est parce que la chose va de soi, que c’est à la première minute de ce jour fatidique que le décret présidentiel valant coup d’envoi devrait paraître, à minuit tapant par conséquent. Au-delà, le président serait d’une certaine façon dans l’illégalité. On aura compris que si une formalité de cette nature revêt autant d’importance dans la perspective de la présidentielle d’avril prochain, c’est parce qu’à trois mois de cette échéance, on n’en ignore à peu près tout. Et d’abord, bien sûr, qui en seront les principaux protagonistes, entre lesquels les électeurs seront appelés à faire leur choix. Comme la scène politique reste muette sur ce point essentiel, il ne reste plus aux observateurs qu’à s’en remettre au calendrier pour trouver réponses à leurs questions. Une fois le corps électoral dûment convoqué, plus de tergiversation possible en effet, les candidats sont tenus de se déclarer. Les candidats sérieux, s’entend, les présidentiables, ceux qui sont crédités au moins d’une chance de l’emporter. Car pour ce qui est des autres, de ce qu’on appelle les candidatures de fantaisie, elles n’ont jamais autant fleuri que ces derniers temps. Certes, il ne faut pas s’attendre à ce que les présidentiables se déclarent à peine le corps électoral est-il convoqué, en quelque sorte dans la minute qui suit. Mais enfin, force leur sera de se hâter de le faire une fois que le compte à rebours aura commencé à s’égrener. Pour autant, la plus grande inconnue en l’occurrence, c’est-à-dire la question de savoir si Bouteflika se représente ou non, ne sera probablement pas levée la première parmi toutes celles qui marquent cette phase préélectorale, de mémoire d’homme la plus longue qui se soit jamais présentée. Or, c’est de cette inconnue que dépend tout le reste. Et en premier lieu l’issue du scrutin. Certes, c’est une seule et même élection qui se tiendra en avril prochain, que Bouteflika y soit ou n’y soit pas ; ainsi le veut le calendrier. Mais en réalité les deux éventualités sont à ce point distinctes qu’on peut tout aussi bien parler de deux échéances étrangères l’une à l’autre. Les candidats ne seront pas tous les mêmes dans un cas comme dans l’autre. Il peut s’en trouver, sans doute, qui seront dans la course que Bouteflika y prenne ou n’y prenne pas part. Il n’en reste pas moins que son absence sera certainement de nature à bouleverser la donne. C’est pour le moins manquer d’imagination que de croire que c’est la même élection qui se tiendra, sauf que dans cette hypothèse le président sortant ne sera pas de la partie. C’est ainsi que le nombre des remplaçants possibles ne se ramènera pas à deux, comme on a tendance à le croire pour le moment, mais à beaucoup plus. A Benflis et Hamrouche, qui disposent déjà de ce titre bien qu’ils n’aient pas encore fait connaître leurs intentions respectives, il faut alors ajouter tous les candidats potentiels dont on sait qu’ils sont désireux de concourir mais qui se garderont de le faire en présence de Bouteflika. Ainsi en est-il de Belkhadem et de Ouyahia, dont tout indique qu’ils se présenteront si Bouteflika se retire. D’autres ambitions pourront se faire jour dans cette hypothèse. C’est donc bien à une tout autre présidentielle qu’on aura affaire. Cela dit, ce n’est pas là le scénario le plus probable. Car si Bouteflika avait l’intention de ne pas se représenter, on le saurait déjà. Pour ce qui le concerne, et c’est là le privilège des gens déjà en poste, ne pas annoncer sa candidature veut dire …qu’il se représente.

M. H.

 Haut

Copyright 2003 -2013 Le Jour d'Algérie www.lejourdalgerie.com

Conception M.Merkouche