Hommage à Mahmoudi

Les témoignages Lire

RUBRIQUES

 

09/01/14

 

Événement


Région


Monde


Culture


Sport


Contributions


La une

Enquêtes

Main-d'œuvre dans le bâtiment

Les raisons d’une pénurie

 

Distribution de trousseaux et primes scolaires

C’est la pagaille !

 

Des milliers d’Algériens chaque jour aux frontières

Le rush vers la Tunisie a commencé

 

Les trafiquants s’installent dans le désert

Qui est derrière

le trafic d’opium ?

 

Entreprises

A qui profite

la baisse des impôts?

 

Séquelles sociales de la crise de Kabylie

Elus et opérateurs pour un plan d’urgence

 

Ces jeunes qui ne pensent qu’à partir

Grandir… face

à la mer

 

Drogue en milieu scolaire

Un phénomène qui prend de l’ampleur

 

bgn

L'édition en PDF

bgn

SERVICES

 

A propos


Archives


Nous écrire

A LA UNE


Classement africain 2013

L’université algérienne

toujours à la traîne

L'enseignement supérieur vient d'encaisser une autre mauvaise note, attribuée cette fois  par le 4 International Colleges & Universities (4icu). Dans un classement portant sur la visibilité sur la scène internationale, l'université algérienne est classée à la 60e place dans le top 100 des universités africaines.

...Lire

Les Titres A La Une

  

Préparation des élections présidentielles de 2014

Des partis veulent une commission indépendante

 

2e jour des débats autour du projet de loi sur l'audiovisuel

L’Autorité de régulation suscite le courroux

 

Après avoir coupé les doigts d'un homme

Un fossoyeur placé dans un service psychiatrique 

 

Présentation du bilan du gouvernement à l'APN

Les députés en attente de Sellal

 

Malgré les campagnes de sensibilisation

Discrets, les pétards sont au rendez-vous

 

Palais des raïs Bastion 23

Les œuvres de sept artistes exposées

 

 Divers

 

L'insécurité, un élément qui inquiète le village

Les commerçants d’Akfadou baissent rideau

Des citoyens se sont joints également à la marche des commerçants pour interpeller les pouvoirs publics sur la nécessité de garantir la sécurité des citoyens et de leurs biens dans cette localité où plusieurs vols et cambriolages ont été enregistrés depuis quelques semaines.

La commune d’Akfadou a été paralysée hier par une grève initiée par les commerçants. Ces derniers se sont constitués en collectif et ont décidé de baisser rideau après une réunion au cours de laquelle il a été abordé la situation sécuritaire de la localité. Ils ont également organisé une marche depuis le centre du village vers le siège de la mairie où ils se sont rassemblés pour dénoncer l’insécurité qui règne dans le village. Des citoyens se sont joints également à la marche des commerçants pour interpeller les pouvoirs publics sur la nécessité de garantir la sécurité des citoyens et de leurs biens dans cette localité où plusieurs vols et cambriolages ont été enregistrés depuis quelques semaines. A noter que la RN 26 a été coupée au trafic routier hier encore et pour la 4e journée consécutive. Nous avons appris que les autorités ont saisi la direction générale des Domaines afin de faire des efforts et régulariser les parcelles de terrain du «lot 196» du village colonel Amirouche. Il y a lieu de rappeler que la RN 26 est fermée par des citoyens de Mechta et Ath Selam.

Par Hocine C.            

 

Ville de Kasserine/Tunisie

Heurts entre policiers et manifestants

Des heurts ont éclaté mercredi à Kasserine et Thala, dans le centre-ouest de la Tunisie, opposant policiers et manifestants dénonçant les inégalités sociales. Selon des médias, des dizaines de manifestants ont tenté de s’introduire de force dans le siège du parti au pouvoir Ennahda à Kasserine mais un dispositif important de la police a répliqué par des tirs de gaz lacrymogènes pour les disperser. Dans la ville de Thala, située dans la même région que Kasserine et déjà théâtre de heurts dans la nuit de mardi à mercredi, un poste de police a été attaqué mercredi et partiellement incendié par des manifestants, selon des témoins, qui assurent que les forces de l’ordre se sont retirées. La ville de Kasserine était par ailleurs paralysée par une grève mercredi à l’appel du syndicat UGTT. Ce débrayage a été organisé à une date symbolique, marquant la mort du premier habitant de Kasserine lors de la révolution de janvier 2011. Nous avons voulu en cette journée, qui marque la mort du premier martyr de la révolution à Kasserine, protester contre le sous-développement et la situation socio-économique médiocre dans notre région, a expliqué le syndicaliste Sadok Mahmoudi. Selon lui, la classe politique doit savoir que nous tenons toujours à la réalisation des objectifs de la révolution: dignité, liberté, et travail. La région de Kasserine, qui compte parmi les régions les plus défavorisées en Tunisie, était l’un des points chauds du soulèvement de fin 2010-début 2011.            

Mondji T.

 

Prison de Tissemsilt

Arrestation de deux évadés 

La brigade territoriale de la Gendarmerie nationale de Tissemssilt a réussi mardi à rattraper deux détenus qui se sont évadés de l’établissement pénitentiaire du chef-lieu de wilaya, après deux heures et demi de cavale, a-t-on appris mercredi auprès du responsable de la communication de ce corps de sécurité. Dans une déclaration à l’APS, le même responsable a souligné que les deux évadés, âgés de 24 et 27 ans, qui effectuaient des travaux de construction à l’intérieur de cet établissement pénitentiaire, avaient profité d’un temps de relâchement du gardien, pour prendre la poudre d’escampette en escaladant un mur de deux mètres de hauteur, mardi aux environs de 14 heures. Les deux fuyards ont emprunté des champs agricoles pour atterrir au lieudit «Ras El Mou», distant de 7 km du chef-lieu de wilaya, où ils ont été encerclés et appréhendés par les éléments de la gendarmerie agissant sur renseignements recueillis auprès d’un citoyen. L’enquête est en cours avec les deux détenus sur les causes de leur évasion de l’établissement pénitentiaire par les sources judiciaires, selon le même responsable. Les deux détenus purgeaient des peines de deux ans et 18 mois pour «vols, agressions et destruction de bien d’autrui».

Anis H./APS

 

Producteurs de lait

Suppression  «progressive» de l'emballage en plastique 

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a instruit mercredi à Mostaganem les producteurs de lait de procéder à la suppression «progressive» de l’emballage en plastique et le remplacer par le conditionnement en carton. Le Premier ministre a accordé à l’ensemble des producteurs de lait un délai de trois mois pour entamer le processus de suppression du sachet de lait, lors de sa visite au stand du groupe Giplait, dont les produits étaient exposés à l’occasion de l’inauguration du port de Salamandre.  Il a souligné que le remplacement de l’emballage en plastique par le conditionnement en carton hermétique permettra de fournir au citoyen un produit de «meilleure qualité» et de «préserver l’environnement».               

R.N.

 

Destinés à la contrebande à Souk Ahras

Saisie de plus de 18 000 litres de carburants 

Un volume de 18 151 litres de carburants a été saisi au cours du mois de décembre dernier dans la wilaya de Souk Ahras, a-t-on appris mercredi auprès du groupement territorial de la Gendarmerie nationale. Ces carburants destinés à l’exportation frauduleuse sont constitués de 15 297 litres de mazout et de 2 854 litres d’essence, a-t-on précisé, soulignant que cette saisie a été opérée en plusieurs endroits des communes frontalières de Kheddara, Heddada, Merahna et Oued Keberit. Les services de la Gendarmerie nationale ont également fait état de la saisie de 193 baudets et de près de

2 000 jerricans d’une contenance de 20 litres, utilisés par les contrebandiers. La même source a également relevé que certains trafiquants, notamment à Kheddara et Heddada, n’hésitent pas à transformer leurs habitations en entrepôts de carburants. Les interventions des services de ce corps constitué ont également permis, durant cette période, d’opérer la saisie d’un véhicule, de trois téléphones portables, d’une somme de 200 euros et 100 dinars tunisiens, de 500 boîtes de médicaments et de 796 kg de produits alimentaires divers, a-t-on ajouté. Quatre personnes impliquées dans ces trafics ont été arrêtées et placées sous mandat de dépôt, tandis que les marchandises saisies, d’une valeur de 3,435 millions de dinars, ont été confiées aux services concernés.          

Ali O.

 

Haut

A propos/ Archives/ Nous écrire

 

Edito

Par

Nadjib Stambouli

Soleil dilapidé

Il suffit de voir sur les réseaux sociaux à quel point les citoyens du monde entier, à commencer par les Algériens vivant sous des cieux estimés plus cléments (pas en ce cas, justement…) nous envient «notre» soleil qui continue de darder ses chauds rayons en plein mois de janvier, pour faire un constat pas très réjouissant sur le mépris affiché à l’endroit de ce don resté inexploité. Ce n’est pas par plaisir sadique de remuer le couteau dans la plaie, mais il faut dire qu’il y a de quoi nous envier ce trésor, de la part de ceux qui, parfois avec humour au demeurant, racontent leurs déboires avec un climat qui affiche au pire un thermomètre à -40 (comme dans des films de science-fiction), notamment au Canada, au mieux à se morfondre dans la grisaille et sous un crachin qui n’a rien de romantique, comme en France et en Europe. Faut-il pour autant s’évertuer à bomber un torse triomphal pour cette richesse qui ne se travaille pas, ni ne se cultive, encore moins ne s’arrose ? On aurait tant aimé être fier (au lieu d’avoir presque honte) de «notre» soleil si on savait, si on pouvait, et si on voulait le fertiliser, autrement qu’en l’arborant au fronton d’une fierté imméritée, voire usurpée.  Et comment rentabiliser, donc fertiliser ce soleil autrement qu’en exploitant sa clarté et sa chaleur dans le seul domaine, hormis l’agriculture                     évidemment, où elles sont pleinement exploitables, comme dans tous les pays normalement constitués, à savoir le tourisme ? Il n’est que de voir la formidable affluence des nationaux (prélude à l’afflux massif des touristes étrangers ? Rêvons…) vers les stations climatiques comme celles de Tikjda et Tala Guilef, pour conclure à cette énorme attente, à ce besoin qui peine à être satisfait. Le soleil, surtout lorsqu’il se décline en merveilleuse offrande hivernale comme en Algérie permet tout : la plage pour les étrangers, qui ne sont même pas à qualifier d’audacieux lorsqu’ils piquent un plongeon, puisqu’ils sont habitués aux froids les plus rudes, les balades et randonnées en campagne, les sports d’hiver, les visites de musées et sites archéologiques, les promenades en ville et sur les routes du pays en appréciant gorges et chemins sinueux, ainsi que les singes qui y paradent, bref, le soleil permet le déplacement, sans limite. Lorsqu’on ajoute à ces plaisirs qui font la panoplie rêvée de tout touriste, celles du bronzage, de la nuit à la belle étoile (en attente de lever du soleil) et surtout des interminables virées sur les dunes du Sahara ou entre les palmiers des oasis, quand ce n’est pas dans les dédales de murailles de rocaille du Tassili pour y admirer les célèbres fresques, on se dit que les bienfaits de notre soleil, faute d’être réinvestis dans le bonheur des visiteurs, sont tout simplement dilapidés. Comme tout versant négatif d’une routine, cette présence quasi permanente sur notre soleil fait paradoxalement oublier cet astre, chaleureux au sens propre du terme, alors que le premier réflexe aurait été de ne pas bouder notre plaisir, celui d’en profiter et d’en faire profiter les autres, tous les autres, compatriotes émigrés, quelle que soit leur nationalité actuelle bien entendu, invités étrangers, à titre touristique ou d’affaires, ou tout simplement en qualité de convives dans notre pays qui devrait enfin mériter sa réputation d’hospitalité. Après tout, le soleil quand il brille appartient à tout le monde, n’est-ce pas ? Malheureusement, même cette idée et toute sa charge de générosité (qui, en matière de tourisme, n’est pas incompatible avec la notion d’intérêt) a été gaspillée et dilapidée. Mais soyons optimistes : un si beau soleil n’a pas vocation à être dilapidé et se destine, plus tôt que prévu, à un destin de meilleur partage…

N.S.

 Haut

Copyright 2003 -2013 Le Jour d'Algérie www.lejourdalgerie.com

Conception M.Merkouche