Sport

Retour

Algérie 0-Slovénie 1

Les Verts déçoivent

Saâdane regrette l’«inefficacité» de l’attaque algérienne

Les Anglais et les Américains se neutralisent

Une arme à double tranchant pour les Verts

Défaite des Verts

La grande amertume

Diffusion des matches du Mondial-2010

Accord entre la Télévision algérienne et Al-Jazeera Sports

Selon les organisateurs

Les vuvuzelas ne seront pas interdits

 

 14/06/10

 

Algérie 0-Slovénie 1

Les Verts déçoivent

L’équipe nationale algérienne s’est inclinée sur le score d’un but à zéro face àla Slovénie dans un match qu’elle aurait pu gagner, surtout qu’elle avait dominé de bout en bout.

La première mi-temps a été largement dominée par les Verts bien placés sur le terrain et qui ont su occuper les espaces, contrairement aux Slovènes qui avaient des difficultés à trouver leurs marques. Trois minutes ne se sont pas écoulées que la sélection nationale a eu sa première occasion, avec un coup franc tiré par Belhadj qui obligera le portier slovène, Andanovitch, à déployer tous ses efforts pour détourner le cuir en corner. Le pressing des Verts se poursuivra avec d’autres occasions tout aussi dangereuses. Ainsi, à la 18’ Ziani tente un centre dans le paquet, mais le ballon est trop court pour  Matmour qui n’arrive pas à reprendre de la tête. Sentant le danger, les Slovènes tenteront de se reprendre et auront une première occasion à la 20’ avec un coup franc de Cesar qui verra le gardien Chaouchi intervenir en force et boxer la balle. Ce sera l’une des rares tentatives des Slovènes, avant que les coéquipiers de Ziani ne se reprennent. A la 35’, Ziani botte un coup franc, mais la défense slovène réussit à se dégager après un cafouillage dans la surface de réparation. Une minute après, Ziani botte un corner qui est repris par Halliche de la tête, mais le ballon passe à côté. A la 40’, après un centre à partir de la gauche,  Matmour amortit le ballon et tire, mais la balle passe au-dessus. Les Slovènes reviendront toujours avec des coups de pied arrêtés, avec un coup  franc bien botté de Birsa qui sera détourné en corner par le gardien Chaouchi. La pause citron est sifflée sur ce score de zéro partout avec un léger avantage pour les Algériens plus entreprenants. En deuxième mi-temps, les Verts continueront à se montrer audacieux avec des occasions nettes de scorer. Ainsi, à la 49’, Kadir centre vers la surface de réparation, mais Djebbour, seul dans la surface,  se fait distancer par un défenseur slovène et perd la balle.

A la 53’, Belhadj botte un superbe coup franc, malheureusement aucun joueur ne lui coupera la trajectoire et le gardien de la Slovénie, Andanovitch, capte le cuir facilement. Le coach national effectuera ensuite le premier changement, avec l’entrée de Ghezzal. Ce dernier aura une première occasion à la 69’ avec un centre de Ziani et une tête de l’attaquant de Sienne passe au-dessus. Ghezzal sera ensuite expulsé en prenant un deuxième carton jaune qui vire au rouge. A la 77’, les Verts avaient l’occasion de prendre l’avantage avec une erreur du gardien slovène qui a fait une mauvaise relance. Le ballon arrive dans les pieds de Ziani qui ne réussira pas à secouer les filets et se fait reprendre la balle par le portier de la Slovénie. Alors qu’on attendait un but du côté de l’Algérie, ce sont les Slovènes qui trompent tout le monde et ouvrent le score, grâce à un tir enveloppé du capitaine Korren, après une grossière erreur du gardien Fawzi Chaouchi qui n’a pas su se placer pour capter cette balle pourtant facile. On croyait que les Verts allaient se réveiller, mais encore une fois le coach Saâdane se trompe en incorporant Saïfi, alors qu’il aurait dû opter pour Boudebouz plus vivace. Cette défaite est difficile à accepter, d’autant plus que les Algériens avaient dominé les débats face aux Slovènes et auraient pu marquer, n’était-ce l’éternel problème de l’attaque. Les Fennecs doivent se reprendre pour ne pas flancher lors du deuxième match qui les attend vendredi prochain face à une coriace équipe d’Angleterre.          

Par Anouar M.

 

Haut

Saâdane regrette l’«inefficacité» de l’attaque algérienne

L’entraîneur national, Rabah Saâdane, s’est dit dimanche à Polokwane (Afrique du Sud), «satisfait» du comportement de ses joueurs tout en «regrettant l’inefficacité» du compartiment offensif de l’équipe nationale. «L’équipe a bien joué et était bien organisée sur le terrain en conservant le ballon aussi bien en première qu’en deuxième mi-temps. Je suis très satisfait du comportement des joueurs sur le terrain»,  a indiqué Saâdane lors de la conférence de fin de match. «Nous manquons d’automatismes dans le compartiment offensif et cela s’acquiert avec le temps», a encore expliqué l’entraîneur national, faisant remarquer que les attaquants «n’ont pas tiré assez au but». En ce sens, Saâdane a relevé que les Slovènes ont pu prendre l’avantage et inscrire leur unique but suite à un tir de loin. «Nous n’avons rien à perdre contre l’Angleterre et, à ce titre, je demanderai aux joueurs de se donner à fond, car c’est contre des adversaires de cette trempe que nous pouvons situer notre niveau réel», a commenté Saâdane. Interrogé sur le comportement du joueur Abdelkader Ghezzal, rentré comme remplaçant puis expulsé pour cumul de cartons en deuxième mi-temps, l’entraîneur national a estimé que ce joueur doit «retenir la leçon». Concernant le gardien de but, Fawzi Chaouchi, qui a commis une terrible erreur en laissant filer une frappe anodine de Koren, Saâdane a indiqué qu’à la fin du match, il (Chaouchi) s’est excusé auprès des joueurs, en raison de sa responsabilité sur le but encaissé. Il a également expliqué que le gazon qui est mi-naturel, mi-synthétique ainsi que le nouveau ballon «plus léger» ont «trompé» Chaouchi. «C’est cela le football où les erreurs font partie du jeu. Cela dit, Chaouchi a eu une prestation correcte et je n’incrimine pas les deux joueurs», a commenté Saâdane, ajoutant qu’il envisage de reconduire la même équipe lors du prochain match «s’il n’y a pas de blessés entre-temps» dans l’effectif.

R. S.

 

Haut

Les Anglais et les Américains se neutralisent

Une arme à double tranchant pour les Verts

Les deux futurs adversaires de l’EN dans le groupe C, à savoir l’Angleterre et les USA, se sont neutralisés dans un match très disputé entre deux équipes qui voulaient, toutes deux, bien sûr, débuter le tournoi en force. Il faut savoir que les Anglais avaient une terrible pression sur leurs épaules et qu’ils se devaient donc de l’emporter s’ils voulaient annoncer la couleur dès le début. Toutefois, les hommes de Capello ont trouvé de grandes difficultés devant cette coriace équipe américaine qui ne voulait nullement baisser la garde lors de ce match.  Les coéquipiers de Rooney ont été les premiers à ouvrir la marque avant de se faire rejoin-dre au score  après une erreur du gardien Green. Ce score est-il en faveur des Verts ? Sans doute, parce que cela veut dire que ces deux équipes qui sont les favorites pour la qualification au deuxième tour, ne prendront pas une longue avance sur l’EN, même avec cette défaite des Verts face à la Slovénie, sachant que la qualification est encore mathématiquement possible. Toutefois, il faut savoir que ce résultat est une arme à double tranchant et qu’il se peut que l’Angleterre soit plus déterminée à remporter ce deuxième match pour tenter de prendre option pour la qualification pour le deuxième tour, surtout qu’ils ne peuvent pas se permettre une autre contre-performance qui compliquera davantage leur situation. De ce fait, les Verts devront savoir que les Anglais se présenteront avec un autre visage et tenter d’éviter les erreurs du premier match. L’effet-surprise ne sera pas au rendez-vous cette fois-ci et les Anglais feront tout pour remporter ce deuxième match. Pour cette raison, les capés de Saâdane doivent faire très attention lors de cette rencontre. Le match s’annonce donc décisif pour les deux équipes qui n’auront d’autre choix que d’arracher les trois points. 

Raouf F.

 

Haut

Défaite des Verts

La grande amertume

«L’équipe slovène était à notre portée, elle n’était pas fameuse», déclare un homme d’un certain âge à un vendeur de cigarettes.

L’Algérie est déçue. Les Verts ont manqué leur première sortie au Mondial sud-africain. Des millions de supporters qui se préparaient à danser, chanter et défiler se sont cloués chez eux. Les quelques citoyens sortis quelques minutes après la fin de la rencontre avaient la mine défaite. «On aurait pu gagner !» Voilà une phrase répétées par les fans de la formation nationale. «L’équipe de la Slovénie était à notre portée, elle n’était pas fameuse», déclare un homme d’un certain âge à un vendeur de cigarettes. Quelques minutes après le sifflet final, seul une voiture passe à la place Audin en klaxonnant, sans parvenir à remonter le moral des Algérois. L’ambiance était tellement morose que tout inspirait tristesse et déception. «La défaite était tellement bête que personne ne pourrait la justifier», se désole Nassim. Son copain Lyes raconte que «sa mère avait pleuré». «Elle était tellement enthousiaste que cet échec l’a carrément refroidie». A la Grande Poste, au cœur d’Alger, des groupuscules de jeunes se forment, on dirait des forums de discussion où l’on tchatche à haute voix. Tout le monde critique et défend, à la fois Ghezal et Chaouchi. «Ils ne sont pas moins nationalistes que nous, ils voulaient gagner. Allah ghaleb, c’est ça le foot», tranche l’un d’entre eux sans beaucoup convaincre ses interlocuteurs. Ce n’est pas facile de gérer un sentiment de frustration. L’Algérie a bien joué pendant la première mi-temps, les coéquipiers de Ziani avaient même créé de belles occasions mais sans pouvoir traduire leur détermination en buts. Si les premiers instants ayant suivi la fin de la rencontre étaient difficiles pour les supporters, quelques heures après l’on commence, quand même, à se relever du choc. «Nous avons encore deux matchs devant nous, l’espoir est permis», dira un jeune serveur dans une cafétéria. «Le sang algérien qui a vaincu l’Allemagne continue de couler dans cette équipe qui affrontera l’Angleterre», ajoute-t-il. Un agent de sécurité rencontré au Maurétania, croit dur comme fer en la possibilité de se qualifier au deuxième tour. «J’ai abandonné le travail et je ne le regrette pas, il faut soutenir notre équipe même dans la défaite», clame-t-il. Cependant, l’espoir manifesté par quelques citoyens ne reflète pas l’état d’esprit de la majorité écrasante des Algériens. Certains ont «peur», d’autres «désespèrent» de voir les Verts au deuxième tour. Mais tous tiennent à suivre les deux matches restants. Certains proposent même d’aller renforcer les rangs des supporters algériens en Afrique du Sud. «Si leur qualification dépend de la présence du public à leurs côtés, nous sommes prêts à rééditer l’expérience de Oum Dourmane», affirme stoïquement un jeune qui a fait le voyage au Soudan. Dans tout le pays le sentiment est le même. Des millions d’Algériennes et d’Algériens continuent de ruminer : «Une défaite qu’on aurait pu éviter», estime-t-on. C’est pourquoi un sentiment de colère et de chagrin taraude les esprits de milliers de supporters. Aussi, des milliers de fumigènes et de pétards ont été épargnés et gardés pour le prochain match. «Et si l’Algérie remporte ces deux derniers matchs ?» s’interroge Amine. Il dit attendre avec autant d’enthousiasme et d’espoir le résultat du Bac et celui des matchs.

Par Aomar F.

 

Haut

Diffusion des matches du Mondial-2010

Accord entre la Télévision algérienne et Al-Jazeera Sports

Les pourparlers entre la Télévision algérienne et le groupe Al-Jazeera Sports au sujet des modalités de diffusion des matches de la Coupe du monde de football 2010 ont abouti à un accord de principe, a-t-on appris dimanche auprès de la Télévision nationale.

Cet accord consiste en ce que le bouquet qatari s’abstienne de diffuser, sur ses chaînes en clair, les matches de la sélection nationale qui feront l’objet d’une retransmission exclusive sur la chaîne terrestre nationale, indique la Télévision algérienne dans un communiqué.  La Télévision algérienne avait demandé au groupe qatari de puiser dans les matches devant être diffusés en clair parmi les 42 rencontres dont les droits ne lui ont pas été cédés, rappelle-t-on.

Pour la Télévision algérienne, cette proposition fait en sorte que les intérêts de toutes les parties concernées soient pris en compte et protégés.

 

Haut

Selon les organisateurs

Les vuvuzelas ne seront pas interdits

Le comité local d’organisation (Loc) du Mondial a assuré dimanche que les vuvuzelas (trompettes sud-africaines) ne seraient pas interdits, sauf pour des motifs de sécurité, malgré les critiques qui pleuvent depuis vendredi sur le bourdonnement monocorde généré par ces trompettes en plastique. «Les vuvuzelas sont un phénomène culturel liés à notre pays et au football», a déclaré le porte-parole du Loc, Rich Mkhondo, cité par l’agence de presse Sapa.   Interrogé sur une éventuelle interdiction de ces tonitruantes trompettes en plastique, objets de féroces critiques à l’étranger, Danny Jordaan avait déclaré à la BBC y «réfléchir». «Si un pays en lice se plaint, nous agirons. Nous avons aussi entendu les télévisions et les spectateurs, et c’est quelque chose à lauquelle nous réfléchissons», avait-il dit.

Pour clarifier ce que Jordaan a dit : «Si les vuvuzelas sont utilisés pour attaquer ou blesser d’autres supporteurs, ou jetés sur le terrain pendant un match, nous réfléchirons aux moyens d’empêcher les gens de les emporter avec eux au stade», a ensuite commenté M. Mkhondo.

«Sinon, les vuvuzelas sont là pour de bon. Ils ne seront jamais interdits, nous demandons juste aux gens d’en faire un usage raisonnable». Depuis le début du Mondial vendredi, des médias, supporteurs et joueurs étrangers grognent contre le bruit qu’ils jugent infernal des vuvuzelas. Les fans locaux rétorquent qu’ils font partie de la panoplie de base du supporteur de football en Afrique du Sud.  A titre personnel, Danny Jordaan, l’organisateur en chef de la Coupe du monde, a exprimé des réserves : «Je préfèrerais qu’on chante Shosholoza (chant traditionnel sud-africain), et d’autres chansons, ça créerait une ambiance formidable sur le stade».

«On essaie de les encourager à chanter. A l’époque de la lutte (contre l’apartheid), on chantait simplement. Pendant toute notre histoire nous avons chanté», a-t-il rappelé.         

R. S.

Haut

 

Copyright 2003 Le Jour d'Algérie. Conception  M.Merkouche